Notre folle expédition en péninsule de Kola, le Grand Nord blanc de Russie

Est-ce raisonnable de se rendre dans les régions les plus septentrionales de la Russie européenne en hiver? Non, mais cela en valait vraiment la peine. Voici notre guide d’aventures hivernales à Mourmansk et dans ses environs!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Certains pays sont faits pour le tourisme en tongs sur la plage, mais la Russie est faite pour l'aventure et pour sortir de votre zone de confort. Si vous souhaitez des vacances tout compris dans un pays étranger où vous n'aurez jamais à interagir avec les locaux ou à quitter l'hôtel, alors la Russie n'est pas l'endroit qu'il vous faut !

Dans cet esprit, j'ai décidé qu'il était temps d'aller voir les aurores boréales, qui sont un peu devenues une tendance dans les voyages en Russie. Pourquoi aller les voir ? Eh bien, parce que je ne l'ai jamais fait et c'est une raison suffisante pour moi, mais je m'attendais aussi à obtenir de superbes images d'aventure hivernale de la région de Mourmansk. Je savais que ces images seraient exotiques et passionnantes pour tous ceux qui vivent dans des endroits où les chutes de neige feraient la une des journaux locaux.

Voici donc l'histoire de notre quête pour voir les aurores boréales et prouver que prendre des vacances d'aventure dans l’Arctique n'est pas aussi insensé que cela pourrait paraître sur le papier.

Lire aussi : Nuits blanches à Mourmansk, 60 jours de Soleil continu

La grande aventure glacée commence !

Tout voyage dans cette région commence à Mourmansk même. Après tout, c'est là que se trouvent la gare et l'aéroport principaux de la région. Mourmansk est une ville située tout en haut du cercle arctique et est beaucoup plus proche des frontières finlandaises et norvégiennes que toute autre grande ville russe. C'est une ville portuaire réputée, qui envoie toutes sortes de délicieux produits de la mer vers le Sud, en particulier vers Moscou. Pendant la guerre froide, de nombreux sous-marins furtifs « dormaient » ici lorsqu'ils n'étaient pas en service, mais le principal gardien de la ville aujourd'hui est l'énorme monument d'Aliocha qui la surplombe.

Bien que nous entendions beaucoup plus parler de Koursk, Stalingrad et Berlin, il y a eu beaucoup de combats intenses dans le Grand Nord pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands ont en effet tenté de prendre les Soviétiques par surprise en attaquant depuis ces lattitudes, mais finalement, cela s'est transformé en une longue impasse, car Mourmansk a tenu bon. Ce monument n'est pas seulement grand, il offre aussi probablement la meilleure vue sur la ville, vous permettant de voir la cité entière, et surtout le port pour lequel elle est célèbre – et ne vous inquiétez pas, heureusement, personne ne nous a accusés d’espionnage pendant que nous volions avec notre drone !

Depuis la plateforme d'Aliocha, nous avons pu apercevoir notre prochaine destination – le brise-glace Lénine, qui a été le premier navire de ce type à propulsion nucléaire. Il s’agit désormais d’un musée vivant, à jamais amarré sur place, sans aucun matériau radioactif, mais c'était vraiment comme si nous avions sauté dans un portail temporel de l'Union soviétique avec tous les boutons, les cadrans, les meubles et les bizarreries de design d'origine. Cependant, il est difficile d'imaginer passer des mois entiers avec un petit équipage sur cet énorme bateau qui rebondit dans les eaux arctiques. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cela devait être un travail difficile !

Notre prochain arrêt était le lieu du tournage du film Léviathan, nominé aux Oscars, le village de Teriberka. Le film n'a pas mis la Russie sous son meilleur jour et ce lieu est donc devenu une curiosité qui attire les touristes de partout pour voir si les choses sont aussi horribles que l’œuvre les dépeint. Heureusement, Teriberka est en réalité un charmant village de pêcheurs avec beaucoup de cœur et de fruits de mer.

L'effrayante école abandonnée de Teriberka m'a attiré tel un aimant et le verrou de la porte était de toute façon cassé, alors j'ai décidé de me lancer dans l'archéologie soviétique. En marchant dans ces salles sombres et moisies, j'avais l'impression d'être dans une sorte de réalité alternative à la Silent Hill. À tout moment, le sol pouvait s'effondrer ou des monstres pouvaient en sortir ! C'était surprenant de voir la quantité de choses qui restaient, alors que cet endroit devenait un piège (parfois littéralement, si vous tombez dans les escaliers cassés) à touristes très populaire.

Nous sommes accidentellement tombés sur un cimetière de bateaux en route pour aller voir une chute d'eau glacée dont ils parlent dans les blogs de voyage. Les navires en décomposition étaient assurément déprimants. Si vous pensez à toutes les ressources et à tous les efforts nécessaires pour fabriquer un assez gros bateau en bois, c'était si triste de les voir mis ainsi au rebut plutôt que réparés.

Heureusement, la chute d'eau tant attendue n'a pas déçu. Voir une rivière qui coule à toute allure sous une épaisse couche de glace a été pour moi une expérience unique, mais wow, il a fallu marcher pour y arriver ! C'était une bataille difficile et, heureusement, nous y étions au milieu de la journée ; de nuit, les choses auraient pu mal tourner. 

Note : Si vous avez remarqué, nous avons filmé quelques belles images glamour de notre voiture en train de rouler sur les plages locales ; cela a bien sûr violé les règles de location de notre véhicule. Heureusement, ils n'ont pas remarqué tout le sable à l’intérieur. Si vous voulez voir les résultats de ce tournage risqué, jetez un coup d'œil à notre vidéo en haute définition réalisée à l’aide d’un drone à Mourmansk et ses environs.

Lire aussi : Pourquoi les habitants d'un village russe, austère vedette à Cannes, haïssent-ils les touristes?

En quête de spectacle céleste

Notre grande mission était toujours de voir les aurores boréales, donc la meilleure stratégie semblait de loger à l'hôtel Aurora Village Dome, qui vous permet de regarder le ciel nocturne depuis le confort de votre dôme privé. Chacun d'eux ressemblait en quelque sorte à un dé à vingt faces que vous utiliseriez pour le jeu de plateau Donjons & Dragons. Il y avait une certaine intimité, mais le toit était complètement transparent. Il y avait un mini-foyer pour le feu et un couchage pour quatre personnes, en théorie. Néanmoins, nous étions quatre grands gaillards, dont l'un ronflait horriblement, donc c'était un peu étroit. Je pourrais peut-être imaginer des couples plus jeunes partir en vacances et louer l'un de ces dômes, mais pour être honnête, ce n'était pas pour nous. Peut-être que nous n'étions pas les touristes idéaux.

Note : En fait, ce type de tourisme est devenu très populaire parmi les visiteurs chinois, qui veulent désespérément séjourner dans ce genre d'endroits dans le Nord de la Russie, nourrissant, comme moi, l’espoir d’apercevoir une aurore boréale.

Malheureusement, à l'hôtel Dome, nous n'avons pas pu voir d'aurore du tout. C'est déprimant. La solution, néanmoins, était à portée. La ville de Kirovsk est en effet loin des eaux sombres de la côte et bénéficie d'une couverture nuageuse nettement moins importante. Par conséquent, s'il y avait un espoir de voir une aurore, elle serait là. 

Je dois effectivement dire merci à la ville de Kirovsk, car, sur place, lorsque nous sommes sortis la nuit pour nous allonger dans la neige, en pointant les caméras vers le ciel... nous avons enfin vu les aurores boréales ! Mission accomplie ! Il est difficile de décrire ce à quoi elles ressemblent dans la vie réelle, mais je dirais « magiques et vaporeuses ». Mais surtout, les aurores boréales font partie intégrante de la culture locale. En fait, elles sont même fièrement (et abstraitement) dessinées sur le sceau de l'État de la région de Mourmansk. Venir ici et ne pas voir ces lumières célestes serait presque une insulte pour les habitants, comme d’aller à Tokyo et d’éviter spécifiquement le mont Fuji.

À Kirovsk, les monts Khibiny sont une autre destination populaire pour les activités de plein air. C'est là que les athlètes olympiques s’entraîneraient prétendument pour les jeux d'hiver dans un environnement isolé et froid. Je n'ai rien vu de particulièrement « olympique », mais nous avons quand même contemplé des vues magnifiques qui feraient un superbe fond d'écran sur votre ordinateur.

Note : Alors que nous admirions le paysage du massif des Khibiny, nous sommes restés coincés – et je veux dire vraiment coincés dans la neige.

Donc, après une demi-heure de bagarre avec la voiture, nous avons commencé à rouler dans la direction opposée pour retourner à Kirovsk afin de filmer certaines des plus belles architectures du centre-ville que nous avions manquées.

Non loin de Kirovsk, se trouve le centre culturel du Village Sami qui vous permet de vous familiariser avec la culture indigène du peuple sami, qui était ici avant l'arrivée des Russes. Et il semble que ce soit le plus grand succès parmi les touristes non russes. L'endroit était très mignon et géré par des Samis eux-mêmes, mais, plus important encore, il y avait beaucoup de huskies et de rennes que nous étions libres de caresser et avec lesquels nous pouvions interagir.

C'était une surcharge de mignonnerie et ça valait vraiment le coup. En plus de cela, j'ai eu la chance de pratiquer leur sport national avec de nombreux touristes chinois. En gros, on joue au foot sur glace avec un ballon fait de peaux de lapin. C'est très intéressant et très fou. J'ai bien aimé.

Lire aussi : La vie des Samis, ce peuple éleveur de rennes du Grand Nord russe

Périple au bout du monde

Cela pouvait sembler beaucoup de conduite et d'aventure et ça l'était, mais il restait un endroit clé ! Notre idée la plus folle pour notre voyage dans la région de Mourmansk était d'aller jusqu'au bout du monde, au point le plus septentrional de la Russie occidentale, et de tout filmer. Un peu comme ces « défis » que font tous les youtubeurs de nos jours. Le trajet entre l'aéroport et le poste de contrôle de Titovka était facile... trois heures de conduite confortable, mais le passage du poste en était la fin. Nous avons engagé des chauffeurs locaux d'une agence de voyage spécialisée dans cette forme d'aventure en plein air. Heureusement, ils conduisaient leurs véhicules personnalisés, car une Lada standard n'arriverait jamais aussi loin. Pourquoi deux véhicules ? Parce que si l'un d'eux tombe en panne, il n'y a personne pour venir vous sauver ! Qui n'aime pas ajouter un peu de risque à ses vacances !?

Les choses ont vite commencé à se gâter et à se refroidir. La première chose unique que nous avons vue est un pont construit par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et qui est toujours utilisé d'une manière ou d'une autre. Mais après cela, nous avons eu quelques heures de routes brutales, de spectacle blanc et finalement d'eaux noires de la mer. Toutefois, avec le temps, un terrain inconnu s'est ouvert à nous et nous avons vraiment eu l'impression d'avoir atteint un autre monde.

Note : Si vous faites une telle visite, faites très attention même en marchant, car il y a de grandes flaques d'eau profondes cachées sous la neige. Le chemin devant vous semble parfaitement régulier et blanc, puis tout à coup, vous ou le véhicule pouvez plonger dans plusieurs dizaines de centimètres d'eau brun rouillé.

Une chose à laquelle je ne m'attendais vraiment pas, c'est que nous ayons la chance d'explorer un village militaire abandonné qui a abrité des milliers de soldats pendant la guerre froide. C'était sinistre de traverser ces bâtiments en décomposition qui étaient autrefois pleins de vie. Une petite saveur apocalyptique fait des merveilles pour vos vacances !

Note : Ne regardez pas de haut le déjeuner que vous offrent sur le bord de la route les guides touristiques. Manger du sarrasin et du bœuf en boîte est la véritable expérience de l'armée russe que vous pouvez vivre en vacances sans les cris d'un sergent.

Après quelques heures de route supplémentaires, nous avons enfin réussi ! Nous sommes arrivés à l'extrême Nord de la Russie occidentale. Au bout de la terre entourée d'eaux noires se dresse un vieux phare triste. Nous avons pris un peu de temps pour déguster un thé qui s'est refroidi très vite, avons filmé autant que possible à la lumière du jour qui s'estompait, puis avons conduit jusqu'à un hôtel. Oui, il y a un petit hôtel ici qui s'adresse spécifiquement aux fous comme nous qui veulent venir en voiture. De la nourriture et un lit chauds ont assurément aidé à soulager nos âmes épuisées.

Aller jusqu'à cette extrémité nord de la Russie a été très ennuyeux pendant le trajet, mais une fois arrivés, cela en valait totalement la peine. Dans votre vie quotidienne normale, il semble que vous puissiez toujours aller dans une certaine direction, et même s'il y a une mer près de votre ville, vous savez ce qui se trouve de l'autre côté. Mais ici, nous avons été complètement engloutis par les eaux noires. En regardant vers le Nord, l'Est et l'Ouest, nous savions qu'il n'y avait tout simplement rien à trouver. C'était littéralement la fin de la ligne. C'est sans aucun doute une expérience très spirituelle.

Lire aussi : Les aurores boréales russes, Graal des touristes chinois

Et la cuisine locale dans tout ça ?

Quand vous pensez aux régions froides du Nord, au bord de l'océan, quel genre de nourriture vous vient à l'esprit ? Des fruits de mer et de la viande semble être l'option la plus logique, enfin ça et les pommes de terre. Et à cet égard, la région de Mourmansk ne déçoit pas, avec ses étonnants fruits de mer qui éclipsent totalement les poissons des rivières de la région de Moscou. Ses friandises à base de viande d'élan, de rennes et d'autres créatures que les Américains associent au Canada sont également un changement de rythme rafraîchissant par rapport à la triade bœuf, poulet, porc que l'on trouve dans la capitale du pays.

Tout d'abord, dans le village de pêcheurs de Teriberka, il y avait évidemment de gros crabes et du poisson dans l'assiette. C'était comme un buffet pour un roi ! Et ce n'est pas tout, mes amis ! Nous avons eu droit à des oursins si frais qu'ils les ont découpés devant nous. Même chose pour les coquilles Saint-Jacques et les huîtres, de l'océan à l'assiette. Ce minuscule village est le dernier endroit où l'on s'attendrait à trouver de la bonne cuisine, mais, apparemment, le tourisme est en pleine croissance et ces touristes veulent des fruits de mer locaux. C'est au bord de l'océan Arctique, après tout ! Je salue celui qui a pris le risque financier de faire de la gastronomie à Teriberka !

Note : Par hasard, toujours à Teriberka, nous sommes passés devant la « brasserie la plus au nord » de Russie et devinez quoi ? C'était sacrément bon et sacrément bon marché ! Ils ont aussi eu la gentillesse de nous montrer comment ils produisent leur bière en utilisant uniquement du matériel fabriqué en Russie. C'est très patriotique de leur part ! Et, bien, toute excuse pour boire de la bière pendant les vacances est bonne, non ?

Les créatures du Nord sont beaucoup plus grandes et bien plus délicieuses que les pigeons de Moscou. À Mourmansk, nous nous sommes arrêtés à un célèbre stand qui vend de la bonne vieille viande de renne et d'élan. J'étais très excité. J'adore ce genre de choses produites localement et vendues à l'arrière d'un camion. Il y a un grand esprit dans ces produits, qu'on ne trouve pas dans un supermarché. Mais, pour parler franchement, il y avait des choses que nous avons achetées qui sentaient comme des vestiaires pour hommes ! Certaines étaient bonnes, mais il leur manquait une saveur unique. Je ne peux pas dire que je le recommanderais aux touristes à l'estomac sensible, car la plupart des aliments qui vous rappellent une salle de gym très fréquentée ne sont pas très appétissants.

De là, nous sommes allés au restaurant Tsarskaïa Okhota (La Chasse du Tsar) qui a été fondé par une femme ayant fait ses armes de chef à Moscou, a connu un grand succès et a utilisé ses revenus pour lancer une chaîne de restaurants chez elle, à Mourmansk. Son but était de donner une touche de modernité à la cuisine locale et je pense qu'elle a frappé dans le mille. Le menu était rempli de choses exotiques comme du cœur tendre de renne, une onctueuse soupe de crabe et la purée de pommes de terre la plus raffinée que j'ai jamais mangée ! L'endroit met vraiment Mourmansk dans une assiette !

La péninsule de Kola, où se trouvent Mourmansk et tous ces lieux visités lors de notre séjour, était un peu froide à l'extérieur, mais définitivement chaleureuse à l'intérieur. Du village de Teriberka qui n'abandonne jamais, à la cuisine raffinée de la grande Mourmansk contemporaine, nous avons tous eu une expérience qui nous a ouvert les yeux. Maintenant, je peux vous dire honnêtement que « j'ai été au bout du monde ! », et cela me ravit.

En suivant ce lien, retrouvez le récit d’aventure de deux Français ayant eux aussi exploré Mourmansk et ses alentours.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies