Ces dessins animés russes qui ont fait le bonheur des enfants du monde entier

Masha et Michka
Plusieurs séries de dessins animés russes ont été visionnées et appréciées aux quatre coins du globe. Combinant les décennies d’expérience de l’école d’animation soviétique et russe, les technologies modernes et des histoires universelles, les intrigues et personnages qui suivent se sont fait un nom sur la scène internationale.

1. Smechariki

Lorsqu’a débuté la production du premier épisode de la série animée Smechariki, au studio d’animation Pétersbourg en 2003, les réalisateurs ne s’attendaient pas à l’impact que cela aurait. Plus de 10 ans plus tard, la série a été adaptée dans de nombreux pays, y compris en Allemagne, aux États-Unis, mais aussi en France.

Le titre Smechariki provient du mélange de deux mots russes « smechnye », signifiant « amusants », et « chariki », « petites balles », et fait référence aux personnages y figurant, des animaux tout ronds.

Cette idée n’était pourtant pas complètement inédite. Dans les années 70, le titre du dessin animé Locharik était lui aussi dérivé de deux mots, dont « charik », et le personnage principal était un cheval (« lochad ») fait de petites balles.

Lire aussi : Si la littérature russe m’était contée… en dessins animés

Les premiers épisodes, d’une durée de 6 minutes, ont été diffusés sur Piervy Kanal (Première chaîne) au cours de l’été 2004. À présent, plus de 450 épisodes des Smechariki ont été réalisés et beaucoup encore sont en cours de production. Ont également vu le jour de nombreuses séries dérivées, notamment Kroch et Panda et Code PIN, ainsi que deux longs métrages. La sortie de Déjà vu est d’ailleurs prévue pour 2018.

Smechariki est le premier dessin animé russe à avoir été adapté à l’étranger. Aux États-Unis, la série a été rebaptisée GoGoRiki et a été diffusée pour la première fois en 2008, la version allemande, Kikoriki, a débuté l’année dernière. Dans l’Hexagone, c’est France 3 qui a retransmis ce programme dès 2013, également sous le nom de Kikoriki.

2. Masha et Michka

Se basant vaguement sur un conte populaire russe à propos d’une petite fille vivant dans les bois et ayant des contacts avec des animaux fictifs, notamment un ours bienveillant, la série animée Masha et Michka, ou Masha et l’Ours, a été pour la première fois diffusée à la télévision russe en 2009.

Le développement du concept a néanmoins pris de longues années. En effet, l’animateur Oleg Kouzovkov en a émis l’idée dès 1996, après avoir vu une malicieuse fillette lors de ces vacances en bord de mer. Il s’est également inspiré du dessin animé Tom et Jerry.

Aujourd’hui, la série est produite par le studio Animaccord, et en est à sa quatrième saison, avec 67 épisodes ayant d’ores et déjà été retransmis, ainsi que deux séries dérivées : Les contes de Masha et Les histoires d’horreur de Masha.

Lire aussi :  Masha et Michka: les secrets d’un succès

La série Masha et Michka a été traduite dans plus d’une vingtaine de langues et a été diffusée dans plus de 100 pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, au Moyen-Orient ou encore en Australie et en Italie. En France, elle a été retransmise sur France 4.

Elle a également eu un succès retentissant sur YouTube, puisque l’épisode Masha + Kacha a généré plus de 2,6 milliards de vues, devenant la vidéo non musicale la plus regardée de la plateforme.

Les produits dérivés de Masha et Michka sont par ailleurs vendus dans le monde entier. En 2015, les producteurs ont en effet gagné 225 millions de dollars grâce aux contrats de licence et à la vente de ces produits, et plus de la moitié de cette somme provenait d’au-delà des frontières russes.

3. La Reine des neiges

Contrairement à Smechariki et Masha et Michka, cette franchise a été conçue comme un long métrage destiné au cinéma. Inspiré du conte de Hans Christian Andersen et réalisé par Vladlen Barbe et Maxim Svechnikov, La Reine des neiges est sortie en Russie à la fin de l’année 2012.

L’histoire de Kai et Gerda, frère et sœur, affrontant la diabolique Reine des neiges, qui a recouvert le monde de glace, a eu une résonnance universelle. Il a d’ailleurs été le premier film d’animation russe à concourir aux Golden

Lire aussi : Youri Norstein: «Je ne suis pas en accord avec mon époque»

Finalement, La Reine des neiges, produite par Wizart Animation, a été diffusée au cinéma dans plus de 80 pays, notamment en France, en Chine, au Royaume-Uni ou encore aux États-Unis, engrangeant près de 25 millions de dollars de recette à travers le monde. Ont ensuite été produits La Reine des neiges 2, en 2015, et la Reine des neiges 3, en 2016.

4. Trois chats

Réalisé par le studio Metronom, cette série animée pour enfants a débuté en 2015 et est diffusée sur les chaînes CTC network et Karoussel en Russie.

À ce jour, 70 épisodes des aventures des chats Korjik, Karamelka et Kompot, ont été produits.

Un peu plus tôt cette année, Viacom en a fait l’acquisition des droits pour pouvoir diffuser cette série sur la réseau de télévision Nick Jr., dans 143 pays, incluant la France, l’Allemagne, l’Espagne ou encore l’Inde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.