Kostroma: que voir dans le «berceau» de la famille Romanov

Legion Media
Nous continuons notre périple à travers les anciennes villes de l'Anneau d'or de Russie - prochain arrêt sur les rives de la Volga dans la «capitale du lin», Kostroma.

Pour vous mettre dans l’ambiance avant une visite dans cette ville, écoutez impérativement la chanson Kostroma du groupe russe Ivan Koupala - c’est précisément elle qui vient à l’esprit de tous les Russes à la moindre mention de cette cité à l’histoire ancienne. La signification principale des paroles est qu’à Kostroma, la principale occupation est de filer le lin, de manger des crêpes avec du tvorog (fromage cottage) et de boire de la gelée de fruits (kissel) avec du lait.

>>> Six magnifiques raisons de parcourir l’Anneau d’or de Russie

Voici une courte liste de ce qui doit absolument être fait à Kostroma :

- Promenez-vous le long du quai de l’imposante Volga.

- Allez au monastère Ipatiev.

- Achetez des chaussettes en lin.

- Découvrez qui est Snegourotchka, la « fille des neiges » toujours représentée avec le Père Noël russe, et pourquoi un musée en son honneur et sa résidence se trouvent ici.

- Regardez l'icône miraculeuse Fiodorovskaïa de la Mère de Dieu dans le couvent de l'Épiphanie.

- Promenez-vous dans la vieille galerie marchande.

Kostroma, tout comme Moscou, a été fondée par Iouri Dolgorouki, mais cinq ans plus tard que la capitale. L’histoire de la ville est semblable à celle d’autres lieux du nord-est de la Russie : Kostroma était l’un des « points chauds » de la lutte des princes pour la suprématie au Moyen Âge. Au début, la colonie faisait partie de la principauté de Vladimir-Souzdal avant de devenir une principauté à part entière... Mais le tournant de l'histoire de cette ville est probablement le moment où Kostroma est devenue le « berceau » de la dynastie Romanov.

>>> Ouglitch: que voir dans la ville où a été assassiné l'héritier d'Ivan le Terrible?

Monastère Ipetiev

Nous suggérons de commencer la visite de la ville par sa périphérie - le monastère Ipatiev, situé sur la rive supérieure de la rivière Kostroma, non loin de sa confluence avec la Volga. Jadis, cette forteresse aux murs puissants a été construite à la périphérie de la ville en tant que structure défensive. La date exacte de sa fondation est inconnue, mais dans les annales, le monastère est mentionné pour la première fois en 1432.

C'est ici qu'en 1613, les boyards de Moscou sont venus pour annoncer à Mikhaïl Romanov, alors âgé de 16 ans, qu'il avait été élu pour devenir tsar. Les Romanov étaient des parents éloignés d'Ivan le Terrible, ou plutôt de son fils, Fédor Ier, le dernier tsar de la dynastie des Riourikides.

Une cérémonie solennelle d’appel sur le trône du premier Romanov a eu lieu dans la cathédrale de la Trinité du monastère et, 300 ans plus tard, le dernier tsar de la dynastie, Nicolas II est venu y célébrer l'anniversaire de la maison impériale.

>>> Iaroslavl: que voir dans la «capitale» de l’Anneau d'or de Russie

À l'époque soviétique, le monastère a été fermé et gravement endommagé - l'une des plus belles églises a été démolie. Cependant, depuis 1989, des services religieux sont de nouveau organisés dans le monastère. N'oubliez pas de vous rendre à la cathédrale de la Trinité et dans la Chambre rouge des boyards Romanov, qui héberge actuellement un musée.

Juste en face de l'entrée principale du monastère, vous trouverez un petit marché avec des souvenirs et des objets en lin, ainsi qu'un petit café où vous pourrez boire du sbiten’ (boisson à base d’eau et de plantes), de la medovoukha (genre d'hydromel) ou une décoction locale et manger des guimauves (zéphyr) de Kostroma.

Centre-ville

À travers la passerelle piétonne, nous nous dirigeons vers le centre. Curieusement, ce n’est pas la partie la plus ancienne de la ville. Entièrement dévasté par un incendie, il a été reconstruit au XVIIIe siècle sous Catherine II. Cette dernière a décidé de développer Kostroma en tant que centre industriel. D'ailleurs, sur les armoiries de la ville, on voit la galère sur laquelle l'impératrice a navigué le long de la Volga pour arriver ici.

Le cœur de la ville est la place Soussaninski, du nom d’Ivan Soussanine, un héros national du début du XVIIe siècle. Selon la légende, des envahisseurs polonais l'auraient torturé afin de savoir où se cachait Mikhaïl Romanov, mais Soussanine non seulement n’a rien dit, mais il a conduit les Polonais dans les forêts denses et les marécages. Depuis lors, son nom de famille est devenu un nom commun – on en affuble en plaisantant les guides de montagne qui empruntent des chemins sinueux.

>>> Les sites russes dignes de compléter la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

L'une des principales attractions de la place est la Tour de guet destinée à la lutte contre les incendies, construite dans le style classique. Certains affirment que c'est la plus belle de Russie.

De l’autre côté de la place, on a préservé tout un quartier d’anciennes échoppes commerciales qui vendent du kvas, des pâtisseries et diverses babioles. Les rangées commerciales sont situées non loin de la Volga et de la jetée où se trouve un restaurant flottant. Nous vous suggérons donc d'aller directement sur la berge, et de flâner dans le parc central, situé sur le site de l'ancien kremlin de Kostroma.

Si vous souhaitez approfondir votre immersion dans l’Anneau d’or, voici une vidéo d’un autre joyau s’y trouvant : la ville de Rostov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies