En images: ces pittoresques terrasses agricoles créées par l’homme dans les monts du Daghestan

Vladimir Fedorenk/Sputnik
Il y a des centaines d'années, les habitants de ces lieux ont transformé les pentes des montagnes en jardins fertiles. Ce miracle est encore visible de nos jours.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les terrasses du Machu Picchu, au Pérou, et les rizières en terrasse d’Asie sont parmi les plus célèbres du monde et sont considérées comme un patrimoine culturel. Cependant, la culture en terrasses était également très développée au Daghestan, une République du Sud de la Russie.

Ici, dans les profondes gorges des montagnes du Caucase, les habitants ont créé un système agricole aux proportions incroyables, dont on sait encore peu de choses aujourd'hui.

De nombreux villages du Daghestan sont situés dans les montagnes, et les habitants avaient besoin d’accroître la fertilité du sol. Mais comment y parvenir, si tout autour se trouvaient des pentes rocheuses ?

Pour cela, ils ont commencé à créer des terrasses artificielles : la terre était déplacée sur ces pentes et renforcée avec des supports en pierre.

Au Daghestan, les terrasses étaient destinées à la culture de légumes, de fruits et de céréales, ainsi qu’à la création de jardins. Ces derniers étaient nécessaires non seulement pour décorer la région, mais aussi pour protéger les cultures du Soleil brûlant. Les jardins permettaient également de conserver l’humidité des sols.

Lire aussi : Bienvenue à Dargavs, la «Cité des morts» du Caucase russe

Les premières terrasses sont apparues il y a des milliers d'années, lorsque les agriculteurs devaient tout faire à la main. La superficie totale des terrasses au Daghestan est d'environ 150 000 hectares (1 500km²).

Comment de telles terrasses pouvaient-elles être irriguées, nous demanderez-vous, compte tenu des fortes chaleurs régnant ici en été ? Il s'avère que ces pentes étaient alimentées par des canaux artificiels creusés depuis les rivières, ou par un système de buses-aqueducs, qui conduisaient également à des réservoirs.

Pendant les années soviétiques, lorsque des barrages hydroélectriques ont été construits dans ces montagnes, les voies d'irrigation ont été réparées, tandis que les anciennes terrasses ont été nettoyées. Les experts d’URSS ont maintes fois souligné les solutions d'ingénierie sophistiquées des anciens habitants du Caucase.

Le plus grand nombre de terrasses est aujourd'hui préservé dans les districts de Gounib et de Dakhadaïevski, au Daghestan, situés en hauteur dans les montagnes.

De nos jours, de nombreux habitants des montagnes se déplacent vers les villes, et le besoin de tout cultiver, de l'orge aux pêches, a disparu : des routes mènent aux villages, et des produits frais y sont acheminés. Ainsi, beaucoup de terrasses ne servent désormais plus qu’au pâturage des vaches et moutons.

Dans cet autre article touristique, nous vous emmenons à Makhatchkala, dépaysante et cosmopolite capitale du Daghestan.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies