Comment commander de la vodka comme un Russe?

"Dans la taverne" par Vladimir Makovski

"Dans la taverne" par Vladimir Makovski

Collection privée
Qu'est-ce qu'un «cinquante»? Comment appeler correctement une bouteille de vodka? Ces conseils pratiques et d’autres vous permettront commander des alcools forts comme un vrai Russe.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Vous ne dites jamais au barman : « Hey mec, versez-moi encore 40 grammes », n'est-ce pas ? Et pourtant, c’est exactement de cette manière que les alcools forts sont le plus souvent commandés en russe. Lisez la suite pour vous familiariser avec les termes d'argot russe visant à désigner différents volumes de spiritueux. Avertissement : la consommation d’alcool nuit à la santé.

Quand les mesures de la vodka russe sont-elles apparues ?

Un chtof russe du XVIIIème siècle

Dans la Russie prérévolutionnaire, les mesures de volume étaient différentes (et uniques à la Russie). Un baril faisait 491,96 litres, soit 40 seaux ; un seau (12,299 litres) était égal à 10 chtofs (1,2299 litres) ; un chtof était égal à deux bouteilles de vodka (0,61495 litre chacune) et la plus petite mesure s'appelait un chkalik (environ 0,06 litre).

Une bouteille de la première vodka russe (celle du milieu)

>>> Oubliez les kilomètres et les centimètres – voici la sajène!  

En 1918, le gouvernement soviétique a introduit l'utilisation du système métrique en Russie. Depuis lors, tous les volumes devaient être mesurés en litres. Lorsqu’en 1923, le gouvernement soviétique a commencé la production de vodka « officielle », Русская горькая (« Russe amère »), elle était vendue en bouteilles de 0,5 litre. En conséquence, les verres soviétiques à l'époque étaient de 250 ml, 100 ml et 50 ml.

Les grammes selon Staline

Un soldat soviétique buvant 100 grammes de vodka

Ainsi, un shot russe correspond à 50 ml de vodka, contrairement aux 40 ml européens/américains habituels. Mais pourquoi la vodka et les autres spiritueux sont-ils généralement mesurés en grammes et non en millilitres ?

Jusqu'à la fin des années 1930, les anciens chtofs et chkaliks étaient couramment utilisés pour parler de vodka. Cela a changé pendant la guerre d'hiver (1939-1940) contre la Finlande. En 1940, le commissaire du peuple à la défense, Kliment Vorochilov, a lancé un appel à Joseph Staline pour lui demander de distribuer 100 grammes de vodka aux soldats et aux commandants de l'Armée rouge. Personne ne sait pourquoi Vorochilov a utilisé le mot « grammes » au lieu de « millilitres », mais c’est un fait.

Joseph Staline et Kliment Vorochilov, 1935

La demande a été satisfaite. Les équipages de chars ont reçu 200 grammes de vodka par jour, les pilotes - 100 grammes de cognac. On peut dire que depuis lors, l’expression « 100 grammes du narkom » est devenue une sorte de mème soviétique (narkom est l’abréviation de narodny komissar, ou « commissaire au peuple », ce qui signifie que c’est Vorochilov qui avait promu cette allocation).

>>> Tabou: huit sujets à éviter avec les Russes

Comment commander des boissons

Depuis les années 1940, les « grammes » sont utilisés pour quantifier les alcools forts en Russie. Mais seulement les alcools forts. Il assez étrange de dire : « J'ai bu 200 grammes de vin » - avec de la vodka, du whisky, du cognac, cependant, ce serait parfaitement normal.

Lors de la commande d'un seul shot, on peut utiliser le mot « cinquante » : piatdessiat (пятьдесят, 50). « Davaï po piatdessiat » (« Prenons chacun  un 50») est une façon courante de boire.

« Sto gramm » signifie « cent grammes », et on disait cela quand on voulait une « double dose ». Cependant, certains barmen russes utilisent désormais des mesures européennes et, comme ailleurs dans le monde, vous obtenez 40 ml en pour un shot et 80 ml pour un double.

Un verre de 250 grammes (à gauche) et un verre de 100 grammes (à droite)

Comme nous l'avons mentionné dans un article distinct, une bouteille de 250 grammes s'appelle une tchekouchka et le même volume est contenu dans un verre soviétique classique conçu par Vera Moukhina. Mais lors de la commande de boissons, ce volume n'est plus utilisé.

Une bouteille est communément appelée un pollitra (поллитра, « un demi-litre ») en raison de son volume. C'est aussi le terme d'argot le plus courant pour une bouteille de vodka. Quid des plus grandes portions ? Certaines boissons sont servies dans des volumes de 0,7 litre et 1 litre – mais elles n'ont pas de termes d'argot connus pour les désigner.

Dans cette publication découvrez cinq plats qui seront meilleurs si vous y ajoutez un peu de vodka.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies