Comment les Russes ont changé ma vie: Megan, Australie

Archives personnelles
Ma famille et mes amis me demandent souvent: «Qu'est-ce que c'est au juste de vivre en Russie?» Je sais qu'ils attendent les réponses habituelles comme «la Russie est grande» ou «la Russie est froide». Mais pour moi, la vie en Russie et agréable, dynamique et plein de surprises; tout ce dont vous avez besoin est d’un peu de patience.

Dis ce que tu penses et pense ce que tu dis

En Australie, demander à quelqu'un comment il va ne peut déboucher que sur une seule réponse appropriée : « Bien, merci ! » Posez cette question à un Russe, cependant, et vous vous retrouverez entraîné dans des discussions inattendues. J'ai rencontré dans le métro une femme âgée qui m'a parlé de son médecin dans les moindres détails ; mon professeur m’a expliqué ses difficultés conjugales ; un chauffeur de bus a insisté pour m'exprimer sa réprobation concernant le système de canalisations de Moscou. La simple salutation aboutira souvent à une réponse longue et franche.

Les Russes sont francs et ont une extrême aversion pour tout ce qui est prétentieux. En conséquence, ils vous parleront toujours du fond du cœur et en toute vérité. Vous saurez ce que les gens pensent, que ce soit bon ou mauvais.

Un ami m'a dit une fois, dans le vrai esprit de l'honnêteté russe : « Je t'aime bien maintenant, mais je ne t'appréciais pas quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, tu semblais vraiment mesquine ! » Ma première réaction fut défensive : comment pouvait-il me dire une telle chose ! Mais maintenant, je comprends à quel point il est possible de dire à quelqu'un ce que l'on peut vraiment penser.

Lire aussi : Ces étudiants français qui ont choisi la Russie

Souplesse et patience sont des nécessités quotidiennes

Lorsque je suis entrée dans la chambre de l’obchaga (dortoirs pour étudiants), j'ai tout de suite remarqué le plancher lâche, le pommeau de douche cassé, le mur qui s'effritait et constaté que le plafond avait été renforcé avec du scotch. Au cours des mois suivants, j'ai commencé à le voir partout : sur des pare-brise cassés, les marches, les portes, les meubles... Tout ce qui devait être réparé avait été colmaté avec, vous l'aurez deviné, du ruban adhésif. Chaque fois que mon plancher se détache à nouveau, je me plains : « Pourquoi ne peut-il pas être réparé correctement ! » tout en essayant de le recoller sur le sol. Mon ami Ivan a eu quelques mots éclairants sur ce sujet (« Créez-le brisé, vous le réparerez pour toujours ! ») qui m'ont initié à l'attitude russe face au système D. Je sais maintenant qu'il n'y a rien qui ne puisse être résolu avec un peu de scotch, de créativité et de patience. Mes amis russes m'ont appris que sauf si le problème est extrêmement urgent, il peut attendre, et il n'y a pas grand-chose à craindre en attendant.

Cette attitude patiente est devenue une partie de ma vie quotidienne ici. En Russie, les choses ne sont jamais prévisibles. Les distances sont énormes, la météo peut vous ralentir, les files d'attente sont déroutantes et la bureaucratie si redoutée évolue à son propre rythme, vos délais n’étant pas d'une grande importance. Il y a beaucoup de choses qui sont hors de votre contrôle, et la vie est beaucoup plus facile si vous apprenez à accepter cela.

Les petits moments apportent une grande joie

D'un point de vue occidental, nous sommes souvent obsédés par le concept de divertissement, mais il est très différent de l’état de détente réelle. Avant d'arriver en Russie, j'avais souvent du mal à me détendre. Je me demandais constamment si j'avais assez travaillé, s’il y avait quelque chose de plus productif que je pourrais faire de mon temps.

Lire aussi : Six habitudes étranges des Russes qui désarçonnent les étrangers

En Russie, la relaxation est une pratique quotidienne qui est activement cultivée, que ce soit passer du temps à la datcha ou être un peu en retard lors d’un rendez-vous parce que vous n'avez pas envie de vous précipiter. Ceci est particulièrement important dans une ville comme Moscou, où la vie peut être très remplie et stressante. Malgré ce rythme effréné, les Moscovites en particulier m'ont appris qu'apprécier de petits moments de plaisir peut apporter un plus grand bonheur dans ma vie. J'ai appris que le concept de temps en Russie est flexible, vos amis peuvent être en retard, votre lettre pourrait ne jamais être distribuée, même votre salaire ou vos documents pourraient ne pas arriver à l'heure précise à laquelle vous vous y attendez ; mais c'est surtout parce que les Russes ont tendance à faire chaque chose en son temps, comme une sorte de défi à tout le stress et l’anxiété liés aux délais et à la vie.

En Australie, nous avons un stéréotype préconçu selon lequel les Russes sont froids et sans humour. En vérité, les Russes ne sourient pas beaucoup en public, mais la réserve initiale envers les étrangers, une fois passée, révèle des gens merveilleusement drôles, ouverts d'esprit et curieux. Il y a des choses dont je doute que je les comprendrai jamais (Pourquoi est-ce que je ne peux pas m'asseoir au coin de la table ? Qu'est-ce que c’est que cette peur de renverser le sel sous peine d’être maudit ?!). Mais cette particularité ne fait qu'ajouter aux raisons pour lesquelles j'aime la Russie autant que je l’aime actuellement.

Apprendre à reconnaître ces moments peut vous aider à mieux les gérer et à vous sentir comme un vrai Russe en un rien de temps. Voici les trois chocs culturels que vivent les étudiants étrangers en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies