Dix endroits en Russie à mille lieues de toute civilisation

Legion Media
Ces sites isolés sont idéaux pour la désintoxication numérique et l'écotourisme. Mais vous devrez vous donner la peine d'y arriver...

Les endroits épargnés par l'homme sont chaque année moins nombreux. Les amoureux de nature et de solitude apprécient ces endroits de Russie, où les gens ne se rendent presque jamais...

1. Terre François-Joseph

Sur cet archipel polaire composé de 190 îles, il n'y a pas de villes ou de villages. Tous les résidents locaux sont des employés des stations météorologiques et des gardes-frontières. La plupart des îles sont liées par des glaces éternelles, sur lesquelles les ours polaires se promènent à la recherche de nourriture et où se reposent les morses et les phoques. Vous ne pouvez vous rendre ici qu'avec un groupe organisé par mer, et cela coûtera la bagatelle de plusieurs milliers de dollars.

Lire aussi : Tourisme de l’extrême: que faire à Norilsk, ville industrielle du Grand Nord russe?

2. Les marais de Vassiougan

Les marais de Vassiougan, parmi les plus grands du monde, sont inclus dans la liste des cent miracles de la Russie. Il y a dix mille ans, il n'y avait que quelques zones marécageuses entre les rivières Ob et Irtych, mais à cause du climat humide, la tourbière a commencé à absorber les environs. Les marais continuent de croître aujourd'hui, absorbant de nouveaux territoires. Parmi les habitants vivant dans de petits villages reculés, il existe une légende selon laquelle ces tourbières ont été créées par le diable. Il est extrêmement difficile d'arriver ici : le lieu se trouve à environ 700 kilomètres de Tomsk, et il vaut mieux inspecter les marais depuis un hélicoptère.

3. Lac des Artistes

L'endroit, découvert au milieu du siècle dernier par les artistes de Krasnoïarsk, est l'un des plus solitaires du parc d’Ergaki en Sibérie. Sous l'eau cristalline, même en juillet, vous pouvez voir le fond de glace, sur les minuscules îles du lac poussent des cèdres, et à proximité se dresse le rocher pittoresque de Parabola. Vous pouvez arriver ici seulement en marchant à travers les cols de montagne. La route depuis le centre touristique le plus proche sur le lac Svetlom prend 2-3 heures pour les touristes bien préparés. On dit que la moitié des nouveaux arrivants ne tiennent pas la route et rebroussent chemin.

Lire aussi : Dix parcs nationaux de Russie que vous devez visiter au moins une fois dans votre vie

4. Rivière Bikine

La rivière Bikine passe dans la partie centrale de la réserve de Sikhote-Aline dans l'Extrême-Orient russe. Ici vous pouvez rencontrer des tigres de l'Amour, des chats des forêts ainsi que des dizaines d'espèces d'oiseaux rares. La vallée est incluse dans la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les rives de la rivière Bikine abritent un peuple autochtone - les Udèges - qui vivent de l'artisanat traditionnel, de la chasse et de la pêche. La municipalité la plus proche, Loutchegorsk, est accessible par les transports. Elle se trouve à 10 kilomètres de la vallée et à 500 kilomètres de Vladivostok.

5. Plateau de Bermamyt

Cet endroit était connu des amateurs de nature et de randonnée au XIXe siècle, mais vous ne trouverez pas un grand nombre de touristes par ici. Pour son relief de plateau inhabituel, Bermamyt a été qualifié de « filiale de Mars dans le Caucase du Nord ». Depuis Bergamyt, vous découvrirez les incroyables chaînes enneigées du Grand Caucase et de l'Elbrouz. Le plateau est situé à 30 kilomètres de Kislovodsk, et vous pouvez vous y rendre uniquement en voiture ou à pied. Par temps de pluie, certaines sections de la route sont inondées, et au début de l'été il y a encore de la neige.

Lire aussi : La Tchoukotka, vaste terre de l’authenticité

6. Iles du Commandeur

Pour voir 300 000 phoques à fourrure, plus de 20 espèces de baleines, admirer les hautes cascades et la nature absolument sauvage, rendez-vous sur les îles du Commandeur dans la partie nord de l'océan Pacifique. En raison des tremblements de terre fréquents, l'archipel se déplace chaque année de 50 millimètres vers Kamtchatka. Dans la plus grande colonie, Nikolskoï, vivent 800 personnes : Aléoutes et Esquimaux. Il y a un seul aéroport sur l'île qui reçoit des avions de Petropavlovsk-Kamtchatski (si vous avez de la chance avec la météo).

7. L'île de Ratmanov

C'est le point le plus oriental de la Russie : d'ici à la frontière avec les États-Unis il y a seulement 4 kilomètres et c'est ici que passe la ligne de changement de dates. L'île de Ratmanov commence la journée, et l'île américaine voisine de Krusenstern la termine, donc si vous cherchez le bout du monde - vous êtes au bon endroit. Certes, il est presque impossible d'arriver ici : seuls les gardes-frontières vivent sur l'île et les touristes ne viennent pas en ces lieux. Mais depuis l'Alaska, on peut voir une énorme croix orthodoxe de sept mètres, placée ici au début des années 2000.

Lire aussi : Pourquoi la Russie vendit l’Alaska aux États-Unis

8. Plateau de Poutorana

C'est une terre de vallées et de canions sans fin perdue au-delà du cercle polaire. Voici le centre géographique de la Russie - le lac Vivi. Poutorana attire les fans de tourisme extrême et de rafting sur les rivières dangereuses. La ville la plus proche est Norilsk, et depuis cette dernière vous ne pourrez vous rendre dans le plateau qu'en hélicoptère, en bateau ou à pied. En outre, pour visiter ces territoires, un étranger doit obtenir un permis spécial.

9. Manpoupounior

Ces imposantes formations rocheuses en République de Komi sont considérées comme l'une des principales merveilles de la nature russe. Il y a deux cents millions d'années, de hautes montagnes s’élevaient ici, mais le climat rigoureux a progressivement détruit les roches tendres. Il ne reste plus que les plus persistantes : sept idoles de 30 à 40 mètres de haut dans les profondeurs de la réserve de Petchoro-Ilinski. De la colonie la plus proche, le village de Iaksha, vous devrez marcher 40 kilomètres à pied.

10. Lac Jack London

Ce parc naturel, nommé d'après un écrivain américain, se trouve dans la région de Magadan. Il abrite l'un des lacs les plus pittoresques et les plus inaccessibles de Russie. Le parcours de 70 kilomètres passe le long de l'impassibilité absolue : cols de montagne, tourbières et rivières de montagne. Mais cela peut-il vraiment vous arrêter ?

Si vous êtes un amateur de nature sauvage et d’expéditions inoubliables, pourquoi ne pas envisager un séjour au Kamtchatka, la terre des ours ? Retrouvez ici un aperçu de ce qui vous y attend.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies