Top 10 des films et dessins animés soviétiques ayant trouvé un public au-delà du rideau de fer

Elem Klimov/Mosfilm, 1985
«Ne m'apprenez pas à vivre, aidez-moi plutôt financièrement», a dit Lioudmila, le personnage de «Moscou ne croit pas aux larmes», arborant un sourire vainqueur. Au cas où vous auriez manqué cela, nous avons dressé une liste de films soviétiques et de classiques de l’animation qui ont gagné le cœur et l'esprit du public international.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'Ironie du sort (1975)

Ce film devrait être accompagné d'un label d'avertissement : Addictif ! L’Ironie du sort est une œuvre de base pour plusieurs générations d'amateurs de comédie en Russie et à l'étranger. Rien n’est plus synonyme de festivités du Nouvel An que le film d'Eldar Riazanov, le patriarche du genre romcom dans le cinéma soviétique.

Un bel homme de 36 ans, non marié, nommé Jenia Loukachine, vit dans un immeuble au 25 de la Troisième rue des Constructeurs à Moscou. Nadia Cheveliova, 32 ans, a la même adresse, mais à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg). Un soir, Jenia décide de rejoindre un groupe d'amis lors de leur réunion annuelle du Nouvel An dans un bania (un sauna russe traditionnel).

Comme toujours, quelque chose ne va pas après avoir bu trop de vodka et le chirurgien moscovite est accidentellement mis dans un avion pour Leningrad, à la place de son ami Pavlik. Loukachine est tellement ivre qu'il a du mal à rester concentré. Pourtant, il marmonne son adresse à un chauffeur de taxi local et arrive « chez lui ». L'homme, les yeux écarquillés, entre dans l'appartement en utilisant sa clé et s'endort immédiatement. Nadia, la bombe blonde, arrive chez elle peu après, mais elle trouve dans son lit un étranger aveugle et ivre. Il y a de fortes chances que Jenia reste dans ce lit pour de bon. C'est probablement les 184 minutes de cinéma les plus drôles que vous ayez jamais vues !

La Reine des neiges (1957)

Ce film d'animation soviétique dessiné à la main, basé sur l'histoire du même nom de Hans Christian Anderson, est devenu un succès instantané lorsqu'il est passé au grand écran à la fin des années 1950. D’une durée de 60 minutes, réalisé par Lev Atamanov et produit par le légendaire studio Soyouzmoultfilm, ce dessin animé est un chef-d’œuvre du plus haut calibre.

Magnifique, La Reine des neiges est devenu le premier achat d'un film soviétique par une société américaine en pleine guerre froide. Universal Pictures l'a en effet acquis pour le distribuer dans les salles américaines en 1959. Or, le classique d'animation soviétique sur Guerda et Kaï n'a rien perdu de son charme et de son authenticité depuis lors.

Le cinéaste japonais Hayao Miyazaki, l'homme derrière Princesse Mononoké, se souvient que lorsqu'il a regardé La Reine des neiges pour la première fois, il a finalement décidé de consacrer sa vie à l'animation et a réalisé ce à quoi il devait aspirer professionnellement. « Je me suis dit, comme c'est formidable d'avoir choisi cette profession ! C'était comme un signe venu d'en haut. Le message clé de ce film était authentique et important. L'URSS a laissé un héritage remarquable dans le domaine de l'art ».

Lire aussi : Dix dessins animés de Disney et leurs doubles soviétiques

Guerre et paix (1965)

Il n'y a probablement pas d'autre drame historique aussi épique, profond et émouvant que le magnum opus de Sergueï Bondartchouk. La version en quatre parties du chef-d'œuvre de Léon Tolstoï, qui a remporté un Oscar, retrace les événements de la guerre patriotique de 1812 contre Napoléon, vus à travers les yeux de cinq familles aristocratiques russes.

L'intrigue complexe et les personnages plus réalistes que nature ont contribué à cristalliser l'histoire de Tolstoï, la transformant en un monde qui s'étendait bien au-delà de la Russie. Avec ses couches visuellement étonnantes et philosophiquement lourdes, le millefeuille cinématographique de Bondartchouk a donné une nouvelle définition de l'héroïsme et de l'hypocrisie, de la foi et du pardon, de l'amour et de la loyauté.

Le Bras de diamant (1968)

Pour faire simple, vous pouvez le regarder cinquante fois et rire aux blagues familières encore et encore. Leonid Gaïdaï, le roi de la comédie burlesque en URSS, a réalisé certains des films russes les plus populaires, dont Ivan Vassilievitch change de profession, Opération Y, La prisonnière du Caucase et Les Douze chaises.

Le Bras de diamant fait vibrer d'aventure, de romance, d'humour et raconte l'histoire de Semion Gorbounkov, un économiste soviétique (joué par Iouri Nikouline) qui, pour la toute première fois, part en croisière hors de l'Union soviétique. Lors d'une escale à Istanbul, Semion marche sur une croûte de pastèque gisant sur le trottoir et tombe en poussant un juron. Malheureusement, il se trouve que c'est exactement le mot de code d'une bande de criminels qui doivent secrètement livrer des diamants à Moscou. Ils prennent Semion pour leur coursier et cachent les pierres dans un plâtre que les escrocs lui mettent au bras quand le pauvre Semion est assommé. Le reste du film est une aventure hilarante et pleine d'action.

Le Hérisson dans le brouillard (1975)

Un hérisson traverse une route forestière déserte pour compter les étoiles avec son ami l'ourson. Au cours de son voyage, le hérisson entre dans un brouillard dense, suivi d'une grande chouette, d'un escargot, d'une chauve-souris, d'un chien et d'un magnifique cheval blanc, s'élevant fantomatiquement à travers le brouillard.

Le génie de l'animation soviétique Iouri Norstein a conçu sa créature de dessin animé la plus emblématique avec le personnage principal du Hérisson dans le brouillard. Ce chef-d'œuvre d'animation a reçu de nombreux prix internationaux et a été classé n°1 dans un sondage au Festival d'animation Laputa 2003 au Japon, où 140 animateurs du monde entier ont sélectionné les meilleurs films d'animation de l'histoire.

Lire aussi : Ces dessins animés russes qui ont fait le bonheur des enfants du monde entier

Solaris (1972)

Andreï Tarkovski, l'un des réalisateurs russes les plus vénérés et l'homme derrière L'Enfance d'Ivan, Andreï Roublev, Le Miroir et Stalker, était passé maître dans l'art de poser des questions délicates. Sa saga de science-fiction Solaris est un véritable casse-tête. Basé sur un roman de Stanislas Lem, le film est à la fois hypnotique et obsédant.

Kris Kelvin, un psychologue, arrive à une mystérieuse station spatiale semi-abandonnée qui dérive au-dessus de la planète océanique Solaris. Outre les trois scientifiques qui travaillent sur l'immense installation, Kris rencontre une bande de « fantômes », qui semblent incarner certains des souvenirs humains les plus douloureux et les plus honteux. Kelvin est hanté par sa défunte épouse Hari (jouée par Natalia Bondartchouk) qui s'était suicidée après une querelle familiale dix ans plus tôt.

Le drame de science-fiction de Tarkovski (filmé au Japon, à Moscou et en Crimée) aborde la lutte entre la psyché et le caractère, la nature et la science, l'amour et les démons. Peu importe le côté que l'on prend, personne ne gagne vraiment.

Quand passent les cigognes (1957)

La fresque psychologique de Mikhaïl Kalatozov sur un couple amoureux déchiré par la Seconde Guerre mondiale compte parmi les meilleurs drames jamais réalisés. Elle dépeint de façon émouvante les conséquences dévastatrices du conflit à travers l'histoire déchirante de Veronika, dont la vie est ruinée après que son fiancé Boris soit parti au front sans jamais revenir.

Plein de gros plans et de prises de vue à couper le souffle, Quand passent les cigognes est le seul film soviétique à avoir remporté la très convoitée Palme d'Or au Festival international du film de Cannes. Près de 65 ans après sa sortie, ce drame soviétique iconique n'a rien perdu de son éclat visuel et de son magnétisme.

Moscou ne croit pas aux larmes (1979)

Ce film est comme de la pâte au levain. Il faut être patient et lui laisser le temps de se lever. Ce tour de force soviétique rendrait jalouse même l'auteur de Sex and The City, Candace Bushnell.

Trois meilleures amies partagent une chambre de dortoir et sont déterminées à réussir à Moscou. Katerina, la plus responsable de toutes, est invitée à garder l’appartement de son oncle professeur dans un gratte-ciel stalinien pendant que lui et sa femme sont absents. Pour rencontrer des hommes moscovites, les « trois sœurs » organisent une grande fête et se font passer pour les filles du professeur. Katerina n'est pas une romantique dans l'âme, mais lorsqu'elle rencontre un beau et modeste caméraman, elle n'y peut rien... et se retrouve bientôt enceinte. À la minute où Roudolf découvre que Katerina n'est pas la fille d'un professeur, mais qu'elle travaille dans une usine, il la largue, la mère toxique de l'homme exhortant Katerina à faire marche arrière. Malgré tout, elle donne naissance à une fille, devient chef d'usine et rencontre enfin l'amour de sa vie.

Un film doit avoir quelque chose de vraiment spécial s'il veut atteindre un public mondial. Moscou ne croit pas aux larmesde Vladimir Menchov a fait l'impossible lorsqu'il a remporté l'Oscar du meilleur film étranger en 1981. Il a prouvé que la nationalité, le budget ou le pays d'origine n'ont pas vraiment d'importance quand il s'agit de talent et de cœur.

Lire aussi : Dix films soviétiques à voir absolument

Guéna le crocodile (1969)

Le film d'animation soviétique en stop motion réalisé par Roman Katchanov a connu un énorme succès auprès de plusieurs générations d'enfants en Russie. Plus tard, trois autres films ont suivi : Tchebourachka (1971), Chapeau claque (1974) et Tchebourachka va à l'école (1983).

Guéna n'est pas un crocodile ordinaire. Ce personnage de dessin animé excentrique, créé par le prolifique écrivain et poète Edouard Ouspenski, porte une veste de smoking rouge, un nœud papillon noir et un petit chapeau melon. Il fume la pipe (ne vous inquiétez pas, Guéna a 50 ans), joue de l'accordéon et travaille au zoo. Il est très ami avec Tchebourachka (l'autre invention d'Ouspenski, décrit par beaucoup comme le « Mickey Mouse soviétique ») – une mignonne petite créature aux grandes oreilles arrondies et aux yeux grands ouverts.

Tchebourachka est devenu un personnage emblématique, et ce, pas qu’en URSS. Il est connu sous le nom de Topple au Royaume-Uni, Muksis en Finlande, Plumps en Allemagne et Drutten en Suède. Tchebourachka est également devenu célèbre au Japon. En 2003, une société japonaise a acheté à Soyouzmoultfilm les droits de distribution des dessins animés Tchebourachka au pays du Soleil levant jusqu'en 2023.

Requiem pour un massacre (1985)

Ce film est imprégné d'un sentiment désespéré de désolation et de défaite. L'action se déroule en 1943 en RSS de Biélorussie, pendant l'occupation nazie. Connu pour être un cinéaste intransigeant, Elem Klimov a réalisé son film pour raconter un chapitre de l'histoire à travers les yeux d'un garçon, un partisan de 16 ans nommé Fliora (brillamment représenté par Alekseï Kravtchenko). Klimov, originaire de Stalingrad, avait lui-même été témoin des horreurs de la Seconde Guerre mondiale et voulait faire un film de guerre dur, et non une saga sucrée de victoire.

Que faut-il pour rester humain dans des circonstances inhumaines ? Vous avez la possibilité de le voir et de décider par vous-même. Le défi de Requiem pour un massacren'était pas d'effrayer le spectateur avec les horreurs de la guerre, mais d'exposer les profondeurs cachées de la tragédie avec un hyperréalisme et une terrifiante honnêteté. Il était plus important pour Elem Klimov d'exposer les cicatrices internes (ou plutôt éternelles) laissées sur l'âme du garçon, plutôt que ses premiers cheveux gris et ses premières rides.

Le drame soviétique a été salué par les cinéastes, les critiques et les historiens du monde entier. « Ce film russe de 1985 est l'un des films les plus dévastateurs jamais réalisés sur quoi que ce soit, et dans ce film, les survivants doivent envier les morts », a conclu le critique de cinéma Roger Ebert, lauréat du prix Pulitzer, dans sa critique.

Dans cet autre article, nous vous présentions cinq films ayant révolutionné le cinéma russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies