Quand l’Empire russe se dévoile au travers de sublimes photographies en couleur

Sergueï Prokoudine-Gorski
Sergueï Prokoudine-Gorski a, mieux que quiconque, immortalisé la vie de la population russe, avant qu’elle ne bascule avec la Révolution de 1917. Plongeon dans ce monde désormais disparu.
Moi-même avec deux autres. Mourmansk, 1915 // Sergueï Prokoudine-Gorski, troisième en partant de la gauche, était un chimiste et photographe russe. Il est surtout connu pour son travail de pionnier en photographie couleur.
Cathédrale de la Trinité du monastère de la Sainte-Trinité. Belgorod, 1910 // En 1890, Prokoudine-Gorski a rejoint la plus ancienne société photographique de l’Empire, au sein la Société technique impériale de Russie (STIR).
Trois générations. A.P. Kalganov avec son fils et sa petite-fille. Les deux derniers travaillent dans les ateliers de l'usine de Zlatoust. 1910 // En 1901, Prokoudine-Gorski a établi un studio et un laboratoire de photographie à Saint-Pétersbourg.
Presses à balles pour foin. Mourmansk, 1915 // Au fil des années, le travail photographique de Prokoudine-Gorski, ses publications et ses diaporamas destinés à d'autres scientifiques et photographes en Russie, en Allemagne et en France lui ont valu les éloges.
Travail à la mine de Bakalski, dans les montagnes de l'Oural. 1910 // En 1906, Sergueï Prokoudine-Gorski a été élu président de la section photographie de la STIR et rédacteur en chef de la principale revue photographique russe, le Fotograf-Lioubitel (Photographe-Amateur).
Paysannes. 1909 // Le tsar Nicolas II appréciait les photos en couleur et, avec sa bénédiction, Prokoudine-Gorski a obtenu la permission et le financement pour documenter la Russie autrement qu’en noir et blanc.

Lire aussi : La photographie, passe-temps des Romanov

Filature de la laine. Village d'Izvedovo, près de Souzdal, 1910 // Prokoudine-Gorski considérait ce projet comme l'œuvre de sa vie et a poursuivi ses voyages photographiques en Russie même après la Révolution d'Octobre 1917.
Des moines au travail. Plantation de pommes de terre près du monastère de Gethsemani. 1910 // En dix ans, Sergueï Prokoudine-Gorski a réalisé un ensemble de près de 10 000 photos.
Coton. Au Jardin botanique de Soukhoumi. 1911 // Son but ultime était d'éduquer les écoliers de Russie avec ses « projections optiques en couleur » de la vaste histoire, de la culture et de la modernisation de l'Empire.
Sciage de grumes. Village de Kouzminkoïé, le long de la rivière Oka. 1912 // Ses sujets allaient d'églises médiévales et monastères de l'ancienne Russie aux chemins de fer et usines de cette puissance industrielle émergente, en passant par la vie quotidienne et le labeur des peuples de l’Empire.
Pêcheur sur l'Isset, dans les montagnes de l'Oural. 1910 // Les photographies de Prokoudine-Gorski offrent un portrait vivant d'un monde perdu, celui de l'Empire russe à la veille de la Première Guerre mondiale et de la proche Révolution.

Lire aussi : L’Empire russe disparu: petites villes d’antan sur les photos d’archives en couleur

Au moment de la récolte. 1909 // Après la Révolution d'Octobre, Prokoudine-Gorski a été nommé à un nouveau poste de professeur sous le nouveau régime, avant de quitter la Russie soviétique en août 1918.
Famille de colons. Établissement de Grafovka, Asie centrale. 1905 // En exportant tout son matériel, environ la moitié de ses photos ont cependant été confisquées par les autorités, pour motif qu’elles contenaient des informations stratégiquement sensibles pour la Russie en temps de guerre.
Établissements de pêcheurs sur le lac Seliger. 1910 // Sergueï Prokoudine-Gorski s'est finalement installé à Paris en 1922. Il y a alors installé un studio photo avec ses trois enfants adultes.
Sur une cyclo-draisine à l'extérieur de Petrozavodsk sur la voie ferrée de Mourmansk. 1915 // Dans les années 1930, Prokoudine-Gorski, déjà âgé, a continué à donner des conférences pour présenter ses photographies à de jeunes Russes en France, cessant toutefois ses activités commerciales.
Observation d'une éclipse solaire le 1er janvier 1907 près de la station Tcherniaïevo dans les montagnes Tian Shan // Sergueï Prokoudine-Gorski est mort à Paris le 27 septembre 1944 à l'âge de 81 ans. La plupart de ses photos sont à présent conservées à la Bibliothèque du Congrès de Washington.

Dans cet autre article, découvrez en photographies Saint-Pétersbourg durant l’ère impériale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies