Les 25 films les plus cultes de Russie, à voir et revoir

L’histoire du cinéma russe et soviétique est parsemée de pépites qu’il faut absolument visionner pour comprendre l’essence même de la culture nationale. Les œuvres qui suivent vous permettront ainsi d’effleurer la si mystérieuse âme russe.

Bonjour, je suis votre tante! - Viktor Titov, 1975

En Union soviétique on aimait adapter au cinéma les classiques anglais, mais cette version de la pièce populaire de Brandon Thomas La tante de Charley reste depuis sa sortie un hit inégalé. Comédie au cours de laquelle le héros, se cachant de la police en se faisant passer pour la riche Donna Rosa du Brésil, commence à jouir d’un succès fou auprès des hommes.

Le Printemps - Grigori Alexandrov, 1947

Une comédiette d’opérette se voit confier un rôle de scientifique dans un nouveau film. Néanmoins, les horaires des répétitions au théâtre et au cinéma se chevauchent, et elle ne peut être à deux endroits à la fois. Or, il s’avère que parmi de véritables chercheurs se trouve son sosie parfait. L’actrice convainc alors la véritable scientifique de la remplacer sur le plateau de tournage.

Les deux rôles sont ici joués par Lioubov Orlova, idole du peuple, qui s’est durant la Seconde Guerre mondiale rendue sur le front afin de livrer des allocutions à destination des soldats.

Lire aussi : Ces films basés sur des romans russes qui sont devenus des classiques d’Hollywood

Les Aventures de Bouratino - Leonid Netchaïev, 1976

La version russe de Pinocchio a été l’un des contes préférés des enfants soviétiques. La bande musicale du film est entré dans le Fond d’or de la musique cinématographique de Russie.

Le 9e escadron - Fiodor Bondartchouk, 2005

La guerre d’Afghanistan a longtemps été un sujet douloureux en Russie, c’est pourquoi il existe peu de films à son propos. Le réalisateur Fiodor Bondartchouk a néanmoins pris ce risque et offert un blockbuster pénétrant dans l’esprit des films américains sur le Vietnam.

Dersou Ouzala - Akira Kurosawa, 1975

Cette œuvre du Japonais Kurosawa, tournée en russe et en URSS, a reçu l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Cette production soviéto-niponne se base sur la nouvelle autobiographique de Vladimir Arseniev, explorateur de l’Extrême-Orient russe. Durant ses expéditions il était aidé par le chasseur Dersou Ouzala, un autochtone de la région d’Oussouriïsk connaissant parfaitement les environs et sachant que faire, par exemple, face à un tigre.

Lire aussi : Top 7 des films russes qui ont conquis le cœur (et le portefeuille) des spectateurs

Sportloto-82 - Leonid Gaïdaï, 1982

Une comédie au sujet d’un duo d’escrocs qui partent à la recherche d’un billet de lotterie gagnant. Le film a été numéro un au box-office en 1982, avec 55 millions de spectateurs. L’un des meilleurs binomes comiques d’URSS, les acteurs Kokchenov et Pougovkine engendrent ainsi les fous rires du public depuis plus de 30 ans.

Le Garçon de course - Karen Shakhnazarov, 1986

Ivan, un jeune homme n’ayant pas intégré l’université, commence à travailler comme livreur et entame une romance avec la fille d’un professeur, Katia. Le père de cette dernière n’est pas emballé par cette situation, et le héros décide alors de l’enrager en affirmant que Katia est enceinte. Film datant de la perestroïka, y est vivement dépeinte l’époque et l’on peut même y assister à l’avènement du breakdance soviétique.

Le Barbier de Sibérie - Nikita Mikhalkov, 1998

Une magnifique saga au sujet d’un jeune élève d’école militaire de Russie impériale. Il s’enriche d’une aventurière américaine et se montre prêt à tout pour défendre cette femme et son propre honneur. En duo avec l’acteur Oleg Menchikov, joue ici la star hollywoodienne Julia Ormond. Cette œuvre est célèbre en raison du fait que, pour son tournage, le président Boris Eltsine a autorisé l’extinction des étoiles rouges du Kremlin, qui ne l’avaient été que durant la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi : Comment les réalisateurs soviétiques ont bouleversé le septième art

Piter FM - Oksana Bytchkova, 2006

Cette histoire romantique dans le décor du Saint-Pétersbourg estival a presque été en 2006 le symbole de l’année, malgré une intrigue sans prétention. Une jeune fille du nom de Macha perd son téléphone portable. Celui-ci est trouvé par Maksim, qui souhaite alors le lui rendre mais les deux personnages ne parviennent pas à se rencontrer. Néanmoins, leurs échanges téléphoniques voient naître de manière inattendue leur amour réciproque.

Comment Viktor L'Ail mena Alexeï le Boulon à l'asile d'invalides - Alexandre Khant, 2017

Premier film du réalisateur Alexandre Khant, il s’articule autour d’une intrigue pour le moinsoriginale, qui a redonné des forces au cinéma russe, montrant de véritables du peuple. Dans ce long métrage d’aventure, le gopnik Vitka apprend qu’il a un père-criminel, devenu invalide et comprend que s’il parvient à le placer en maison spécialisée, il pourrait s’approprier l’appartement de son géniteur.

L'Homme à la caméra - Dziga Vertov, 1929

Film documentaire de l’avant-gardiste Vertov, il s’immisce au cœur de la vie de la jeune république soviétique : voitures et autobus circulent, ouvriers travaillent dans les usines, les passants se pressent. Là un mariage, des naissances, des enterrements, filmés au moyen des techniques novatrices du légendaire réalisateur.

Lire aussi : Ces films légendaires russes à regarder à tout prix

Le Printemps dans la rue Zaretchnaïa - Marlen Khoutsiev, Felix Mironer, 1956

Symbole du cinéma de l’époque du Dégel de Khrouchtchev, ce film met en scène un travailleur de choc au sein d’un combinat metallurgique qui se rend à une école du soir et tombe amoureux d’une jeune enseignante, arrivée sur affectation de l’institut pédagogique. Tous deux sont de fiers citoyens soviétiques dotés de principes et leur relation se construit difficilement.

L’Homme amphibie, Vladimir Chebotariov, Gennadi Kazanski, 1962

La Forme de l'eau, film russe récompensé aux Oscars en 2018, fait bien pâle figure face à l’adaptation soviétique du roman d’Alexandre Beliaïev L’Homme amphibie. Contrairement au monstre vert, dans le film russe l’amphibie Ichtyandr Salvator est incarné par le séduisant Vladimir Korenev. Il vit dans l’eau et est ami avec des dauphins, lorsque soudainement il sauve une jolie jeune fille se noyant. Il souhaite alors devenir un homme comme les autres, mais hélas, hors de l’eau, il ne peut survivre bien longtemps.

Andreï Roublev – Andreï Tarkovski, 1966

Huit nouvelles racontent la vie du moine et peintre d’icônes Andreï Roublev. Il observe le sanglant, cruel et impie Moyen-Âge russe, avec ses baladins, païens, faibles d’esprit et assaults tataro-mongols. Ce film de Tarkovski est fortement apprécié également à l’étranger, puisqu’il a plus d’une fois intégré le top 100 de meilleures œuvres toutes époques et nations confondues.

Lire aussi : Les huit meilleurs films sur les Romanov, la famille impériale russe détrônée

Le cuirassé Potemkine - Sergueï Eisenstein, 1925

Il est peu probable qu’un spectateur contemporain regarde de son plein gré ce film, qui figure pourtant dans tous les manuels d’histoire du cinéma. Le légendaire réalisateur Sergueï Eisenstein relate les événements de la première révolution russe de 1905 : des marins refusent de manger de la viande périmée, que leur donne leur commandement, et lancent une mutinerie. L’une des scènes les plus importantes du film est la fusillade des habitants pacifiques sur les escaliers d’Odessa, qui est devenue un véritable classique connu de tous.

Guerre et Paix - Serge Bondartchouk, 1966

Cette histoire de plusieurs familles sur fond de guerre entre la Russie et Napoléon en 1812 s’est vu être récompensée d’un Oscar. Les critiques l’ont par ailleurs qualifiée de meilleure adaptation de l’épopée de Tolstoï. Les rôles d’André Bolkonsky et d’Anatole Kouraguine sont ici assurés par les sex-symboles soviétiques Viatcheslav Tikhonov et Vassili Lanovoï. Réservez un week-end entier pour visionner cette toile épique.

Afonia - Gueorgui Danielia, 1975

Le touchant et solitaire plombier Afonia travaille par-dessus la jambe et ne rate aucune occasion pour boire. Lors d’une réunion du collectif, il se fait sermonner et menacer de renvoi, mais même cela ne l’arrête pas. Seule une jeune femme du nom de Katia est persuadée qu’il peut changer. Cette comédie amusante au sujet d’un Russe lambda a conquis le public tant par ses personnages typiques que ses dialogues parfaits.

Lire aussi : Sept films russes d’art et d’essai à citer sans modération pour briller en soirée

Un miracle ordinaire - Mark Zakharov, 1979

Ce film se base sur la pièce d’Evgueni Chvarets et raconte l’histoire d’un ours s’étant transformé en jeune homme par le biais de la magie. Grâce au baiser d’une princesse il devrait pouvoir redevenir une bête, mais il ne le souhaite pas. L’un des contes pour adultes les plus appréciés d’URSS, il a été présenté au public le 1er janvier, soit le jour où beaucoup espèrent une nouvelle vie et un miracle.

Le Disciple – Kirill Serebrennikov, 2016

Un élève des classes supérieures décide de s’engager aveuglément dans la religion et avale de manière la plus rigide tout ce que lui dit son précepteur et tout ce qu’il lit. Il se met alors à forcer ses proches à vivre selon ses propres dogmes, et évidemment rien ne bon n’en ressort. Cette œuvre du célèbre réalisateur de théâtre et de cinéma Kirill Serebrennikov découle de sa mise en scène réussie au Centre Gogol de Moscou. Il a, grâce à cette œuvre, reçu divers prix lors de festivals internationaux et notamment au sein de l’un des programmes de celui de Cannes.

Léviathan – Andreî Zviaguintsev, 2014

Il s’agit de l’un des plus célèbres films de Zviaguintsev, tourné dans le minisucule village de Teriberka, dans la région arctique de Mourmansk, qui est depuis devenu La Mecque des réalisateurs d’œuvres d’auteur. Est ici mis en scène le désespoir d’un homme face aux autorités gouvernementales, une histoire bouleversante récompensée d’un Golden Globe et d’une nomination aux Oscars.

Lire aussi : Cinq faits sur Sergueï Eisenstein prouvant qu’il était un génie

Night Watch - Timour Bekmambetov, 2004

C’est l’histoire distrayante d’un gars, Anton, ayant par hasard rompu la trêve plutiséculaire entre les forces du mal et du bien. Night Watch a été l’un des premiers blockbusters de Russie et est l’œuvre de Timour Bekmambetov, qui possédait d’ores et déjà une grande expérience à Hollywood. Il a ici adapté le roman homonyme fantastique de Sergueï Loukianenko. Une suite à par ailleurs été produite : Day Watch.

Ils mourront tous sauf moi - Valeria Gaï Germanica, 2008

Ce drame de Valeria Gaï Germanica au sujet des problèmes de l’approche de l’âge adulte chez les adolescents, a fait grand bruit à Cannes. C’est précisément ce film qui a fait de Valeria, alors âgée de 24 ans, une véritable star, bien qu’il s’agisse de son unique œuvre réellement digne d’intérêt.

Ils ont combattu pour la patrie - Serge Bondartchouk, 1975

Cette adaptation du roman de Mikhaïl Cholokhov a été réalisée par Bondartchouk, réalisateur primé aux Oscars. Le film se penche sur les exploits des troupes soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale et est sorti à l’occasion du trentième anniversaire de la Victoire, avant de devenir un classique du genre.

Nous vivrons jusqu’à lundi - Stanislav Rostotski, 1968

Dans ce long métrage sont narrés trois jours de la vie d’une école soviétique ordinaire, sur fond d’histoire d’amour entre une jeune enseignante et un professeur âgé. Nous vivrons jusqu’à lundi a alors été désigné meilleur film de l’année et a reçu le prix principal du Festival du cinéma de Moscou et même une récompense du gouvernement de l’URSS.

Lire aussi : Top 7 des films russes qui ont conquis le cœur (et le portefeuille) des spectateurs

Attention à la voiture - Eldar Riazanov, 1966

Iouri Detotchkine est le Robin Wood soviétique. Il vole en effet les automobilistes de riches citoyens ayant amassé leur fortune de manière illégale, les vend et reverse l’argent à des orphelinats. Un enquêteur découvre alors ses actes, mais apprenant leur but caritatif, ne se sent pas la force de l’arrêter.

L’un des films les plus populaires d’URSS, il présente l’idéal du citoyen soviétique, pour lequel la conscience et l’égalité sociale sont plus importantes que tout.

Vous souhaitez vous aussi percer dans le cinéma ? Russia Beyond a recueilli les conseils de réalisateurs russes, qui vous expliquent comment produire un film avec un budget limité.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies