Dargavs: bienvenue dans la «Cité des morts» du Caucase russe

Stanislav Kazanov/discoverynn.ru
Les habitants croient que ceux qui pénètrent dans la «Cité des morts», dans la région du Caucase du Nord, en Russie, n'en reviendront jamais. Cependant, cette nécropole contenant les restes de plus de 10 000 personnes est un haut lieu du tourisme.

L'un des endroits les plus effrayants de Russie, Dargavs, surnommé localement la « Cité des morts », est situé en République d'Ossétie du Nord-Alanie, dans le Caucase du Nord.

C'est une ancienne nécropole située dans une vallée de montagne pittoresque mais difficile à atteindre, non loin de la colonie de Dargavs.

Les vestiges de plus de 10 000 personnes sont préservés dans les 97 cryptes de la « cité ».

Lire aussi : Qui a bâti la «Cité du Diable» de Russie?

Bien que les gens aient été enterrés dans la nécropole aux XIV-XVIIIe siècles, certains corps étaient si bien momifiés qu'ils comportent encore de la chair à ce jour.

Sur de nombreux cadavres, il y a des vêtements d'époques différentes, des objets personnels ainsi que des cadeaux posthumes de leurs proches.

Certaines cryptes sont des bâtiments à plusieurs étages, tandis que d'autres sont complètement cachées sous la surface.

On pense que lorsqu'une épidémie de choléra a dévasté le Caucase au XVIIIe siècle, des familles contaminées entières se sont isolées dans les cryptes pour ne pas infecter les autres et ont attendu la mort en ces lieux.

Au XIXe siècle, les habitants des villages voisins quittèrent la vallée et se dirigèrent vers les plaines, laissant le territoire aux fantômes.

Jusqu'au début du XXe siècle, personne n'osait ouvrir les cryptes, craignant d'en relâcher les maladies.

Cependant, après la Révolution de 1917, les cryptes ont été pillées et de nombreux bijoux ont été emportés.

De nos jours, le plus grand danger pour la « Cité des morts » est constitué par les touristes, qui prennent généralement des os et des crânes comme souvenirs, sans penser que ce sont les restes de personnes réelles.

N’hésitez pas à suivre ce lien afin d’admirer les somptueux paysages du Daghestan.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies