La сour Kroutitsy, un trésor caché en plein centre de Moscou

William Brumfield
L’historien de l’architecture et photographe William Brumfield met l’accent sur un site oublié (par la plupart) du XIIIe siècle, situé à quelques kilomètres seulement du Kremlin de Moscou, qui s’est révélé d’une importance stratégique au fil du temps.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Moscou. Légation de Kroutitsy. «Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, étage supérieur couvert de carreaux de céramique et de colonnes en calcaire sculpté. 16 juillet 2016

Au début du XXe siècle, le chimiste et photographe russe Sergueï Prokoudine-Gorski a inventé un procédé complexe permettant de réaliser des photographies aux couleurs vives et détaillées. Sa vision de la photographie en tant que forme d’éducation et d’illumination a été démontrée avec une clarté particulière par ses clichés de monuments architecturaux dans les sites historiques du cœur de la Russie.

La majeure partie de la collection de Prokoudine-Gorski a fini par faire partie de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, mais il a également créé une entreprise qui produisait des cartes postales en couleur et des illustrations de livres. En 1914, son entreprise a été rétablie sous le nom de Biochrome.

Parmi les publications contenant ses photographies en couleur figure un gros volume édité en 1913 pour commémorer le tricentenaire de la dynastie Romanov. Les illustrations comprenaient sa vue panoramique depuis un toit voisin de l’une des institutions monastiques les plus historiques de Russie, le monastère médiéval Novospasski (du Nouveau Sauveur), situé sur une colline surplombant la rivière Moskova non loin du Kremlin.

Moscou. Monastère du Nouveau Sauveur, vue nord-est avec le clocher & la cathédrale de la Transfiguration. L’ensemble Kroutitsy situé juste au-delà de la photographie, en bas à gauche. Vers 1912

En bas de la pente et à gauche du monastère se niche un coin de Moscou d’une beauté enchanteresse qui reflète des siècles d’histoire mouvementée. Même les Moscovites ne connaissent pas toujours Kroutitsy, un ensemble d’églises situé dans une petite ruelle de maisons en bois du XIXe siècle. Sa remarquable exposition d’architecture religieuse du XVIIe siècle décorée d’une profusion de carreaux de céramique est un élément unique du patrimoine culturel de Moscou.

Des débuts modestes

Les origines de la cour Kroutitsy (Kroutitskoïé Podvorié) remontent au XIIIe siècle, à la suite de l’invasion tataro-mongole de la Rus’ médiévale (1237-41). Après la conquête mongole, des milliers de Russes ont été retenus en captivité comme esclaves près de la capitale de la Horde d’or, Saraï, en aval de la Volga.

Légation de Kroutitsy. Galerie menant à la cathédrale de la Dormition de la Vierge, vue sud-ouest. Tout à gauche: maisons en bois du XIXe siècle sur la rue Kroutitski. 18 août 2013

Les Mongols respectaient l’Église orthodoxe russe et, à la demande du grand prince Alexandre Nevski de Vladimir, ils ont permis la formation en 1261 d’une éparchie (évêché) pour s’occuper de ce grand groupe de Russes. L’éparchie a été appelée « Sarski et Podonski » (c’est-à-dire « de Saraï et des environs du Don »), d’après le nom de cette ville mongole et le fait que l’évêché s’étendait de la basse Volga au fleuve Don.

Dix ans plus tard, en 1272, la lointaine éparchie a établi une légation, ou cour, dans la banlieue de Moscou avec le soutien du fils du prince Alexandre, Daniel, fondateur de la branche dynastique moscovite des Riourikides. La cour Kroutitsy était située en aval du Kremlin de Moscou, sur la rive gauche de la Moskova, à un endroit appelé Kroutitsy (dérivé du mot russe signifiant « raide »). Sa première église a été dédiée en 1272 aux saints Pierre et Paul.

Moscou, Kroutitsy. Croix votive placée en 2012 sur la première ruelle Kroutitski pour commémorer le rassemblement des forces russes en 1612 lors de la bataille pour le Kremlin. 18 août 2013

Importance croissante de Moscou

L’Église orthodoxe sentait l’autorité croissante de Moscou, qui rivalisait avec celle de Vladimir et de Tver, alors que la Rus’ était morcelée en principautés indépendantes. La présence d’une légation plaçait donc l’éparchie distante de Sarski et Podonski près d’un centre de pouvoir politique et fournissait une résidence convenable lors des visites de l’évêque (d’autres évêchés ont également établi des cours à Moscou).

Légation de Kroutitsy. Cathédrale de la Dormition de la Vierge. Vue nord-ouest avec le porche d’entrée. 16 juillet 2016

Kroutitsy était située à proximité de deux monastères importants – celui du Sauveur (plus tard du Nouveau Sauveur) et le monastère Simonov. Tous trois se trouvaient près d’une route importante vers Kolomna et le sud-est – un axe emprunté par les princes de Moscou lors de leurs voyages obligatoires vers la Horde.

Les descendants du prince Daniel – notamment Ivan II et Dmitri Donskoï – ont effectué d’importants dons à la cour Kroutitsy. Les fonds pour une nouvelle église dédiée à la Dormition de la Vierge ont par exemple été fournis par le grand-prince Ivan II, qui a régné de 1355 à 1359.

Lire aussi : Préserver l’art traditionnel russe de la construction en bois 

L’essor de Kroutitsy

Avec l’affaiblissement de l’autorité des Tatars au XVe siècle, il restait peu de Russes dans une région dont les dirigeants avaient adopté l’islam. En 1454, l’évêque Vassian a par conséquent transféré le siège de l’évêché de Saraï à Kroutitsy et le mot « Kroutitsy » a été ajouté au nom de l’éparchie.

Cathédrale de la Dormition. Vue nord-est avec l’abside contenant l’autel (à gauche). 16 juillet 2016

Des décennies après cette transition, la cour Kroutitsy s’est, en 1516, dotée d’un nouvel ouvrage de maçonnerie appelé cathédrale de la Dormition. Ayant peu de liens pratiques avec leur territoire d’origine, les évêques de Kroutitsy ont commencé à jouer un rôle plus important dans la gestion des affaires ecclésiastiques au sein du Kremlin.

Au milieu du XVIe siècle, l’éparchie de Kroutitsy disposait de son propre tribunal au Kremlin. En 1589, année de l’installation du premier patriarche de l’Église orthodoxe russe, l’évêque de Kroutitsy a été élevé au rang de métropolite.

Au début du XVIIe siècle, Kroutitsy a en outre joué un rôle capital dans le maintien de la présence orthodoxe pendant le Temps des troubles, une catastrophe nationale qui a duré de 1605 à la fin de la décennie suivante et a combiné un interrègne dynastique avec une guerre civile et une invasion étrangère. Pendant l’occupation polonaise du Kremlin, la « petite » cathédrale de la Dormition à Kroutitsy a joué le rôle de substitut de l’inaccessible cathédrale de la Dormition du Kremlin, le temple principal de la Russie.

Cathédrale de la Dormition. Intérieur, nouvelle iconostase. 18 août 2013

En 1612, la cathédrale de la Dormition de Kroutitsy a cependant été saccagée par les Polonais, mais, à la même époque, Kroutitsy est devenu un point de ralliement pour les forces menées par le prince Dmitri Pojarski qui expulseront les Polonais du Kremlin en novembre 1612. En 2012, une grande croix votive a été placée à Kroutitsy pour commémorer ces événements.

L’influence des Romanov

Légation de Kroutitsy. Galerie menant au «teremok» au-dessus de la Porte Sainte et des Chambres du Métropolite (à droite). 16 juillet 2016

Alors que la situation du pays se stabilisait lentement après l’établissement de la dynastie Romanov en 1613, la cour Krоutitsy a également connu un renouveau. Une expansion majeure a eu lieu pendant le mandat (1664-1675) du métropolite Pavel III, qui, en 1667, a lancé la construction de l’actuelle église de la Dormition (à l’époque une cathédrale), avec une chapelle au rez-de-chaussée dédiée aux saints Pierre et Paul.

La conception de l’église de la Dormition, achevée en 1689, était typique de la fin du XVIIe siècle, avec une voûte en dôme soutenant un toit à cinq coupoles décoratives. Bien que l’intérieur ait été saccagé au début de la période soviétique, certaines des peintures murales du XIXe siècle sont restées et l’iconostase a été recréée. La construction de l’église comprenait un passage surélevé à arcades, connu sous le nom de galerie de la Dormition, qui menait de la cathédrale à la résidence du métropolite et au réfectoire.

Légation de Kroutitsy. «Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Vue nord avec les carreaux de céramique sur le niveau supérieur. 16 juillet 2016

La reconstruction de la cour Kroutitsy s’est poursuivie sous le règne d’Evfimi, métropolite entre 1688 et 1695. Il fait partie de ces prélats du XVIIe siècle qui ne s’excusaient pas d’exposer la richesse et la beauté de l’Église orthodoxe, qui connaissait à cette époque un renouveau de l’art décoratif céramique. L’utilisation effusive de la décoration céramique était souvent interprétée comme un aperçu de la beauté du Paradis lui-même.

 «Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, étage supérieur, paire de fenêtres de gauche encadrée de carreaux de céramique et de colonnes en calcaire sculpté. 16 juillet 2016

Lire aussi : Comment l’église en ruines de Krokhino tente de résister à la montée des eaux 

Teremok

Ce renouveau n’a peut-être jamais été aussi bien mis en valeur en Russie que dans le « teremok » (logement traditionnel situé à l’étage) construit au-dessus d’une porte menant à la cour des Chambres (palaty) du métropolite. Commencée en 1693, la porte de Kroutitsy a été achevée peu avant le départ du métropolite Evfimi en 1695 pour devenir métropolite de Novgorod et de Velikié Louki.

«Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, étage supérieur, fronton de fenêtre recouvert de carreaux de céramique. 16 juillet 2016

La façade nord du teremok, qui comprenait deux paires de fenêtres, était recouverte de près de 2 000 carreaux polychromes, dont des colonnes en céramique. Les baies de la façade étaient divisées par des colonnes en pierre calcaire sculptée avec un motif de vigne, symbole de l’Eucharistie. Le toit en bois en pente au-dessus du teremok était recouvert de tuiles en céramique de couleur sombre.

Les architectes de cette exposition étaient Ossip Startsev et Larion Kovaliov, tandis que le dessin des tuiles en céramique a été attribué à Stepan Ivanov. Il convient de noter que la façade principale, nord, ne reçoit la lumière directe du Soleil qu’en été, mais la variété des tuiles en céramique est peut-être mieux perçue en lumière indirecte.

Légation de Kroutitsy. «Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Vue nord avec des carreaux de céramique sur le niveau supérieur. Visible à travers la porte: caserne de Kroutitsy. 2 mars 1980

Une expansion unique

L’expansion de la fin du XVIIe siècle entreprise par le métropolite Pavel III à la cour Kroutitsy comprenait également la reconstruction, sur les fondations de l’ancienne cathédrale de la Dormition, d’un réfectoire connu sous le nom de Chambre croisée (Krestovaïa palata, 1665-89), en raison des voûtes croisées qui soutenaient le plafond de sa salle à manger. Au nord du réfectoire, se trouvait la petite église de la Résurrection, un vestige de la cathédrale précédente. 

 «Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, étage supérieur, paire de fenêtres de droite encadrées de carreaux de céramique et de colonnes en calcaire sculpté. 2 mars 1980

Ces différents éléments ont été réunis par la construction des Chambres du métropolite, une résidence de deux étages avec un toit en pente commencée par Pavel III. En 1727, la résidence a été dotée d’une entrée plus imposante, surélevée, avec un escalier et un porche dans un style baroque précoce. La résidence donnait sur une cour avec un jardin ornemental, l’un des premiers de ce type à Moscou.

«Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, étage supérieur, colonne en pierre calcaire sculptée entre les fenêtres jumelées. 2 mars 1980

Bien qu’un demi-siècle de travail ait permis de créer un cadre architectural unique, les difficultés de la cour Kroutitsy étaient loin d’être terminées. En 1721, Pierre le Grand a aboli le Patriarcat orthodoxe russe, ce qui a entraîné la rétrogradation de Kroutitsy du statut de métropole à celui d’évêché. Puis, en 1737, un incendie catastrophique à Moscou (l’incendie de la Trinité) a gravement endommagé l’ensemble, y compris le teremok, dont la couverture en céramique a été remplacée par de la tôle métallique.

Lire aussi : L’église de l’Épiphanie à Ochevensk, un chef-d’œuvre dans le Nord russe 

Renaître de ses cendres

Légation de Kroutitsy, Porte Sainte. Porte gauche avec fresque de la Déisis (Marie, Christ, Jean-Baptiste). Visible à travers la porte: caserne de Kroutitsy. 2 mars 1980

Lors des réformes administratives ecclésiastiques de Catherine la Grande, les évêchés de Saraï, du Don puis Kroutitsy ont été supprimés et l’ensemble de Kroutitsy a été transféré au ministère de la Guerre. Seule l’église de la Dormition a continué à fonctionner, mais elle aussi a subi d’importants dégâts lors de l’incendie de 1812, pendant l’occupation française de Moscou.

Légation de Kroutitsy, Porte Sainte. Porte droite avec fresque de la Dormition de la Vierge. 2 mars 1980

Après l’incendie de 1812, l’administration militaire a recommandé de convertir l’église de la Dormition en caserne, mais la découverte de tombes d’évêques a conduit à la préservation de l’ensemble de Kroutitsy restant. Sa restauration est devenu un projet personnel du grand-duc Alexandre Nikolaïevitch (devenu par la suite le tsar Alexandre II) qui dura de 1833 à 1865.

À la même époque, les militaires ont étendu leur présence avec la construction de la caserne et de la prison de Kroutitsy dans le périmètre de l’ensemble, le long de la rivière Moskova. Parmi les personnes temporairement incarcérées à Kroutitsy ont figuré des personnages aussi célèbres que l’archiprêtre Avvakoum (en 1666) et Alexandre Herzen (en 1834).

«Teremok» au-dessus de la Porte Sainte. Façade nord, bloc d’imposte revêtu de céramique émaillée. 2 mars 1980

L’établissement du pouvoir soviétique a fait peser de nouvelles menaces sur Kroutitsy, dont le complexe de casernes militaires a continué à opérer. Paradoxalement, la restauration du Patriarcat de Moscou (dans le cadre de la séparation de l’administration de l’Église et de l’État soviétique) a conduit à la création de la Métropole de Kroutitsy et de Kolomna en tant que bras administratif du Patriarcat.

Une nouvelle ère

Légation de Kroutitsy. Chambres du métropolite (à gauche) et Porte Sainte avec «teremok», façade sud. 18 août 2013

Une nouvelle ère dans l’histoire de Kroutitsy a commencé en 1947, lorsque la préservation de l’ensemble a été déclarée priorité nationale et confiée à Piotr Baranovski, le plus grand spécialiste de la restauration historique. En 1982, l’ensemble a été placé sous l’administration du Musée historique d’État, et en 1991, Kroutitsy a été rendu à l’Église orthodoxe russe. La rénovation de l’espace principal de l’église de la Dormition a été achevée en 2007.

Légation de Kroutitsy. Galerie menant au clocher et à la cathédrale de la Dormition, vue sud. 18 août 2013

Les travaux de préservation se poursuivent progressivement à la cour Kroutitsy, qui entretient des relations étroites avec le Patriarcat de Moscou. Malgré les menaces qui ont pesé sur son existence au fil des siècles, le destin a épargné cette enclave paisible, qui a été témoin de certains des événements les plus dramatiques de l’histoire russe.

Maisons en bois du XIXe siècle sur la rue Kroutitski. 16 juillet 2016

Au début du XXe siècle, le photographe russe Sergueï Prokoudine-Gorski a mis au point un procédé complexe de photographie en couleur. Entre 1903 et 1916, il a voyagé dans l’Empire russe et a pris plus de 2 000 photos avec ce procédé, qui impliquait trois expositions sur une plaque de verre. En août 1918, il a quitté la Russie et s’est finalement installé en France où il a retrouvé une grande partie de sa collection de négatifs sur verre, ainsi que 13 albums de tirages par contact. Après sa mort à Paris en 1944, ses héritiers ont vendu la collection à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Au début du XXIe siècle, celle-ci l’a numérisée et l’a mise gratuitement à la disposition du public mondial. Quelques sites web russes en proposent désormais des versions. En 1986, l’historien de l’architecture et photographe William Brumfield a organisé la première exposition de photographies de Prokoudine-Gorski à la Bibliothèque du Congrès. Au cours d’une période de travail en Russie débutant en 1970, Brumfield a photographié la plupart des sites visités par Prokoudine-Gorski. Cette série d’articles juxtapose les vues des monuments architecturaux de Prokoudine-Gorski avec les photographies prises par Brumfield des décennies plus tard.

Dans cet autre article, William Brumfield vous fait découvrir du terem d’Astachovo, improbable palais en bois dressé au milieu des forêts russes. 

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies