Le nouveau film de Kirill Serebrennikov finalisé au printemps 2018

Assigné à résidence depuis le 23 août 2017, le cinéaste russe Kirill Serebrennikov poursuit le travail sur son nouveau film Leto (Été), dont la production sera finalisée ce printemps.

« Kirill Serebrennikov a réussi à tourner presque tout au cours du mois d’août, à Saint-Pétersbourg. Comme nous l’avons préalablement indiqué, quelques scènes techniques manquantes ont été filmées à partir des notes du réalisateur et sur la base des répétions précédentes», a déclaré Ilya Stewart, producteur du film, cité dans un communiqué.

Et de préciser que c’est Kirill Serebrennikov qui s’était occupé en personne du montage du film, ce que M.Stewart a jugé extrêmement important.

Lire aussi : Festival de Cannes: Leto de Kirill Serebrennikov en compétition pour la Palme d’or

C’est la compagnie de production française Charades qui a acquis les droits de distribution du film à l’international. Les ventes débuteront au marché du film à Berlin vers la mi-février, apprend-t-on du communiqué. Le film a par ailleurs reçu l’approbation du CNC.

« Nous apprécions beaucoup le soutien de nos collègues français et sommes heureux de nous approcher de la fin du travail sur le film », a en outre souligné Ilya Stewart.

Produit conjointement par les sociétés russe Hype Film et française Kinovista, le film Leto est basé sur des faits méconnus de la biographie de la rock star soviétique Viktor Tsoï. L’action se déroule durant l’été 1981 à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), où l’on assiste à la naissance du rock russe sous l’influence de Led Zeppelin, de David Bowie et d’autres vedettes occidentales. L’intrigue s’articule autour de la rencontre entre Viktor Tsoï, jeune de 19 ans, et le musicien Mike Naoumenko et son épouse Natalia ainsi que de la fondation du rock-club de Leningrad et de l’enregistrement du premier album de Tsoï.

Lire aussi: Viktor Tsoï, le roi est mort, mais il chante encore

Kirill Serebrennikov a été arrêté le 22 août 2017 dans le cadre d’une enquête sur un détournement de subventions. Il plaide non coupable et a demandé que la mesure de coercition prise à son encontre soit révisée, pour qu’il puisse poursuivre son travail sur Leto et sur son ballet Noureev. Finalement, la première de ce dernier a été donnée le 9 décembre 2017 au Bolchoï, sans que Kirill Serebrennikov soit présent.

Cinéaste, réalisateur et metteur en scène, il compte à son actif plusieurs récompenses prestigieuses et ses œuvres sont régulièrement nominées lors de festivals de renom.

Lire aussi : «Le théâtre a été inventé pour désamorcer les révolutions»

En 2006, son film Playing the victim a par exemple remporté le Grand Prix au Festival de Rome. Dix ans plus tard, Serebrennikov a reçu le Prix spécial du Festival de Cannes pour son film Le Disciple (initialement un spectacle du Centre Gogol d’après la pièce de Marius von Mayenburg). En 2015, son autre film Izmena a quant à lui été nominé au Grand prix du jury de la Mostra de Venise.

En outre, ses mises en scènes Les Idiots et Les Âmes mortes ont été présentées au festival d’Avignon en 2015 et 2016.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies