Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage du Brésilien Marcos

Archives personnelles
Marcos Cury a beaucoup voyagé. Il s’est rendu dans plus de 60 pays et compte en visiter de nombreux autres. Mais la Russie reste l'une de ses destinations favorites.

Si vous vous disputez avec les Russes, assurez-vous de crier plus fort, cela vous aidera à gagner. Cela fonctionne tout le temps. Comment ai-je appris cette leçon de vie ? Eh bien...

Je revenais de l'île d'Olkhon, sur le lac Baïkal, à Irkoutsk. La camionnette était plutôt vide : juste le chauffeur, un autre voyageur, une femme russe et moi. Le chauffeur s'est arrêté à une station-service et nous avons décidé d'acheter de la nourriture. Évidemment, nous n’avions pas prévu de terminer notre voyage ici, mais lorsque je suis sorti du magasin avec mon compagnon de voyage, la camionnette était déjà en train de partir !

Imaginez : nous étions au milieu de la Sibérie enneigée ! Tous mes documents et effets personnels étaient dans la camionnette. L’autre gars n’avait même pas mis sa veste. Nous sommes retournés au magasin. Les personnes à l'intérieur étaient vraiment inquiètes de ce qui s'était passé. Ils ne parlaient pas anglais mais essayaient de nous réconforter. L'autre type pleurait presque. Les habitants présents dans le magasin m'ont aidé à appeler l'endroit où nous avons séjourné à Olkhon, qui est assez petit et pas très peuplé en hiver, et où tout le monde se connaît. Le directeur de l'hôtel a appelé le chauffeur et lui a dit de revenir nous chercher. Alors il est revenu et a commencé à me crier dessus. J'ai commencé à lui hurler dessus encore plus fort. Ce n'est qu'alors qu'il a compris que j'étais en colère, et il a reculé.

>>> Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage du Français Augustin

Survivre au froid

Cependant, la partie la plus difficile de mon voyage a été de braver les basses températures. J'ai expérimenté -32°C à Oulan-Oude. En règle générale, assurez-vous de porter des couches superposées. Après cette découverte, j'ai pu faire de la randonnée même par -20°C.

En outre, lorsque la température baisse, les Russes sont plus disposés à vous aider. Dans l’ensemble, j’ai amélioré mes compétences de survie et je n’ai plus peur du froid. Je compte toujours aller dans des endroits où je ne suis pas allé : Iakoutsk, le Kamchatka et des villages proches de l'Arctique.

Cela peut paraître un peu bête, mais vous devez être très doué pour boire de l’alcool si vous voulez survivre en Russie. Dans l’étiquette russe, accepter la boisson qu’on vous offre est un impératif, c’est impossible de refuser. D'autre part, les Russes ne boivent pas autant que l'on pense : dans les discothèques, la plupart des gens sont sobres. C’est davantage une question d’hospitalité et de détente, pour rester sur la même longueur d’onde, même s’ils parlent une langue différente.

Comment faire l'expérience de la vraie Russie

L’expérience la plus russe que j’ai eue a eu lieu dans une datcha proche du lac Baïkal. Nous avons mangé des sushis faits maison avec de l’omoul (poisson local, ndlr) et sommes allés au bania (sauna russe, ndlr). Il faisait incroyablement chaud. Vous êtes censé ne porter qu'un chapeau. Toute la cérémonie, y compris les coups avec des branches de bouleau, vous rend assez fou pour sortir et vous rouler nu dans la neige. C'était incroyable. Nous ne buvions que de la bière. Après quelques heures, j’avais l’impression d’être complètement saoul.

>>> Entre feu et glace: les meilleurs banias de Moscou et de Saint-Pétersbourg

Une autre expérience russe unique consiste à prendre le train en platzkart (troisième classe). Contrairement à la première classe ou à la classe économique, où vous serez coincé avec les mêmes personnes dans une petite cabine pendant tout le voyage, voyager en platzkart (une voiture entière et ouverte avec des lits) est plus sociable et beaucoup moins cher. Vous allez certainement rencontrer des Russes intéressants.

Je dois dire que les hôtesses de train (provodnitsa en russe) ont été incroyablement utiles. Ces dames m'ont beaucoup aidé : chaque fois que je devais recharger mon téléphone, il suffisait que je leur fasse un sourire.

Quel que soit leur métier, les Brésiliens pensent : « Nous sommes déjà assez bons comme ça ! Fêtons ça! ». Mais les Russes, eux, veulent vraiment être les meilleurs dans ce qu'ils font.

>>> Ces situations de la vie en Russie qu’un étranger aura du mal comprendre

Les Russes sont également différents des Brésiliens parce qu’ils sont patriotes. Ils connaissent leur histoire et en sont fiers. Contrairement aux Brésiliens individualistes, ils ont plus le sens de la communauté, le sens d'un pays uni. Il y a un monument de Lénine dans chaque ville. Il y a même une énorme tête de Lénine au centre d'Oulan-Oude. Le premier navire nucléaire basé à Mourmansk porte son nom. Vous savez, les Russes chantent l’hymne national à la veille du Nouvel an. Cela m'a vraiment surpris ! La plupart des Brésiliens seraient probablement ivres avant minuit.

Propos recueillis par Daria Aminova

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies