Sept films mémorables relatant les aventures d’étrangers en URSS

Eldar Riazanov, Franco Prosperi/Mosfilm, 1974
Que réservait aux visiteurs étrangers le pays le plus fermé et le plus mystérieux? Pour le savoir, regardez donc ces chefs-d'œuvre cinématographiques!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les Incroyables Aventures d'Italiens en Russie, 1974

Une émigrée russe âgée meurt à Rome, mais avant son dernier souffle, elle raconte à sa petite-fille qu'elle a caché ses bijoux à Leningrad avant la Révolution. Elle lui dévoile alors un indice de taille : ils sont « sous le lion ». Malheureusement, cette conversation est entendue par plusieurs autres personnes, et elles deviennent toutes concurrentes dans la quête de ce trésor. Le KGB, lui-même au courant, ne manquera alors pas de les suivre. Les Italiens déterrent par conséquent toute la « cité des lions » et se lancent dans des courses poursuites à bord de Lada.

Intergirl, 1989 

Le personnage principal de ce film soviétique est une infirmière l'après-midi et une prostituée la nuit. Tout ce dont elle rêve, c'est d'épouser un étranger et de partir au-delà des frontières. Or, cette option survient à elle – l’un de ses clients, un ingénieur suédois qui travaille à Leningrad, lui fait une demande en mariage. Et comment était-ce d'épouser un étranger dans ces années-là ? Un vrai thriller. Il s’agit du seul film montrant la vie et le travail des étrangers en URSS sous cet angle.

Le Cirque, 1936

Voici un film sur la vie des noirs en URSS. Oui, oui, en 1936 ! Un cirque américain part en tournée en Union soviétique. L'héroïne incarnée par Lioubov Orlova a un fils à la peau noire, et la direction du cirque la fait constamment chanter. En conséquence, elle et son enfant trouvent un nouveau foyer en URSS. D'ailleurs, l'acteur James Patterson, qui a joué cet enfant, a dans la réalité un père américain (qui est venu en URSS sur fond de la Grande Dépression) et une mère russe. Après l'effondrement de l'Union soviétique, il est retourné aux États-Unis.
 

Souvenir russe, 1960

Un avion effectue un atterrissage d'urgence sur le Baïkal avec des étrangers qui se dirigent vers Pékin. Les passagers n’ont alors d’autre choix que d’aller voir comment vivent les gens en Sibérie. Ici, ils se familiarisent avec les traditions d'hospitalité russes et le mode de vie soviétique. Bien sûr, le film semble un peu naïf aujourd'hui, mais pour le sourire de la resplendissante Lioubov Orlova, l’on peut aisément fermer les yeux sur les détails techniques.

Lire aussi : Les 100 films les plus cultes de Russie et d'URSS

Ruth, 1989

Dans les années 1930, une pianiste française épouse un diplomate soviétique et part vivre en URSS. Mais l'histoire romantique ne fonctionne pas : en Union soviétique, les attendent la répression et des années de camps. Le film est basé sur des événements réels.
 

Transsibérien, 1977

Nous sommes en 1927. Un homme d'affaires japonais emprunte le Transsibérien pour se rendre à Moscou. Néanmoins, les renseignements occidentaux veulent perturber les négociations commerciales et envoient dans ce même train un tueur en charge d’éliminer le Nippon avant qu’il n’atteigne le terminus. Bien sûr, les tchékistes soviétiques ne dorment toutefois pas.

Est-Ouest, 1999

Ce film a été tourné après l'effondrement de l'URSS, mais l'action se déroule dans les années d'après-guerre. À la fin de la décennie de 1940, des descendants de ceux qui avaient fui la Révolution reviennent au pays. Parmi eux se trouve un médecin, Alexeï Golovine, avec sa femme française et son enfant. Or, à leur arrivée, il s'avère que l’URSS ne correspond pas exactement à ce qu'ils attendaient, mais il est d’ores et déjà impossible de retourner en France.

Dans cet autre article, nous vous présentions les films retranscrivant au mieux la réalité russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies