Valeri Tchkalov, légendaire pilote soviétique et héros de Staline

Anatoli Garanine/Sputnik; V. Deni, N. Dolgoroukov
Valeri Tchkalov, le pilote le plus populaire et le plus impulsif de l'URSS, qui a battu des records, était aussi le favori de Staline, mais il est malheureusement mort dans des circonstances tragiques.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Tout le monde en Russie a entendu le nom de Valeri Tchkalov : de nombreuses rues et même des villes sont nommées en son honneur. Et il fut un temps où il était une véritable célébrité, méprisant les règles et recommandations. Il a bénéficié du patronage de Staline et a effectué un vol record de Moscou aux États-Unis en 1937.

Cependant, son caractère quelque peu borné, un don qui a mené sa carrière dans les cieux, lui a également causé de nombreux problèmes, et l'a finalement conduit à commettre une erreur fatale.

Le talentueux fauteur de troubles

Tchkalov est né en 1904 dans une simple famille de villageois et a travaillé comme chauffeur sur un bateau à vapeur avec son père. En 1919, à l'âge de 15 ans, il voit un avion pour la première fois de sa vie et rêve dès lors de devenir pilote.

Cette même année, il s'engage dans l'Armée rouge et devient apprenti mécanicien dans une usine d'aviation militaire. Cela constitue son premier pas pour devenir le héros pilote d'essai le plus célèbre de l'Union soviétique.

Valeri Tchkalov près de l'avion Po-2 qui lui a été offert

En 1924, Tchkalov, déjà pilote de chasse qualifié, est affecté à un escadron d'aviation à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg). C'est là que son rude caractère commence à poser problème.

Le jeune homme acquiert en effet rapidement une certaine notoriété en tant que preneur de risques et est impliqué dans de nombreux cas de vols imprudents. Selon un récit largement connu, mais non confirmé, Tchkalov aurait un jour fait passé son avion sous un pont – cet épisode a été reconstitué pour un long métrage consacré à sa personne et sorti en 1941.

Affiche du film

Ses fréquentes escapades ont toutefois de graves répercussions qui alternent avec de fréquents moments de triomphe : un jour, il est arrêté et renvoyé des rangs de l'Armée rouge, mais un autre, il assiste au 10e anniversaire du défilé de la Révolution d'octobre à Moscou en 1927 ; un jour en 1928, il reçoit une lourde peine pour avoir fait s'écraser un avion sur des lignes électriques, pour être ensuite relâché dans les six jours, grâce à la volonté politique du comité central de l'URSS.

Sa renommée de pilote d'essai talentueux donne souvent à Tchkalov carte blanche pour de nombreuses choses, surtout après son vol record, qui a été personnellement sanctionné par Joseph Staline.

Lire aussi : L’An-2, un avion sans pareil capable de voler en marche arrière

De l'URSS aux États-Unis via le pôle Nord

Trajet prévu via le pôle Nord

En 1930, Tchkalov est à nouveau réintégré dans les rangs de l'Armée rouge et reprend son travail de pilote d'essai.

En 1936, deux collègues pilotes lui proposent le défi de sa vie : voler sans escale de l'URSS vers les États-Unis. Les années 1930 sont riches en exploits aériens, mais la tâche reste très risquée, car aucun avion n'est fiable à 100% pour une entreprise aussi longue et audacieuse. Il semble que ce soit précisément cet énorme risque qui ait motivé Tchkalov à relever le défi et à demander l'autorisation aux dirigeants de l'URSS.

Bien que Staline ait béni les pilotes pour le vol, il a changé leur destination finale pour la ville russe extrême-oriental de Petropavlovsk-Kamtchatski. Les pilotes, dont Tchkalov, ont ainsi passé 56 heures dans les airs et ont parcouru quelque 9 000 kilomètres avant de l'atteindre.

Alexandre Beliakov, Valeri Tchkalov et Gueorgui Baïdoukov sur l'île Oudd (désormais appelée île Tchkalov), en Extrême-Orient russe

Les dirigeants soviétiques se félicitent de ce succès et font de ce vol une occasion de propagande : Staline rencontre personnellement les pilotes à leur retour à Moscou et offre à Tchkalov un avion Polikarpov Po-2 comme cadeau personnel, tout en lui décernant, ainsi qu'au reste de l'équipage, le titre de Héros de l'Union soviétique.

Le pilote utilise finalement son influence nouvellement acquise pour obtenir de Staline la permission de réaliser son rêve : faire voler un avion de Moscou à Vancouver, dans l’État de Washington aux États-Unis, en passant par le pôle Nord. Cette fois, Staline lui accorde son soutien.

Baïdoukov, Tchkalov, l'ambassadeur soviétique Troïanovski et Beliakov à la Maison Blanche le 28 juin 1937

Le 18 juin 1937, le vol record de Tchkalov a donc commencé. Son arrivée sur le sol américain après un vol de 63 heures fait sensation parmi les locaux : les pilotes sont accueillis en héros et même honorés par le président américain Franklin Roosevelt à la Maison Blanche.

Tchkalov rentre chez lui en héros national, admiré par le peuple et favorisé par le puissant leader de la nation.

Moscou accueille ses héros après le vol vers les États-Unis

Lire aussi : Dix étrangers devenus Héros de l'Union soviétique

Le dernier vol

Staline et Tchkalov

Le légendaire héros de l'Union soviétique est cependant mort dans un accident d'avion à peine plus d’un an après, le 15 décembre 1938. Ce jour-là, il est arrivé sur un aérodrome de Moscou pour tester un tout nouveau prototype de chasseur Polikarpov I-180. L'enquête ultérieure a conclu que, même si l'on savait que l’appareil présentait encore de nombreux défauts pour être techniquement prêt pour un vol d'essai, Tchkalov a rejeté les protestations que certains ingénieurs avaient exprimées et s’est précipité dans les cieux.

Bien que les premières minutes du vol se soient déroulées sans encombre, le moteur est rapidement tombé en panne et l'avion s'est écrasé en dehors de l'aérodrome. Tchkalov a immédiatement été transporté à l'hôpital, mais est rapidement décédé de ses blessures.

L'avion de Tchkalov ayant effectué le trajet URSS-USA

Staline a été personnellement informé du tragique incident et de nombreux ingénieurs ayant participé à la construction de l'avion ont été arrêtés.

Selon une version des événements, les derniers mots de Tchkalov avant sa mort n'ont donc été d’aucun effet : « Ne blâmez personne. C'est de ma faute ».

Au cours de sa vie, Valeri Tchkalov a piloté plus de 70 types d'avions à titre d'essai. Il a été enterré au pied des remparts du kremlin de Moscou en tant que héros national.

Tchkalov, sa femme et son fils, sur la place de la gare de Biélorussie, à Moscou

Dans cet autre article nous vous expliquons si les avions militaires russes sont aujourd’hui autorisés à survoler les États-Unis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies