Sept blockbusters historiques russes sortis en 2019 à voir au plus vite

" Rjev" - Igor Kopylov/«Triiks Media», 2019
En 2019, les cinéastes russes ont tenté d'étonner le public avec un film d'action de guerre à la Tarantino, un thriller gothique sombre, un biopic de Michel-Ange et un drame portant sur la Première Guerre mondiale. Et nous vous conseillons vivement de tous les visionner!

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

The Ninth (Deviataïa)

Un cruel tueur en série a tué huit jeunes femmes dans les rues sombres de Saint-Pétersbourg au XIXe siècle. L'officier Rostov, avec l'aide de la médium anglaise Olivia Reed, tente d'arrêter ce « Jack l'Éventreur » russe. Pour Olivia, c'est une question de vie ou de mort, car elle sent qu'elle pourrait être la neuvième victime.

« Saint-Pétersbourg dans la seconde moitié du XIXe siècle était un univers à part, affirme Nikolaï Khomeriki, le réalisateur du film. La tâche principale du tournage a été de montrer la présence du côté mystique de la ville. Chaque plan devait avoir un élément mystique et notre cameraman a parfaitement accompli sa tâche ».

The Ninth est une excellente occasion de découvrir à quoi ressemblait la plus belle ville de Russie il y a plus d'un siècle, et de suivre les principaux héros dans ses merveilleux, mais terrifiants, recoins.

Rjev

Il ne se passe pas une année en Russie sans la sortie d'un film consacré aux événements de la Seconde Guerre mondiale contre l'Allemagne nazie. Cette année, c'est Rjev qui nous entraîne dans la bataille la plus dure et la plus épuisante de l'hiver 1942, portant le même nom.

Une compagnie de l'Armée rouge a subi de lourdes pertes, mais malgré cela, elle reçoit l'ordre de tenir le village d'Ovsiannikovo à tout prix, jusqu'à ce que des renforts arrivent. Largement en infériorité numérique, il semble que cette bataille pourrait bien être la dernière pour ces soldats soviétiques....

Rjev a été proclamé comme un « film de guerre extrêmement honnête et véridique ». Ses créateurs ont également refusé de s'incliner devant la tendance populaire à Hollywood consistant à faire jouer des femmes dans tous les rôles principaux. En effet, il n'y a ici tout simplement pas un seul personnage féminin !

Lire aussi : Quiz: êtes-vous un fin connaisseur du cinéma soviétique?

Red Ghost (Krasny prizrak)

Avec la chute de l'Union soviétique, l’époque des films grandioses sur la Seconde Guerre mondiale, avec des scènes de bataille à couper le souffle, a également pris fin. Malheureusement, beaucoup de films de guerre russes modernes n'ont pas la même touche tragique qu'avant. Au lieu de cela, nous avons aujourd’hui le droit à des mélodrames d'amour, comme Stalingrad, ou des contes de fées de style World of Tanks, tels que T-34. Cependant, il semble que, lors de la production de The Red Ghost, les réalisateurs se soient inspirés de Inglourious Basterds de Quentin Tarantino.

Pendant la bataille de Moscou, les troupes allemandes ont été terrifiées par le mythique soldat de l'Armée rouge connu sous le nom de « Red Ghost » (Fantôme Rouge). Ce légendaire mi-homme, mi-fantôme pouvait surgir de nulle part, abattre une unité ennemie entière et disparaître sans laisser de traces....  

Une jeunesse russe (Maltchik rousski)

Contrairement à la Seconde, la Première Guerre mondiale n'est pas un sujet particulièrement populaire dans le cinéma russe. Le pays n'aime pas se souvenir de ce conflit, qui s'est terminé pour lui si honteusement. Cette première œuvre du réalisateur Alexandre Zolotoukhine est toutefois une exception à cette règle non écrite.

Une jeunesse russe est l'histoire d'un garçon rendu aveugle par une explosion de gaz lors de sa première bataille. Cette tragédie, cependant, a permis à ses autres sens de s'améliorer, et il est nommé pour « écouter » le ciel afin d’avertir les troupes de l'imminence d’attaques aériennes.

« Notre tâche n'était pas de restaurer exactement les événements historiques. L'accent a été mis sur la création d'une image de la Première Guerre mondiale. Pour montrer les individus : leurs pensées, leurs sentiments, leurs inquiétudes. Ces gens avaient encore à traverser les révolutions, les guerres et les catastrophes du tragique XXe siècle », confie le cinéaste.

Lire aussi : Six films russes en lice pour les Golden Globes

Le Péché (Grekh)

Nouveau film russo-italien d'Andreï Kontchalovski, ce long métrage raconte l'histoire de Michelangelo Buonarroti, plus connu sous le nom de Michel-Ange. Il est entraîné dans le chaos d'intrigues féroces entre deux familles puissantes, les Médicis et les Della Rovere, qui sont en compétition pour les services du célèbre sculpteur et peintre. De plus, l’artiste souffre de ses propres conflits internes et doit surmonter ses démons....

En juillet 2019, le président russe Vladimir Poutine a présenté au pape François un DVD du film, qualifiant Kontchalovski de l'un des réalisateurs les plus célèbres et talentueux de Russie. 

Wild League (Dikaïa Liga)

Basé sur des événements réels (comme le prétendent les créateurs), Wild League relate la naissance du football en Russie. Le producteur général Igor Dobrovolski a affirmé que le film a été inspiré par la Coupe du monde 2018 en Russie, lorsque les footballeurs russes « ont non seulement démontré un jeu parfait, mais ont héroïquement fait revenir le football en Russie ».

Dans l'Empire russe du début du XXe siècle, le batelier Varlam organise la première équipe du pays au sein de la population ordinaire. Cependant, le football est considéré comme une discipline aristocratique et il n'est pas facile d'entrer dans ce monde élitiste.

Outre Adrian Paul, apprécié des Russes pour son rôle dans la série Highlander, le casting du film a été rejoint par Artem Dzyuba, Anton Miranchuk et Roman Zobnin, les principaux joueurs de l'équipe nationale russe.

Lev Yachine, le gardien de mes rêves (Lev Yashin. Vratar moïeï metchty)

Un autre film sur le thème du football sorti cette année est consacré au plus grand gardien de but de l'histoire (comme beaucoup le croient), Lev Yashin. Au cours de sa carrière, il a bloqué 150 tirs au but et a permis à son équipe de jouer 270 matchs sans encaisser un seul but. De plus, il a été le seul gardien à remporter le prestigieux Ballon d'Or.

Le film en lui-même a connu un tournage turbulent, puisqu’il a fallu presque 10 ans pour l’achever. Les dates de tournage ont souvent été reportées, le scénario a été réécrit plus d'une fois et le financement a toujours manqué. Même le président Vladimir Poutine et le gouvernement russe sont intervenus, dans l'espoir de l'accélérer. En raison de tout cela, la date de sortie de l’œuvre a manqué à la fois la Coupe du Monde 2018 en Russie et le 90e anniversaire du gardien de but, célébré le 22 octobre 2019. Le film est finalement apparu sur les écrans fin novembre.   

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi il vous faut absolument voir The Blackout, nouveau film post-apocalyptique russe digne des plus grandes productions hollywoodiennes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies