À ne pas manquer: les trois films russes en lice pour les Oscars 2020

Drame psychologique militaire, dessin animé sentimental sur l'amour du cosmos et documentaire d’une beauté exceptionnelle dédié à l’eau, voici les œuvres russes qui concourront pour les prestigieuses distinctions remises par l’Académie américaine des arts et des sciences du cinéma.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Une grande fille, Kantemir Balagov

Le nouveau film de l’élève d’Alexandre Sokourov a déjà été distingué par les prix Un Certain Regard et FIPRESSI lors du Festival de Cannes, et nominé pour les Golden Globes. Ce drame, mettant en scène deux femmes résidant à Leningrad et vivant chacune à sa manière le syndrome de l'après-guerre, est le deuxième long métrage du réalisateur de 28 ans. Le premier, Tesnota, une vie à l'étroit, relatait l'histoire d'une famille de Kabardino-Balkarie (république du Caucase russe, dont est originaire Balagov) à la fin des années 1990 et avait également été remarqué à Cannes.    

« Tout a commencé avec le livre de la lauréate du prix Nobel Svetlana Aleksievitch "La guerre n'a pas un visage de femme". Après l'avoir lu, j'ai découvert un monde entier à part entière. Avant cela, j’avais rarement pensé à la guerre et presque jamais au destin des femmes l’ayant traversée », a confié le réalisateur au sujet de son film.

Iya, artilleuse démobilisée suite à une contusion, travaille désormais dans un hôpital et élève un garçon. À l'automne 1945, son amie Macha revient du front, et leur relation amoureuse difficile devient un axe d'intrigue pour de nombreuses histoires émotionnelles d’arrière-plan. « Balagov sait être puissant et téméraire », disent les critiques. La mort, le chantage psychologique, l'inégalité sociale, l'amour homosexuel, le décor quelque peu théâtral d’un appartement communautaire soviétique, tout cela, et bien plus, se retrouve dans Une grande fille.

>>> Cinq films russes sortis 2019 que vous devez à tout prix regarder

Il ne peut pas vivre sans espace, Konstantin Bronzit

Ce n’est pas la première fois que l’animateur Konstantin Bronzit participe à la compétition des Oscars dans la catégorie Meilleur court métrage d'animation. Auparavant, il y avait en effet présenté son Histoire de toilettes, histoire d'amour (2009) et Nous ne pouvons pas vivre sans espace (2014). Et oui, le nouveau film a presque le même titre que le précédent, bien que les deux œuvres soient indépendantes et reliées seulement par un thème commun.

« J'ai fait ce titre exprès juste parce que c'est encore à propos de ça ! Sur le fait que l'homme ne peut pas vivre sans le cosmos », affirme Bronzit.

Le nouveau film est une histoire touchante sur un enfant qui se dirige vers son rêve. On dit que dans les projections organisées pour des groupes d’enfants, ceux-ci commencent par rire, mais finissent par se figer dans le silence. Le dessin animé de Bronzit, n’a en réalité pas été produit pour le jeune public (ou plutôt, pas seulement pour lui).

Pour vivre la « magie » de Bronzit, visionnez à tout prix son film de 2014, stylistiquement identique et qui avait reçu plus de 50 prix internationaux. Le nouveau, Il ne peut pas vivre sans l’espace, n’en recevra probablement pas moins.

>>> Les sept meilleurs films consacrés à la réalité russe

Aquarela – L'Odyssée de l'eau, Victor Kossakovsky

Victor Kossakovsky, camarade de classe d'un autre cinéaste russe célèbre, Alexeï Balabanov, est une grande figure parmi les réalisateurs de documentaires. Vainqueur du Festival du film de Berlin, lauréat des prix nationaux Niка et Éléphant blanc, membre de l'Académie du film européen et du Comité des Oscars, son film Vive les antipodes ! en 2011 a inauguré le Festival du film de Venise.

Sa nouvelle œuvre, Aquarela – L'Odyssée de l'eau, est déjà devenue une sensation. Il s‘agit d’une parabole philosophique, où l'eau est le personnage principal et passe un chemin difficile depuis la glace du lac Baïkal en Russie, en passant par Miami, gagnée par l'ouragan Irma, jusqu'aux puissantes chutes Salto Ángel au Venezuela. Ces images d’une incroyable beauté ont été tournées en coproduction avec le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Danemark et les États-Unis.

Par ailleurs, Aquarela est le tout premier film de l’histoire à 96 images par seconde (au lieu des 24 habituelles). Le Hobbit de Peter Jackson, par exemple, a été tourné en 48 images par seconde. Il en résulte que le film apparaît plus volumineux et réaliste. « Nous nous sommes habitués au fait que la pluie au cinéma est en traits blancs, mais ici chaque goutte vole séparément », illustre Kossakovsky. Aux Oscars, il est ainsi en lice dans la catégorie Meilleur film documentaire.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi voir absolument The Blackout, nouveau film post-apocalyptique venu de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies