Sept films d’Andreï Tarkovski à voir absolument

Igor Gnevashev/Global Look Press
Au total, le plus grand réalisateur de Russie n'a tourné que sept films. Voici quelques mots sur chacun d’entre eux et la raison pour laquelle vous devez les regarder.

« Pour moi, c’est Dieu », a déclaré Lars von Trier au sujet du réalisateur russe Andreï Tarkovski. Dans une interview avec Time Out London, von Trier a déclaré avoir vu 20 fois le film de Tarkovski Le miroir. Récemment, quatre films de Tarkovski ont été inclus dans la liste des 100 plus grands films en langue étrangère de tous les temps de la BBC.

La beauté et le silence philosophique du travail de Tarkovski inspirent toujours les réalisateurs acclamés, de von Trier à Andreï Zviaguintsev, ainsi que les cinéastes de la nouvelle génération.

Lire aussi : Le «Dieu» du cinéma venu de Russie

L’un des cinéastes les plus visionnaires, les plus célèbres et les plus influents au monde à l’époque de sa mort tragique à 54 ans, Tarkovski n’a tourné que sept longs métrages. Ce sont tous des explorations métaphysiques et spirituelles de l’humanité et chaque film est reconnu dans le monde entier comme un chef-d’œuvre artistique.

1. L’enfance d’Ivan, 1962

C’est le premier long métrage de Tarkovski. Ivan, 12 ans, orphelin suite à l’invasion des troupes hitlériennes, devient éclaireur dans l’armée soviétique. Il risque sa vie en se glissant entre les lignes de front marécageuses.

Le film valut à Tarkovski des éloges à l’Ouest ainsi que le Lion d’or au Festival du Film de Venise.

2. Andreï Roublev, 1966

Le film suivant de Tarkovski est un exemple de la manière dont sa technique a évolué. Le film montre huit moments de la vie d’Andreï Roublev, peintre d’icônes russe du XVe siècle. Le film a été interprété par beaucoup comme une allégorie de la situation critique de l'artiste sous le régime soviétique et n'a donc pas été diffusé en Russie pendant plusieurs années.

Lire aussi : Sur les traces d'Andreï Roublev

3. Solaris, 1972

Tarkovski a remporté des éloges après avoir adapté à l'écran le roman de science-fiction Solaris de l'écrivain polonais Stanislaw Lem. Cette histoire évoque un scientifique envoyé pour enquêter sur de mystérieux événements survenus sur une station spatiale en orbite autour de la planète Solaris. À son arrivée, il retrouve sa femme, morte, en vie sur la station, et tente de la tuer, mais, comme dans c’est sans cesse le cas dans ce classique de science-fiction déconcertant, elle revient sans cesse.

4. Le miroir, 1975

Le miroir est sans doute le film clé de Tarkovski, et il est aussi proche de la poésie que du cinéma. Les souvenirs fragmentés d’un poète mourant, Alexeï, forment cette rêverie autobiographique envoûtante, qui entrelace des poèmes du père de Tarkovski, Arseni, un écrivain renommé de l’ère soviétique. L’approche kaléidoscopique du film n’offre pas de récit direct et combine des événements, des rêves et des souvenirs avec des séquences d’actualités.

5. Stalker, 1979

L’autre film de science-fiction de Tarkovski est sa dernière œuvre réalisée en Russie avant son émigration en Italie. Il est basé sur le roman Pique-nique au bord du chemin des frères Strougatski. Dans un monde fictif, le protagoniste - Stalker - gagne de l'argent en menant des tournées illégales dans la Zone morte. C’est une zone de danger cachée qui contient une salle offrant aux visiteurs un accès à leurs désirs les plus intimes. Selon l'intrigue, Stalker part dans la zone avec l'Écrivain et le Professeur. Les chemins à travers la Zone morte - autant un état d'esprit qu'un lieu - peuvent uniquement être sentis, pas vus, au sein de ce qui constitue ce labyrinthe métaphysique.

Lire aussi : Cinq nouveaux films russes sur la Seconde Guerre mondiale susceptibles d’exploser au box-office

6. Nostalghia, 1983

Au début des années 80, Tarkovski quitta définitivement la Russie. Sa carrière de cinéaste a été relancée en Italie où il a réalisé un documentaire télévisé intitulé Tempo di viaggio suivi de Nostalghia, écrit en collaboration avec le célèbre scénariste italien Tonino Guerra. Dans Nostalghia, un écrivain russe se rend en Toscane avec son traducteur, à la recherche d'un compositeur russe du XVIIIe siècle qui s’est suicidé. Le mal du pays et le désespoir le contrarient jusqu'à ce qu'il rencontre Domenico, un fou, qui le convainc de s'atteler à une tâche : marcher avec une bougie allumée d'un bout à l'autre d’une piscine pour « sauver le monde ».

7. Le sacrifice, 1986

Au moment où Tarkovski a commencé à travailler sur son dernier film, il savait qu'il était gravement atteint d'un cancer. Production suédoise, Le Sacrifice est une allégorie du sacrifice de soi dans lequel un homme interprété par Erland Josephson renonce à tout ce qui lui est cher pour éviter une catastrophe nucléaire. Le recours à Josephson et au directeur de la photographie Sven Nykvist, tous deux connus pour leurs collaborations avec Ingmar Bergman, témoigne de l'influence du réalisateur suédois, l'un des rares réalisateurs que Tarkovski admirait vraiment.

Dans cet autre article, nous vous présentions cinq films et séries inspirés de grandes œuvres littéraires russes qu’il vous faut visionner à tout prix.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies