Comment les Russes ont changé ma vie: le Britannique Nathan témoigne

Nathan Williams
J'ai beaucoup voyagé en Russie : 14 villes jusqu'à présent. Inspiré par mes études de l'histoire russe et soviétique, j'ai développé une curiosité passionnée pour son âme, et ce qu'elle a appris de son propre passé. Mais mes voyages à travers la Russie m'ont aussi ouvert à moi-même de manière inattendue.

Confiance

Je me souviens quand j'ai dit à mon père que je me rendais à Irkoutsk et Oulan-Oudé en avril 2012. Sa réponse a été : « Es-tu fou ? ».

Peut-être que cette réaction était due à la fois à la distance (9 650 kilomètres) et au manque de connaissance de mon père sur la Russie. Cependant, j'ai un bon ami à Irkoutsk, et avec la beauté du Baïkal et la connexion mongole à Oulan-Oudé, j'étais déterminé à essayer.

Il y a certainement eu de l'appréhension lors de mon premier voyage, qui m'a mené en Sibérie orientale. J'étais un voyageur inexpérimenté et n’avais aucune idée de ce à quoi je pouvais m'attendre. Cependant, je sentais ma confiance grandir de jour en jour, et à chaque voyage depuis 2012, j’ai repoussé mes limites plus loin que jamais, découvrant par là même plus de la Russie véritable.

Ce n'est plus un problème pour moi de prendre le bus pour rejoindre un village isolé, ou de faire une randonnée dans une région éloignée de taïga sans appréhension, ressentant simplement de la curiosité. Depuis, j'ai intégré cette habitude dans ma vie professionnelle et personnelle, ici à la maison.

Lire aussi : L’Oural pré-arctique en solitaire: mission accomplie pour cet aventurier français

Curiosité

Les œuvres de Tolstoï, Dostoïevski, Pouchkine et Pelevine m'ont inspiré à explorer la Russie et à imaginer comment c’était là-bas au XIXe siècle, et plus tard, en Union soviétique. Mon étude de l'histoire soviétique m'a incité à étudier l'importance de l'héritage de l'URSS pour la Russie d'aujourd'hui, et ce qui a jeté les bases de ses succès et de ses échecs.

Plus j'ai voyagé vers l'est, plus les gens se perçoivent détachés de ce qu'ils considèrent comme le « centre de l'univers », c'est-à-dire Moscou. Dans les communautés rurales de par la Sibérie, le sentiment est fort que la vie était meilleure à l'époque soviétique, et la culture communautaire est encore très présente dans ces endroits.

J'ai également été fasciné par les valeurs russes en ce qui concerne la famille, la religion et la communauté. Je trouve incroyable à quel point la plupart des unités familiales sont étroitement liées dans les petites villes, les villages et les localités rurales de Russie. Je l'ai particulièrement remarqué à Blagovechtchensk, où j'ai eu l'occasion d'aider une de mes amies avec ses deux enfants, et aussi à Rostov, où j'ai rencontré la famille proche et lointaine d'un autre amie. Dans les deux cas, la religion, l'amour, la résilience, le pragmatisme et le travail acharné sont la pierre angulaire de ce qui maintient les familles unies, dans une bien plus grande mesure que dans bien des cas que j’ai vus au Royaume-Uni.

Lire aussi : Pourquoi dit-on que Moscou et Saint-Pétersbourg, ce n’est pas la Russie?

Conversation

Je ne parlais pas couramment le russe avant de me rendre en Russie pour la première fois en 2012, ce qui a rendu un ou deux trucs gênants au départ !

Parler en russe avec la population locale est toujours ma partie préférée de tout voyage que j'ai fait en Russie, et cela m'a permis d'être beaucoup plus à l'écoute et plus patient qu'auparavant, par exemple. Si quelque chose ne va pas, ou si vous ne comprenez pas quelque chose, au Royaume-Uni, c'est très souvent le cas qu’une réaction brutale suive. En Russie, ce n'est pas le cas.

Vous devez comprendre que les gens sont curieux à votre égard, qu'ils sont moins critiques face aux erreurs, qu'ils sont plus flegmatiques et plus résistants par nature. Pratiquez autant la langue que possible avec les gens du pays. N'ayez pas peur de faire des erreurs, personne n'y prêtera attention !  Chaque fois que je voyage, surtout en dehors de Moscou et de Saint-Pétersbourg, les gens savent instinctivement que je ne suis pas Russe. On me laisse toujours un peu de marge de manœuvre pour faire des erreurs et, par conséquent, je suis capable d'atteindre un bon niveau de compréhension avec les autres.

Lire aussi : Huit erreurs communes que fait la majorité des apprenants en langue russe

Culture

J'ai eu la chance d'assister à des services religieux à Rostov-sur-le-Don, à Khabarovsk et dans la magnifique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan à Saint-Pétersbourg. Il est à noter que dans tous les cas, la religion est presque toujours un membre de substitution de la famille, de nombreux Russes vivant avec presque rien.

Je ne suis pas un homme de foi par nature, mais je me souviens avoir ressenti quelque chose de spirituel dans ces lieux.

Cela a montré que la culture russe est fondée sur des valeurs spirituelles, familiales et communautaires profondément enracinées, entremêlées de travail acharné, d'ingéniosité, de pragmatisme et de résilience, thèmes qui ressortent dans son architecture, son peuple, son art et l'étude de son histoire. 

Les gens me demandent souvent s’il est possible de résumer la culture russe en un mot. Non, ça ne l'est pas. Chaque région et chaque ville est un microcosme de culture à part entière. Par exemple, Kazan, peut-être l'un de mes endroits préférés aujourd'hui dans le monde, est un centre spirituel et jeune d'éducation, de connaissance et de nouvelles idées, incorporant le christianisme et l'islam dans un équilibre presque parfait, à mes yeux en tout cas.

Moscou pourrait être un pays à part entière, tandis que Blagovechtchensk, Belgorod et Samara conservent l'aspect très soviétique et entrent prudemment dans le XXIe siècle. Oulan-Oudé et Khabarovsk, d'autre part, embrassent leurs influences d'Extrême-Orient (mongoles et chinoises respectivement), créant des atmosphères très inclusives et des communautés amicales. 

Je m'excuse auprès des habitants des villes que je n'ai pas mentionnées, comme Irkoutsk, Nijni Novgorod, etc. Mon conseil est de créer votre propre itinéraire, et d'en faire l'expérience de première main. Soyez assuré que vous serez enrichi par le temps que vous y passerez.

Lire aussi : Tour d'horizon de cette Russie vivant selon les préceptes de Bouddha

Pensée critique

J’entends souvent de la bouche des nouveaux voyageurs : « nous sommes allés en Russie ». Le fait est que, même après quatre voyages subséquents, depuis 2012, et après avoir visité 14 villes et quelques villages et petites bourgades, j'ai à peine effleuré la surface. Il y a au moins sept autres régions que je dois explorer avant que ma curiosité pour ce grand pays soit proche d'être satisfaite.

Je comprends parfaitement que de nombreux nouveaux voyageurs puissent croire que le centre de Moscou ou la perspective Nevski à Saint-Pétersbourg sont le « cœur battant » de la Russie. Certes, ces endroits sont spectaculaires et spéciaux en soi. Mais est-ce ici que la vie des habitants se déroule réellement 24/7 ?

Par exemple, dans la nature sauvage de la région du Primorié, une épicerie ou un café extérieur sur la route entre Vladivostok et Nakhodka seront le point central. À Kazan, ce sera sur la rue Bauman, juste en bas du Kremlin. À Rostov-sur-le-Don, ce sera le marché alimentaire, l'un des plus importants du genre en Russie. À Khabarovsk et Blagovechtchensk, ce sera le quai du fleuve Amour.

Moscou, pour beaucoup, même dans des coins aussi proches que Nijni Novgorod, ressemble à un autre monde, à un autre pays dont les activités ne signifient presque rien. Mais cela veut aussi dire que la réalité est pour beaucoup basée sur la perception, y compris pour moi.  Cela signifie à son tour que je dois me demander comment mes antécédents et ma réalité influencent ma façon de voir les choses et les gens. 

Avant 2012, j'avais entendu parler de l'empathie, mais je ne la pratiquais pas autant que je le pensais. Mon voyage à travers la Russie et les aperçus de la vie de ses habitants ont quelque peu modifié cette situation et mettent en perspective de manière assez brusque mes propres expériences du Royaume-Uni.

Lire aussi : Dix endroits en Russie à mille lieues de toute civilisation

Camaraderie

Chaque voyage que j'ai fait à travers la Russie a une chose en commun. Il m'a permis de rencontrer de nouvelles personnes merveilleuses en cours de route, dont beaucoup sont encore en contact avec moi aujourd'hui, des amis que j'ai rencontrés à l'université aux membres du personnel de mon café préféré à Khabarovsk.

C'est probablement la plus grande amélioration qui a été apportée à ma vie depuis mon voyage en Russie. Au travers de cinq périples, cinq années et 14 villes, j'ai découvert que j'avais une meilleure capacité à comprendre, à me détendre, à être curieux, à me critiquer et, surtout, à écouter efficacement.

C'est un sentiment agréable d'être guidé à travers une ville et ses sites d’intérêt par d'autres, et le fait d'avoir vécu cette expérience dans huit des villes que j’ai visitées a rendu le voyage encore plus intéressant. Voyager seul, c'est formidable pour prendre confiance en soi et élargir ses horizons, mais le fait d'avoir des amis russes pour vous donner une perspective russe enrichit encore plus votre expérience. 

Les amitiés avec les Russes m'ont beaucoup appris sur la sincérité, les sentiments véritables, l'acceptation et la tolérance dans une large mesure, et bien qu'il me reste encore beaucoup à apprendre, je suis très reconnaissant. Cela a été formidable pour moi en tant que personne, ainsi qu'en tant que tuteur et entraîneur.

Je parlerai davantage de mes expériences en Russie ultérieurement, mais pour l'instant, je tiens à remercier chaleureusement tous ceux d'entre vous qui ont rendu mes voyages en Russie si mémorables, et j'ai hâte de créer de nouveaux souvenirs dans un avenir pas trop lointain.

Cet article vous a plu ? Retrouvez, en suivant ce lien, le témoignage de la Française Aurélia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies