Combien d’Oscars la Russie a-t-elle remportés à ce jour?

Nikita Mikhalkov et sa fille Nadia

Nikita Mikhalkov et sa fille Nadia

M. Gnisyuk/Sputnik
Cette année, pour la 90ème cérémonie des Oscars, le film dramatique russe Faute d’amour (Loveless) réalisé par Andreï Zviaguintsev est en lice dans la catégorie du «Meilleur Film en langue étrangère». En prévision de la cérémonie, fixée au 4 mars, Russia Beyond revient sur les précédents Oscars décernés à la Russie (et à l’Union Soviétique).

Oscar du meilleur film documentaire en 1943

Moscou contre-attaque (Leonid Varlamov et Ilya Kopalin, 1942)

Initialement appelé La défaite des troupes allemandes aux abords de Moscou, ce documentaire soviétique devient populaire aux États-Unis sous le nom de Moscow Strikes Back (littéralement Moscou contre-attaque). Le film relate une période difficile pour la capitale soviétique durant la Seconde Guerre mondiale entre octobre 1941 et janvier 1942, quand les troupes allemandes étaient aux portes de la ville. On y voit Moscou préparer sa défense : les habitants édifient des barricades et des fortifications, patrouillent dans les rues, et fabriquent des obus dans les usines militaires. Le film montre également des généraux soviétiques de haut rang et des scènes de violents affrontements avec l'ennemi.

Oscar du meilleur film en langue étrangère, 1969

Guerre et Paix (Serge Bondartchouk, 1967)

Grâce à cette adaptation cinématographique du célèbre roman de Léon Tolstoï, l’Union soviétique a remporté son tout premier Oscar dans la catégorie du « Meilleur film en langue étrangère » en 1969. Durant six ans, le pays s’était largement dévoué à ce projet coûteux de grande envergure. Des unités militaires régulières entières et un régiment de cavalerie spécialement créé s’étaient mis en scène, portant des costumes d'époque réalisés pour le film.

Lire aussi : Ces films basés sur des romans russes qui sont devenus des classiques d’Hollywood

Oscar du meilleur film étranger en 1976

Dersou Ouzala ( Akira Kurosawa, 1975)

Ce film soviéto-japonais, réalisé par le célèbre Akira Kurosawa, raconte les époustouflantes et périlleuses aventures du grand explorateur russe Vladimir Arseniev et d’un chasseur nomade nommé Dersou Ouzala dans la nature sauvage de l’Extrême-Orient. Le film soulève des questions existentielles sur la relation entre civilisation et nature, la foi et la place de l’Homme dans le monde.

Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1981

Moscou ne croit pas aux larmes (Vladimir Menchov, 1981)

Le film raconte l’histoire de trois femmes qui viennent de petites villes et arrivent à Moscou à la fin des années 1950. Pour atteindre le bonheur elles doivent supporter mensonges, trahison et travail pénible. Malgré tout elles parviennent à survivre dans cette immense ville cruelle.

Avant sa rencontre avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, le président américain Ronald Reagan a regardé ce film environ huit fois pour tenter de décrypter les mystères de l’« âme russe ».

Lire aussi : Le destin de Sergueï Dovlatov, écrivain à l'âme torturée, à la conquête du grand écran

Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1995

Soleil trompeur (Nikita Mikhalkov, 1994)

Jusqu’à présent, le seul film post-soviétique à avoir été récompensé par l'Oscar du meilleur film en langue étrangère est le drame Soleil trompeur du réalisateur Nikita Mikhalkov. En 1936 peu de temps avant le point culminant des Grandes Purges staliniennes, le légendaire commandant Sergueï Kotov passe tranquillement l’été avec sa famille et ses amis dans leur maison de campagne. Soudain, Mitia, un vieil ami de son épouse, arrive. Personne ne soupçonne que ce gentil et courtois jeune homme travaille pour la police secrète soviétique et que la famille de Kotov est désormais confrontée à un terrible destin.

Oscar du meilleur court-métrage d'animation en 2000

Le Vieil Homme et la Mer (Alexandre Petrov, 1999)

Ce film d'animation d'Alexandre Petrov donna à la Russie sa seconde victoire aux Oscars, en remportant le prix dans la catégorie du « Meilleur court-métrage d’animation ». Inspiré du court roman d'Ernest Hemingway, il est le premier film d’animation à être réalisé en IMAX (Image Maximum – désigne un format de pellicule).

Faute d’Amour de Zviaguintsev viendra-t-il compléter cette liste ? En attendant les résultats, Russia Beyond revient sur sa nomination aux Oscars dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies