Ces films légendaires russes à regarder à tout prix

Kinopoisk
L’histoire du cinéma russe et soviétique est parsemée de pépites qu’il faut absolument visionner pour comprendre l’essence même de la culture nationale. Les œuvres qui suivent vous permettront ainsi d’effleurer la si mystérieuse âme russe.

Quelques jours de la vie d'Oblomov - Nikita Mikhalkov, 1980

Si vous ne pensez pas avoir le courage de lire le plus grand roman russe portant sur la paresse, Oblomov, ce film est fait pour vous. Le personnage d’Oblomov est incarné par le talentueux Oleg Tabakov : il passe une partie considérable du long métrage sur un canapé et s’ennuie, jusqu’à ce qu’une jeune femme bouleverse sa vie.

Intergirl - Piotr Todorovski, 1989

Il est difficile de s’imaginer que ce film a été réalisé en URSS : prostituées, scènes érotiques, décisions arbitraires de la police, … Pour son époque, cette œuvre a été une véritable révolution cinématographique et a été interdite au moins de 16 ans. L’intrigue s’articule justement autour d’une prostituée rêvant de se trouver un étranger et de quitter le pays. Ayant concrétisé ce vœu, l’héroïne se sent cependant étrangère et inutile, mais ne peut plus regagner l’URSS.

Lire aussi : Cinq nouveaux films russes sur la Seconde Guerre mondiale susceptibles d’exploser au box-office

La petite Véra - Vassili Pitchoul, 1988

Voici encore un film de l’époque de la perestroïka ayant choqué les citoyens soviétiques : pour la première fois au cinéma russe était présentée une scène ouvertement érotique. Le film se concentre cependant sur un drame intergénérationnel : la jeune Véra vit selon les normes de son époque, que son père ne parvient pas à accepter. 

La femme qui chante - Alexandre Orlov, 1979

Une chanteuse méconnue traverse une série de difficultés et devient mère célibataire. Sa bonne étoile finit par se montrer et vient alors à elle la gloire et l’amour du public, mais cela ne lui apporte pas le bonheur. Il s’agit en réalité d’un film en l’honneur d’Alla Pougatchova, artiste culte d’URSS, qui joue d’ailleurs ici son propre rôle.

Kin-dza-dza! - Gueorgui Danielia, 1986

Les amateurs de Mad Max et des premiers Star Wars devraient avec curiosité se pencher sur l’œuvre steampunk de Gueorgui Danielia : deux connaissances se retrouvent dans une autre galaxie, où elles font connaissance avec des extraterrestres dotés de vaisseaux spatiaux. Pour ramener les Terriens sur leur planète, un élément perdu est néanmoins nécessaire. Les héros sont néanmoins sauvés par leurs allumettes, qui valent dans cet autre monde autant que l’or.

La Mère - Vsevolod Poudovkine, 1926

L’un des premiers films soviétiques de propagande. Le héros ici est un ouvrier révolutionnaire, tandis que le personnage négatif de l’intrigue est un père alcoolique se positionnant en faveur du tsar. Ce film est un drame tourné d’après le roman de Maxime GorkiLa Mère.

Lire aussi : Les huit meilleurs films sur les Romanov, la famille impériale russe détrônée

Les Chevaux de feu - Sergueï Paradjanov, 1965

À en croire le cinéaste serbe Emir Kusturica, il est ici question de l’un des meilleurs films au monde. L’histoire de Roméo et Juliette est transportée à l’époque des rivalités entre peuples houtsoules d’Ukraine. Grâce aux témoignages des contemporains, Paradjanov a retranscrit une tragédie personnelle digne de celle de Shakespeare.

Ciné-oeil - Dziga Vertov, 1924

Vertov est le Malevitch du cinéma russe, infatigable expérimentateur, s’efforçant de sortir de la théatralité. Main dans la main avec le cadreur Mikhaïl Kaufman, il a été le précurseur de l’avant-garde dans l’industrie cinématograpgique : mélangent les angles de prise de vue, utilisant le principe des suites associatives. Dans ce film muet, il crée un reflet de la vie réelle, ici, il n’y a ni acteurs, ni mise en scène.

Mama - Elisabeta Bostan, 1976

Plutôt psychédélique, ce film musical s’inspire du conte Loup et des sept chevraux : maman-chèvre s’absente de la maison, laissant ses petits livrés à eux-mêmes, un loup gris les enlève et réclame une rançon. Il s’agit de l’un des premiers musical cinématographiques soviétiques, dont les chansons ont longtemps été des hits, tant auprès des enfants que des adultes.

La blonde au coin de la rue – Vladimir Bortko, 1984

Nadejda Belokouraïa, selon les standards soviétiques, est l’idéal de la personne entreprenante. Elle sait où se procurer les produits souffrant de pénurie, a d’excellents contacts, et surtoutm le plus important, elle travaille dans un magasin gastronomique, ce qui en URSS était presque comparable à un poste de directeur d’usine. Ayant rencontré l’astrophysicien de ses rêves, elle tombe amoureuse et tente de changer, mais lui ne pense qu’à une chose : les civilisations extraterrestres. La blonde au coin de la rue est l’une des dernières comédies soviétiques, un carton du grand écran à son époque.

Lire aussi : Sept films russes d’art et d’essai à citer sans modération pour briller en soirée

Promesse du ciel - Eldar Riazanov, 1991

C’est presque Les Bas-Fonds de Maxime Gorki dans une interprétation tragicomique du légendaire Eldar Riazanov. Des sans-abris vivent dans une décharge urbaine et, malgré les menaces des autorités, ne veulent pas quitter les lieux. Pour les déloger sont alors envoyés des chars, mais les SDF n’en ont que faire, ils rêvent justement de monter aux yeux.

La formule de l’amour – Mark Zakharov, 1984

Cette œuvre s’inscrit parfaitement dans l’esprit de Woody Allen. L’affairiste, prétenduement sorcier et conte de Cagliostro se cache, poursuivi, en province, ses duperies ayant été démasquées par un prince influent de Saint-Pétersbourg. Cagliostro continue toutefois ses machinations : il promet à un jeune homme tombé sous le charme d’une statue de donner vie à cette dernière. Le charlatan tente également de deviner la formule de l’amour, pour entourlouper encore plus ses victimes.

Dix petits nègres - Stanislav Govoroukhine, 1988

Govoroukhine nous a ici offert la plus populaire écranisation du roman policier d’Agatha Christie. Dix inconnus se retrouve sans contact extérieur sur une île isolée, tous s’y son rendus sur invitation du maître des lieux, qui est cependant introuvable. Un à un, ces personnages trouvent la mort. Cette histoire glaçante est par ailleurs jouée avec brio par un casting soviétique de premier choix.

La Noce - Isidore Annenski, 1944

La remarquable actrice Faïna Ranevskaïa est encore aujourd’hui connue pour ses répliques piquantes et cocasses, devenues depuis des aphorismes. Dans ce long métrage inspiré des nouvelles de Tchekhov, elle incarne la principale héroïne des blagues russes : la belle-mère. Un film hilarant à propos de la bourgeoisie prérévolutionnaire.

Alexandre Nevski - Sergueï Eisenstein, 1938

Ce film historique du cinéaste culte a été réalisé sur commande de l’État afin d’accroître le sentiment patriotique des citoyens. En raison des brefs délais, il a alors fallu tourner en été la scène de la Bataille sur la glace (aussi connue sous le nom de Bataille du lac Peïpous), au cours de laquelle les chevaliers devaient sombrer dans les flots du lac, la glace se brisant sous le poids de leurs armures. De l’asphalte a donc été recouvert de sel, tandis que des des panneaux de bois ont été peints en blanc pour ressembler à des blocs de glace.

Lire aussi : Cinq faits sur Sergueï Eisenstein prouvant qu’il était un génie

Le Retour - Andreï Zviaguintsev, 2003

Le sinistre père de deux garçons rentre chez lui après plusieurs années d’absence. Ses fils  ne savent pas où il a été durant tout ce temps et se montrent méfiant à son égard. Comme si de rien n’était, il emmène ses deux enfants en randonnée… Premier film d’Andreï Zviaguintsev, il a permis à ce dernier de décrocher un Lion d’or au festival du cinéma de Venise et de devenir l’un des cinéastes les plus reconnus de la Russie contemporaine. Le Retour a également déterminé le style de son auteur : taciturne mais qui délecte le spectateur à chaque cadre.

Down House - Roman Katchanov, 2001

Mychkine, un programmeur, revient de l’étranger. Son compagnon de route, Rogojine, nouvellement maître de sa vie, s’étend sur l’objet de sa passion, une certaine Nastasia Filippovna. Mychkine tombe alors amoureux de cette dernière uniquement à travers sa description. Ce film absurde reprend en réalité l’intrigue de L’Idiot de Dostoïevski, transposée dans les folles années 1990.

Les Zazous - Valeri Todorovski, 2008

Voici l’histoire des fans de rock soviétiques, qui achètent des objets à la mode, écoutent une musique interdite, dansent le boogy-woogy et qui, bien entendu, nourrissent des sentiments amoureux. Leurs fêtesclаndestines sont toutefois dissipées par des détachements volontaires de communistes fidèles et ils se retrouvent donc jugés lors de réunions du Parti. Un film musical nostalgique de Todorovski qui a connu un réel succès au box-office l’année de sa sortie.

Le Légendaire n°17 - Nikolaï Lebedev, 2013

Biopic du célèbre hockeyeur soviétique Valeri Kharlamov, cette œuvre retrace son chemin vers la gloire depuis un club provincial de l’Oural jusqu’au CSKA de la capitale et son triomphe au sein de l’équipe nationale contre les Canadiens. Parmi les rôles principaux on retrouve notamment Danilа Kozlovski, sex-symbol et l’un des comédiens russes les plus prisés actuellement.

Ce même Münchausen - Mark Zakharov, 1980

Ce film est né du spectacle mis en scène au théâtre moscovite du Komsomol de Lénine selon le scénario du dramaturge Grigori Gorine. Le baron Münchausen est connu par son entourage pour passer son temps à fabuler. Sa fiancée exige néanmoins qu’il cesse de raconter des sornettes et cet homme se transforme alors peu à peu en être maussade. Il décide toutefois de répéter le voyage vers la Lune en étant propulsé … par un canon.

Bim chien blanc à l'oreille noire, Stanislav Rostotski, 1977

Si vous considérez que Hatchi est un film triste, celui-ci vous fera fondre en larmes, comme ont pu le constater plus d’une génération de Russes. Bim est un chiot setter Gordon doté d’une oreille noire, qui se retrouve au sein du foyer d’Ivan Ivanovitch, un amateur de chasse. Quand son maître est soudainement envoyé à l’hôpital, le quadrupède part alors à sa recherche.

Lire aussi : Top 7 des films russes qui ont conquis le cœur (et le portefeuille) des spectateurs

Ivan le Terrible - Sergueï Eisenstein, 1945

Consacré au plus cruel tsar de l’histoire russe, ce film était censé entrainer un élan de patriotisme en URSS et justifier les répressions du père des peuples, Joseph Staline. Il a été tourné sur commande du gouvernement en pleine Seconde Guerre mondiale et de nombreux acteurs ont alors souffert de la famine. Trois parties devaient initialement voir le jour mais Eisenstein s’est éteint après le tournage de la deuxième.

Les Cosaques de Kouban - Ivan Pyriev, 1950

Il s’agit là d’une comédie musicale mettant en scène la compétition de deux kolkhozes qui se préparent pour une foire. Les temps de famine d’après-guerre sont ici enjolivés, avec une abondance de produits et de distractions. Pyriev a quant à lui été directeur des studios Mosfilm, puis pendant plus de dix ans président de l’Union des cinéastes d’URSS. On peut donc dire de lui qu’il était le principal censeur du cinéma soviétique de l’époque, et que son œuvre est fortement imprégniée de l’idéologie communiste du régime.

Les particularités de la chasse nationale - Alexandre Rogojkine, 1995

Un étranger arrive en Russie pour en étudier les traditions, qui lui sont présentées sous toutes leurs formes, et notamment la chasse accompagnée d’une caisse de bouteilles de vodka. Cette comédie provoque l’hilarité générale des Russes, qui se reconnaissent quelque peu il est vrai dans ces péripéties caricaturales.

Solaris – Andreï Tarkovski, 1972

Un psychologue arrive à bord de la station spatiale Solaris et découvre qu’il s’y passe quelque chose d’étrange : tous les chercheurs qui y vivent souffrent de maladies mentales. Au final, il commence lui-même à avoir des hallucinations, et notamment celle de sa femme décédée. Drame fantastique de Tarkovski ayant inspiré de nombreux cinéastes et artistes dans le monde, il s’agit en fait de l’adaptation du roman de l’écrivain polonais Stanislas Lem.

Saviez-vous combien d’Oscars la Russie a-t-elle remportés à ce jour ? La réponse est dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies