Les cinq films russes les plus attendus de 2020

Про/youtube.com
L'année prochaine, plus de 100 films russes sortiront sur grand écran. Nous avons choisi ceux qui ont le plus de chance de faire sensation dans les festivals et aux yeux des distributeurs internationaux.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les Petrov dans la grippe et autour d’elle, réalisateur Kirill Serebrennikov

Au cours des deux années passées, le nom du réalisateur Kirill Serebrennikov a été beaucoup plus souvent mentionné non pas dans le cadre de ses projets cinématographiques ou théâtraux, mais à cause de l'affaire pénale du Septième Studio, qui a connu un rententissement international. Dans ce contexte, le succès du festival du filmL’Eté (Leto), qui prétendait à la palme d'or à Cannes et a triomphé lors du festival du film russe Nika, a été quelque peu atténué.

Cependant, à la mi-2019, Serebrennikov a été libéré de son assignation à résidence et s'est immédiatement lancé avec énergie dans de nouveaux projets. Au cinéma, cela donne une adaptation d’un best-seller d'Alexeï Salnikov. La structure moderniste du roman de Salnikov fait référence aux œuvres de James Joyce et John Updike. L’action du roman se concentre sur la description des effets de la fièvre sur la famille Petrov d'Ekaterinbourg, mais en fait,  tout est, bien sûr, plus compliqué – on trouve des allusions au mythe d'Hadès et de Perséphone, entre autres références intellectuelles.

>>> À ne pas manquer: les trois films qui représenteront la Russie aux Oscars 2020

Comme un critique l’a bien décrit, le roman de Salnikov est un non-sens hautement culturel doté de grands mérites artistiques. Le film a été produit par Ilia Stewart, avec qui Serebrennikov a réalisé deux de ses précédents longs métrages. Le rôle féminin principal dans le film est joué par la célèbre actrice Tchoulpan Khamatova.

Nobody (Personne), réalisateur Ilya Naïchouller

Naïchouller est devenu célèbre en 2015 lorsque son film d'action Hardcore (un opus rappelant un jeu vidéo dans le genre « tir à la première personne », qui se déroule dans le Moscou moderne) a fait sensation au festival de Toronto et a été diffusé dans 40 pays. Hardcore n'est pas devenu un blockbuster, mais il a ouvert de nombreuses portes au réalisateur : il y avait des rumeurs selon lesquelles de grands studios hollywoodiens étaient prêts à l'embaucher pour des projets d'une valeur de 100 millions de dollars.

À la surprise générale, Naïchouller a rejeté toutes les propositions, et la Russie n’a réentendu parler de lui qu’en 2017, lorsqu’il a tourné le clip de la chanson Voyage du groupe russe Leningrad. Et ce n'était clairement pas la suite de carrière sur laquelle comptaient les fans de son talent. Et voilà que quatre ans après Hardcore, Ilya s'apprête à tourner son deuxième long métrage.

Nobody est un thriller d'action en langue anglaise qui raconte l'histoire d'un homme terne contre lequel la mafia part soudainement en chasse. Après avoir sauvé une femme de gangsters de la rue, le personnage principal envoie l'un d'eux à l'hôpital. Ce dernier s'avère être le frère d'un puissant seigneur de la drogue, désormais obsédé par la vengeance.

>>> Ces films légendaires russes à regarder à tout prix

Le rôle principal dans le film est joué par Bob Odenkirk, la star de la série Better Call Saul, le scénariste est Derek Kolstad, qui a travaillé sur John Wick. Les producteurs sont Braden Aftegood (producteur exécutif de la série Breaking Bad et du film d'action Siberia) et Kelly McCormick (producteur exécutif de Deadpool 2 et du film d’action Fast and Furious : Hobbs and Shaw).

Resurrected (Ressuscité), réalisateur Egor Baranov

Il y a quelques années, le réalisateur et producteur Timour Bekmambetov a découvert le genre screenlife horror - une histoire d'horreur qui se déroule sur un écran de smartphone. Première expérience dans ce genre, Unfriended a collecté 63 millions de dollars dans le monde ; en 2018, le thriller Searching a encaissé 75,5 millions de dollars au box-office dans 60 pays. Et tout cela avec de très petits budgets. Il n'est pas surprenant que Bekmambetov ait décidé de continuer à exploiter ce filon.

Le réalisateur de son prochain film dans ce genre est Egor Baranov, devenu célèbre après avoir tourné la trilogieGogol qui a récolté plus de 40 millions de dollars dans les cinémas russes. En outre, Baranov est le réalisateur des séries télévisées Fartsa et Sarancha, les premières émissions de télévision russes achetées par Netflix.

Resurrected a lieu dans un avenir proche, où l'Église catholique a développé un moyen de ressusciter les morts. L'un des premiers à revenir de l’au-delà est le fils d'un pasteur d'église virtuel, Stanley, décédé lors d'un accident de la route. Au début, Stanley est heureux, mais il se rend vite compte que les ressuscités sont incontrôlables. Pourtant, personne ne veut entendre ses avertissements, et le personnage principal commence sa propre enquête qui le poussera à découvrir une conspiration mondiale.

>>> Cinq documentaires étrangers pour mieux comprendre les Russes

Aspiration, réalisateur Mikhaïl Idov

L'écrivain et scénariste russo-américain Mikhaïl Idov, qui a fait ses débuts l'an dernier en tant que réalisateur du film The Humorist, achèvera le travail sur son premier film en anglais en 2020. Aspiration est une coproduction russo-canadienne. Du côté russe, Metrafilms (drame Dovlatov), qui a produit le premier film d'Idov, s’occupera de la production.

Idov explique qu’Aspiration est un thriller psychologique de chambre inspiré des films de Danny Boyle, J.-C. Chandor et Julia Loktev. L'intrigue tourne autour d'un groupe d'hommes ayant réussi dans la vie qui deviennent ennemis après un suicide suspect dans leurs rangs. Le film devrait être entièrement tourné en Irlande, tous les rôles y sont joués par des acteurs anglophones dont les noms n'ont pas encore été divulgués.

Kalachnikov, réalisateur Konstantin Bouslov

Le producteur Sergueï Bodrov (Mongol, Seventh Son) et le réalisateur Konstantin Bouslov travaillent sur une biographie de Mikhaïl Kalachnikov, le créateur de l'une des armes russes les plus célèbres du XXe siècle - le fusil d'assaut AK-47.

>>> Six raisons de regarder le nouveau film post-apocalyptique russe The Blackout

Le film raconte les épreuves difficiles qui ont frappé le concepteur autodidacte avant qu'il ne réalise son rêve. Kalachnikov était commandant de char pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été grièvement blessé en 1941 et après cela, il n'a pas pu retourner à la guerre. Pendant son séjour à l'hôpital, il n'a cessé de se reprocher de « se tourner les pouces à l'arrière »... Il a donc réalisé ses premiers croquis d’armes dans un cahier. À 29 ans, il a créé un modèle qui lui a valu une renommée mondiale.

Le rôle principal dans le film est joué par l'étoile montante du cinéma russe Youri Borissov, connu pour les films Attraction 2, Le Taureau et Le Cygne de Cristal. Le film lui-même est dédié au 100e anniversaire de la naissance de l'inventeur, célébré cette année.

Dans cet autre article, découvrez notre top 100 des plus grands films russes et soviétiques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies