Sept films russes d’art et d’essai à citer sans modération pour briller en soirée

Du 2 au 10 juin, à Sotchi, le festival cinématographique Kinotavr a présenté certains des films russes les plus sensationnels de cette année. Par conséquent, si vous souhaitez être à la page en matière de cinéma russe contemporain, cette sélection devrait vous permettre d’en découvrir les principales tendances.

Ce mois-ci, Kinotavr a projeté des dizaines de films s’articulant autour de scénarios honnêtes et réalistes. Familiarisez-vous donc avec le cinéma indépendant russe d’aujourd’hui, au travers de ces œuvres y ayant été présentées.

1. Leto (L’Été), Kirill Serebrennikov

Le coup d’envoi du festival Kinotavr a été donné par la projection du dernier film du réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov. En mai, cette œuvre avait été présentée à Cannes et avait décroché la récompense de la Meilleure bande son. Y est dépeinte la vie des musiciens soviétiques des années 1980, et notamment celle des légendes du rock russe Viktor Tsoï et Mike Naoumenko. Le spectateur devient ainsi le témoin du triangle amoureux liant ces derniers avec la femme de Naoumenko, Natalia.

2. L’histoire d’une nomination, Avdotia Smirnova

Ce long métrage, élu Meilleur scénario du festival, se base sur un épisode de la vie de Léon Tolstoï. Ici, ce géant de la littérature russe est encore jeune, plein de passion et aspire à changer son existence pour le meilleur. Il rencontre alors le lieutenant Grigori Kolokoltsev et tous deux deviennent très proches. La trajectoire de carrière de Kolokoltsev, marquée par l’influence de Tolstoï, repose ainsi au centre de l’intrigue.

Lire aussi : Dix films conjointement produits par la France et la Russie qu'il vous faut visionner à tout prix

3. La guerre d’Anna, Alekseï Fedortchenko

La Seconde Guerre mondiale est ici montrée à travers les yeux d’une fillette s’étant échappée d’un camp de concentration nazi et cachée dans la cheminée du bureau d’un commandant allemand. Durant la nuit, Anna part à la recherche de nourriture et d’eau. Ce film se compose de plusieurs épisodes de sa vie.

4. Le cœur du monde, Natalia Mechtchaninova

Il s’agit de l’histoire d’un vétérinaire nommé Igor, qui travaille au sein d’un centre d’entrainement pour chiens de chasse dans un coin totalement isolé. Il souffre de difficultés à s’entendre avec les humains, et les autres animaux semblent donc être les seuls à le comprendre, notamment les chiens et les renards n’ayant nulle part où aller, tout comme lui. Ce film a remporté le Grand Prix du festival Kinotavr cette année.

Lire aussi : Ces films soviétiques dans lesquels jouèrent des stars occidentales

5. Le démon russe, Grigori Konstantinopolski

L’intrigue démarre sous la forme d’une histoire réaliste, mais se transforme rapidement en dystopie, ce qui est difficile à prévoir au début. Le protagoniste, l’artiste Sviatoslav Ivanov, décide d’ouvrir un restaurant à Moscou afin d’impressionner sa fiancée. Il apporte ainsi le business plan de son futur établissement, le Démon russe, à un influent homme d’affaires et au père de sa promise, Assia. Il s’efforce ensuite d’être un businessman honnête, mais cela s’avère finalement plus difficile qu’il n’y parait. Ce long métrage a décroché le prix de la Meilleure mise en scène.

6. Van Goghs, Sergueï Livnev

C’est l’histoire d’un homme et de son fils. Le père a 79 ans, est un célèbre chef d’orchestre, et se repose sur les lauriers de sa gloire, tandis que son fils est un artiste malchanceux âgé de 53 ans. Ils vivent loin l’un de l’autre et en sont parfaitement ravis. Néanmoins, le père ayant appris qu’il est atteint d’une maladie mortelle, un voyage de la haine à l’amour débute entre les deux personnages.

Lire aussi : Sept films pour apprendre le russe et mieux comprendre la Russie

7. Acide, Alexandre Gortchiline

Sacha et Petia, tous deux dans la vingtaine, mènent une folle vie de musiciens dans le milieu techno de Moscou, remplie de bruyantes fêtes, de hauts et de bas personnels ainsi que de relations instables. Malgré leur joie apparente, ils ressentent avant tout une profonde solitude, mais un événement soudain les force à remettre leur existence en question et à prendre du recul sur eux-mêmes. Cette œuvre a été récompensée du prix du Meilleur début, partagé avec Rivières profondes de Vladimir Bitokov.

Dans cet autre article, découvrez les films russes les plus attendus de l’année 2018.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies