Guide touristique: le Daghestan, une facette totalement différente de la Russie

La République du Daghestan regorge d'histoire, d'innombrables ethnies et des plus beaux panoramas de la planète Terre. Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles vous devriez faire le saut depuis Moscou vers le Sud de la Russie lors de votre prochaine visite.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans n'importe quel pays, vous entendrez des témoignages, vous rencontrerez des gens et, d'une manière générale, vous recevrez des informations sur les différentes parties du pays qui ne sont pas sur le radar international. Je ne m'attends pas à ce que les étrangers sachent beaucoup de choses sur ma ville natale de Cleveland, mais si vous avez été élevé aux États-Unis ou si vous y êtes depuis une dizaine d'années, vous aurez au moins quelques connaissances sur cette ville « survolée ». Ainsi, au fil du temps, plus je vivais en Russie, plus j'entendais parler de ce Daghestan dans les médias et par des amis. Et je dois dire que l'alcool fort et les bottes militaires daghestanaises ont souvent fait la joie de mon système digestif et de mes pieds, respectivement, ce qui a renforcé ma curiosité.

Malgré son éloignement et l'absence d'une mégapole internationale comme Moscou, cette république est l’une des régions dont on entend le plus parler en Russie. En tant que personne curieuse, je me suis dit « un jour, j'irai là-bas, je suis sûr que ce sera chouette » et ce jour est arrivé bien plus tôt que je ne le pensais. Alors, que l'aventure commence !

Les incontournables du Daghestan

La clé pour comprendre la géographie du Daghestan est simple. Vous avez la mer Caspienne avec quelques kilomètres de plaines à l'est et des montagnes titanesques à l'ouest. Vous obtenez donc deux réalités distinctes, ce terrain côtier, d'apparence presque israélienne ou égyptienne, qui est plat et facile à parcourir, mais, après un court trajet vers l'ouest... les choses changent très vite ! Tout d'un coup, chaque route est un désordre venteux sans le moindre panneau de signalisation. Des distances qui vous prendraient 30 minutes dans les parties plates de la Russie nécessiteront ici 3 heures. Si vous ne parlez pas russe à un niveau assez élevé, vous devriez vraiment investir dans un guide touristique pour vous conduire. Ils savent où se trouvent les grands sites et même s'ils ne le savent pas, ils ne sont pas effrayés ou incapables de le demander.

La capitale de la région, dont le nom est l'un des mots les plus agréables à prononcer sur Terre, Makhatchkala, définit vraiment l'environnement côtier plat du Daghestan. Bien que la langue et l'architecture de la ville soient familières, il n'y a que très peu de Slaves, voire aucun, qui s’y promènent. Visuellement, Makhatchkala se démarque ainsi dès le départ pour cette raison.

Je suis déjà allé au Kirghizstan et au Kazakhstan, où l'on voit partout des Slaves qui constituent une minorité ethnique très visible. Cependant, les habitants de Makhatchkala étaient vraiment les fils et les filles des montagnes du Caucase, avec des cheveux très noirs et un sens de la mode à mi-chemin entre Moscou et Istanbul. Malheureusement, nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour discuter avec les locaux, car la beauté naturelle du Daghestan est vraiment quelque chose et c'est très loin, ce qui signifie que, pour pouvoir tout filmer, nous n’avons pas pu nous attarder en ville. Si vous désirez aller voir tout ce dont je parle dans cet article, préparez-vous à un trajet cahoteux de plusieurs heures entre les différentes localités !

Après une montée en voiture, nous nous sommes ainsi approchés de la dune de Sarykoum. Ce monstre de sable est entouré de plaines herbeuses et de collines, ce qui en fait un phénomène vraiment unique. En vous approchant de cette montagne désertique isolée, vous serez surpris de sa hauteur et du nombre de touristes qui tentent d'en atteindre le sommet. C'était un véritable « point chaud » du voyage, à plus d'un titre. Jusqu'à ce que nous arrivions au sommet, et malgré le fait que ce n'était pas l'été, le Soleil nous a vraiment assaillis alors que nous faisions notre chemin sur le sentier balisé. Si vous ne supportez vraiment pas la chaleur, ce n'est peut-être pas la meilleure option pour vous, mais lorsque vous arrivez en haut, la brise est quelque chose que vous ne pouvez pas imaginer. Tout à coup, la température revient à un niveau normal et vous pouvez profiter de toutes les vues à couper le souffle.

Note : En descendant de la dune de sable, nous avons pensé que ce serait une bonne idée de monter une caméra GoPro sur notre van pour montrer certaines des routes bosselées les plus folles. Eh bien, disons simplement que la caméra ne sera plus jamais la même. Cependant, la gestion de cette crise nous a donné le temps de caresser des chèvres et de bavarder avec leur berger.

Lire aussi : Ces pittoresques terrasses agricoles créées par l’homme dans les monts du Daghestan (photos)

Plus populaire encore que la grande dune de sable, le canyon de Soulak est la réponse de la Russie au Grand Canyon américain. Il y a une expression cliché qui dit quelque chose comme : « Je n'en croyais pas mes yeux », et c'est bien la seule chose que l'on puisse dire du canyon de Soulak. Il était si profond et massif que mon cerveau ne pouvait tout simplement pas croire aux vues qu'il avait. Aucun appareil photo ne pouvait capturer la réalité, mais nous avons fait de notre mieux !

Note : Néanmoins, la cerise sur le gâteau était la nourriture qu'ils avaient en vente au sommet du canyon. C'était incroyablement bon. Normalement, la nourriture d'une cabane en métal au milieu de nulle part ne mérite pas une étoile Michelin, mais là, c'était vraiment excellent. En fait, je conseille généralement aux touristes étrangers de ne pas manger dans les cafés en bord de route en Russie. Ils ont tendance à être assez lugubres et pas vraiment hygiéniques, mais au Daghestan, c'était le contraire. Toute la région était remplie de petits cafés en bord de route qui servaient de la bonne nourriture.

La région du barrage d'Iraganaï, qui, comme tout le reste, était loin en voiture, nous a offert de superbes points de vue à photographier. Ses eaux bleues azur n'ont nécessité aucune correction photographique pour révéler leur beauté. Je suis désolé pour la Nouvelle-Zélande, mais les films du Seigneur des Anneaux auraient dû être tournés ici, c'est un endroit vraiment épique.

Je ne sais pas pourquoi j'adore les vieux lieux abandonnés, mais je dois dire que j'ai eu la chance de voir un ancien fort russe dans le village de Khounzakh, assis au sommet d'une chute d'eau à couper le souffle. De plus, la ville qui l'entoure, au sommet d'un plateau, était assez animée, bien qu'elle soit absolument isolée du reste du monde.

Note : Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer qu'une propriété située en face d'une chute d'eau/falaise était à vendre, alors j'ai demandé à des habitants du coin combien coûtaient des terrains comme celui-ci. Pour moins que le prix d'une maison dans le plus mauvais des quartiers de Cleveland, à côté d'une station-service qui se fait braquer tous les jeudis soirs, vous pourriez avoir une maison à côté d'une cascade dans une ville paisible. C'est à vous de choisir.

Presque tout au Daghestan pourrait servir de lieu de tournage pour un film fantastique d'Hollywood, mais le plus unique de tous était le grand Bol de Pierre. En nous arrêtant à un endroit non indiqué au bord de l'autoroute et en nous enfonçant dans l'obscurité froide de ce qui ressemblait à une tombe ancienne, nous sommes entrés dans une sorte de cathédrale naturelle faite de falaises de pierre massives s'élevant vers les cieux.

Le Daghestan est également célèbre pour ses joailliers. Koubatchi abrite de nombreux orfèvres de la région et possède une tour de guet restaurée, vieille de plusieurs siècles, qui sert aujourd'hui de musée au centre de la ville. Alibeg, l'un des grands artisans locaux, m'a laissé entrer dans son atelier pour nous montrer ce qu'il fait pour vivre. Il est orfèvre comme ses aïeux depuis sept générations, un métier qui demande une patience folle, la force des mains et l'endurance d'une star de l'e-sport. Il affirme que les cadeaux en ligne bon marché menacent vraiment les moyens de subsistance des artisans du Daghestan.

« Pourquoi payer plus cher et attendre des semaines quand on peut commander des bijoux en ligne ? », telle est la logique qui tue la région.

Note : Vous pouvez aider les artisans de Koubatchi en ligne en commandant quelque chose à Alibeg via son Instagram. Oui, une dynastie d'anciens orfèvres dans un village isolé au sommet d'une montagne a un Instagram actif. Quelle époque pour être en vie !

Un autre endroit vraiment unique que nous avons visité a été la montagne Maïak, qui rivalise de beauté avec le canyon de Soulak. Je ne peux pas dire à quelle distance je pouvais voir depuis le sommet, mais c'était comme regarder tout le chemin vers le Paradis. Dans toutes les directions, il y avait des vues comme celles que l'on trouve dans les grandioses peintures d'autrefois.

Tout près se trouvait Gamsoutl, le plus grand et le plus célèbre village abandonné de la région. En réalité, officieusement, deux personnes occupent encore cette assez grande ville où la population a été forcée d'aller ailleurs pour travailler, en raison du chaos de la fin de la période soviétique. Je me demande ce que ces deux-là font toute la journée ? Ils ont certainement beaucoup d'espace et des dizaines de maisons chacun.

Vers la fin du voyage, nous avons quitté les montagnes pour retourner à la ville balnéaire de Derbent. Cette cité est si ancienne et a tellement d'histoire que c'est un endroit qu'il vaut mieux laisser à Wikipédia le soin de décrire. Naturellement, nous sommes montés à la célèbre forteresse qui se trouve au sommet de la ville. Évidemment, n'importe quel château ancien est un endroit idéal pour des vacances agréables ! C'est juste évident, mais soyez prévenus, il y avait beaucoup de vent là-haut ! La forteresse a été construite avec des bains turcs et je parie qu'ils étaient un excellent moyen de se réchauffer après une nuit froide de garde, car on avait l'impression de se tenir dans un tunnel venteux. Cette citadelle est très emblématique et figure sur de nombreux produits locaux ainsi que sur des images que l'on trouve dans toute la Russie. C'est l'une des fiertés de la nation et un lieu à voir absolument.

Et si vous voulez voir rapidement toutes les superbes vues sans mes joviaux commentaires, alors regardez nos images de la région capturées à l’aide d’un drone. Vous allez l'adorer, c'est sûr.

Lire aussi : Makhatchkala, la ville aux quatorze langues

Que déguster au Daghestan ?

Moscou possède des restaurants de renommée internationale, ainsi que des cafés abordables où déjeuner, mais il y a aussi beaucoup de stands de nourriture louches qui détruiront sûrement votre estomac étranger. Le Daghestan, lui, était complètement différent ! Dans chaque endroit où nous avons mangé, que ce soit dans un grand bâtiment avec une belle enseigne ou dans un lieu non identifié au bord de la route, la nourriture était parfaite. C'est peut-être parce qu'à Moscou, tout est anonyme quand il y a des millions de personnes qui vont et viennent, mais au Daghestan, si vous causez une intoxication alimentaire à quelqu'un, il reviendra dans une semaine avec tous ses cousins pour vous donner une bonne leçon. Pour l'instant, c'est de loin la meilleure région de Russie que j'ai visitée pour la nourriture.

Lorsque j'étais à Makhatchkala, j'ai visité le célèbre Second Marché, où les gens de toute la région et des anciennes républiques soviétiques voisines viennent vendre leurs produits frais de la ferme. C'était vraiment comme faire quelques pas en arrière dans le temps, avant l'époque d'Amazon et de Walmart, quand il y avait beaucoup moins d'étapes entre votre nourriture et votre estomac. L'avantage de ces endroits pour les touristes étrangers est qu'ils vous laissent généralement goûter un peu de tout gratuitement. Ce qui est génial, car prendre un petit bout d'un énorme morceau de mouton séché suspendu est bien mieux que de devoir payer pour l'ensemble afin de satisfaire votre curiosité. Une chose que je n'avais jamais essayée auparavant était l'ourbetch, un beurre de cacahuète crémeux qui peut être fabriqué à partir de toutes sortes de graines et de noix différentes, auxquelles on ajoute différents arômes. C'est un peu cher, mais ça en vaut vraiment la peine.

Note : Ce qui était vraiment bon marché, c'était d'avoir un verre de jus de grenade fraîchement préparé, écrasé sous mes yeux, et les prix des épices dans le Sud étaient beaucoup plus raisonnables qu'à Moscou. En fait, ils avaient des petits bols en plastique remplis de diverses épices spécialement pour les touristes du Nord, afin qu'ils puissent prendre un peu de tout pour le ramener chez eux.

L'opposé de l'expérience du Second Marché était sans aucun doute le Restaurant-Musée de la rue Lermontov. Il propose une approche culinaire très sérieuse de la cuisine locale dans un cadre très chic. J'ai dû apporter une veste de costume et une chemise pour ce voyage, mais cela en valait la peine. Le plat le plus remarquable était le khinkal, qui était une sorte de version déconstruite du célèbre khinkali que l'on peut commander dans un restaurant géorgien. La viande et le bouillon étaient séparés et étonnants, tandis que la pâte était servie sous forme de boulettes carrées. C'est toujours intéressant de voir comment une idée peut se répandre et évoluer entre les cultures et je préfère maintenant le khinkal daghestanais au khinkali que l'on trouve dans les grandes villes.

L'un des principaux aliments de la République du Daghestan est en outre le tchoudou, qui est difficile à décrire. Imaginez une sorte de crêpe frite (au four), huileuse à l'extérieur et remplie de toutes sortes de choses à l'intérieur. Pour faire court, vous obtenez une pâte extrêmement molle à l'extérieur et une garniture à base de viande ou de fromage. Parfois, elles sont farcies de légumes verts, mais c'est une option beaucoup trop saine pour moi. Bien qu'ils soient un peu difficiles à trouver, les tchoudou que nous avons achetés au hasard au café INT de Makhatchkala étaient absolument parfaits. Nous avons vraiment choisi le bon endroit pour déjeuner.

Lire aussi : La mosquée la plus ancienne de Russie, toujours debout après 1.300 ans d'histoire

Étancher sa soif au Daghestan

Une chose à laquelle je ne m'attendais pas, c’est la richesse de la tradition des boissons au Daghestan. Outre le jus de grenade frais mentionné précédemment, qui semble être un véritable succès, les maisons de thé sont une tradition dans la région depuis des générations.

Les pubs en Angleterre, par exemple, ont été un endroit où les hommes pouvaient avoir une conversation agréable après une dure journée de travail. Or, les maisons de thé daghestanaises remplissent une fonction similaire. Ces établissements réservés aux hommes leur permettent de discuter autour d'un thé accompagné de quelques sucreries pendant des heures. Il est intéressant de noter que le personnel de la plupart de ces endroits semble être composé de femmes, qui reçoivent probablement beaucoup d'attention de la part des clients, c'est le moins que l'on puisse dire.

Note : Mes ancêtres étant originaires d'Europe de l'Est, je ressemble généralement à la plupart des gens de l'ex-URSS si je me tais, mais dans les maisons de thé, je me sentais vraiment étranger. De tous les endroits où l'on pouvait se procurer de la nourriture et des boissons au Daghestan, c'était le seul endroit où l'on sentait un peu « tu n'es pas d'ici, mon garçon ». Donc, je dirais que si vous êtes un homme, vous devriez aller voir ces maisons de thé, mais restez cool et assurez-vous que votre conversation en langue étrangère n'agace pas les locaux.

En bref, le thé était excellent et les friandises qui l'accompagnaient étaient censées être fabriquées à la main selon les anciennes traditions azerbaïdjanaises, juste de l'autre côté de la frontière. (l'Azerbaïdjan n'est pas loin du tout). Je ne peux ni le confirmer ni l'infirmer, mais elles étaient uniques et j'en achèterais un sachet tout de suite si je le pouvais. La maison de thé disposait d’un toit-terrasse qui me permettait d'admirer les sites de Derbent tout en sirotant mon thé dans des verres locaux spécialement conçus, en théorie idéaux pour la consommation de thé.

Note : L'histoire de ces maisons de thé s'explique en partie par le fait que, la plupart des ethnies du Daghestan étant musulmanes, une alternative non alcoolisée aux bars devait naturellement se développer à un moment donné. Toutefois, la Russie est une terre de contrastes et cette région comptant parmi les plus islamiques du pays est également célèbre pour son incroyable alcool fort.

Ainsi, après de nombreuses années où j'ai eu besoin d'aide pour m'endormir suffisamment tôt pour me réveiller à 5 heures du matin afin d’intervenir à la radio, j'ai eu l'impression que la fabrique de brandy de Derbent m'était en quelque sorte très familière. Comme un vieil ami que je n'avais jamais rencontré auparavant. Les bouteilles portant le mot « Derbent » avec une image de la forteresse locale ne sont pas difficiles à trouver et sont, en fait, un peu emblématiques.

La visite de l'usine a donc été pour moi une véritable expérience. Les hommes qui y travaillent sont très passionnés par leur métier et adorent raconter des histoires d'antan et ce qu'ils font. L'un des services qu'ils proposent aux personnes extrêmement riches est la fabrication d'un grand tonneau d'alcool personnalisé et son vieillissement pour l'acheteur. La plupart des noms inscrits sur les fûts dans les couloirs étaient ceux de célébrités et de sportifs russes que j'ai promis de ne pas révéler.

À la fin de mon séjour amusant au Daghestan, je me suis assis dans les bureaux de l'usine de brandy et ils m'ont laissé faire un test de dégustation de nombreux produits, dont certains ne peuvent vraiment être obtenus que directement. Alors que je regardais toutes ces bouteilles, j'entendais la chanson Rock ‘n' Roll Part 2 de Garry Glitter s'amplifier lentement dans mon cerveau. Disons que j'étais encore plus content d'avoir un chauffeur pour nous faire visiter.

Le Daghestan est définitivement différent !

L'une des principales caractéristiques de la Russie est son immensité et le fait que, depuis son arrivée sur la scène de l'histoire, elle a intégré d'autres peuples et d'autres religions dans son giron. Aller à Moscou, c'est bien, voir l'Anneau d'or, c'est encore mieux, mais pour vivre la véritable expérience russe, il faut essayer certaines régions où les choses sont très différentes, tout en gardant ce grand caractère russe.

Dans cet autre article, retrouvez le récit de voyage de Tim sur la péninsule de Kola, dans l’Arctique russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies