Dix étrangers devenus Héros de l'Union soviétique

Archives; Vasily Malyshev, Yuri Ivanov/Sputnik; Alexander Konkov/TASS
La plus haute distinction de l'URSS n’était pas uniquement remise à des citoyens de ce pays. Plusieurs Français l'ont notamment reçue. 

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Jaros Otakar

Le premier étranger à avoir reçu le titre de héros de l'Union soviétique était le lieutenant-chef Jaros Otakar, commandant de compagnie du 1er bataillon d'infanterie tchécoslovaque, formé sur le territoire de l'URSS et qui combattait avec l'Armée rouge contre les nazis.

Le 8 mars 1943, le bataillon a mené une bataille acharnée contre l'ennemi près du village de Sokolovo, dans le nord-est de l'Ukraine. Jaros, deux fois blessé, n'a pas quitté le champ de bataille, continuant à commander la compagnie. Lorsque des chars allemands ont percé les positions des Tchèques, il a arraché des grenades de sa ceinture et s'est précipité à leur rencontre. Otakar a été abattu par le tir d'une mitrailleuse de char, mais ce dernier, après avoir roulé son corps, a été détruit par les grenades.

2. Juliusz Hibner

Le 29 octobre 1943, la 1ère division d'infanterie de Varsovie, baptisée en l’honneur Tadeusz Kosciuszko, récemment formée en URSS, prend part à sa première bataille près du village de Lenino, dans l'est de la Biélorussie. Comme le lieutenant-chef Jaros six mois auparavant, le capitaine Juliusz Hibner a été blessé deux fois, mais n'a pas quitté le champ de bataille. Hibner a été considéré à tort comme mort et a reçu le titre de héros de l'Union soviétique à titre posthume. En quittant l'hôpital, il a repris ses fonctions et a terminé la guerre avec le grade de lieutenant-colonel.

>>> «Je ne suis pas un héros»: comment un officier soviétique évita la troisième guerre mondiale

3. Aniela Krzywoń

Seule femme étrangère devenue héros de l'Union soviétique, Aniela Krzywoń, dix-huit ans, a servi comme servante de mitrailleuse dans la division polonaise Kosciuszko. Pendant la bataille de Lenino, elle a accompagné une voiture transportant des documents d'état-major et des soldats blessés, attaqués par des bombardiers allemands. Sauvant les blessés de la voiture en flammes et des documents importants, elle a péri dans les flammes.

4. Albert Marcel

Avec 23 victoires aériennes, le pilote Marcel Albert est devenu le deuxième as français le plus efficace de la Seconde Guerre mondiale (après Pierre Clostermann). 21 avions ennemis ont été abattus par lui sur le front de l'Est dans le cadre du régiment aérien Normandie-Niemen. Des pilotes français de cette formation sur des avions soviétiques ont combattu la Luftwaffe au-dessus du territoire de l'Union soviétique et de l'Europe de l'Est.

5. Jacques André

Le sort d'un autre pilote du Normandie-Niemen s’étant vu décerner le titre de héros de l'URSS est assez étonnant. En juin-juillet 1941, en tant que pilote de l'armée de l'air vichyste, Jacques André se battait contre les avions britanniques en Syrie. S’étant retrouvé en Algérie lors du débarquement des Alliés en 1942, il a reçu une invitation à se rallier à la coalition antihitlérienne, ce qu'il a accepté.

En tant que pilote du Régiment Normandie-Niemen, Jacques André a effectué 113 sorties et remporté 15 victoires aériennes.

>>> Normandie-Niemen: une amitié née sous le ciel de la guerre 

6. Fritz Schmenkel

Le futur Héros de l'URSS Fritz Schmenkel est venu sur le territoire de l'Union soviétique avec l'armée allemande, dans laquelle il a servi comme caporal. Communiste convaincu, il a quitté son unité et a rejoint un détachement de partisans opérant dans la région de Smolensk. Shmenkel s'est souvent déguisé en officier allemand pour participer à des embuscades et des sabotages, et a également informé les partisans des points faibles des technologies allemandes. Début 1944, il a été capturé par les Allemands et exécuté.

7. Fidel Castro

Le chef de la révolution cubaine, Fidel Castro, a reçu le titre honorifique de Héros de l'Union soviétique en 1963 « en reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles dans l'organisation de la lutte victorieuse pour la liberté et l'indépendance du peuple héroïque de Cuba », ainsi que pour son rôle dans « le renforcement et le développement de l'amitié fraternelle soviéto-cubaine ».

8. Sigmund Jähn

Premier Allemand dans l'espace, Sigmund Jähn fut le seul astronaute de toute la courte histoire de la RDA. En 1978, il participe à un vol spatial organisé par l'URSS dans le cadre du programme Intercosmos, qui servait principalement à impliquer les pays amis dans des missions spatiales soviétiques.

Même après l'effondrement du bloc de l'Est, Jähn n'a jamais perdu le contact avec la Russie. Jusqu'à un âge avancé, il a représenté à Moscou l'Agence spatiale allemande (DLR) et l'Agence spatiale européenne (ESA).

>>> Quels dirigeants mondiaux étaient les meilleurs amis de l'URSS?

9. Rakesh Sharma

Le tout premier cosmonaute indien, Rakesh Sharma, a volé à bord d'un vaisseau spatial soviétique Soyouz T-11 en avril 1984. Lors d'une connexion avec la Terre, le Premier ministre indien Indira Gandhi a demandé à Sharma à quoi ressemblait leur pays depuis l'espace, ce à quoi il a répondu en citant un poème patriotique du poète Muhammad Iqbal : « Le meilleur au monde ».

10. Abdul Ahad Mohmand

Le capitaine de l’Armée de l’air afghane Abdul Ahad Mohmand est devenu le premier et reste pour le moment l’unique cosmonaute afghan de l'histoire. Lors de son vol en 1988, il a pris le drapeau national et deux exemplaires du Coran. Grâce à des dizaines de photographies prises par Mohmand, le premier atlas cartographique afghan a été publié.

Abdul Ahad Mohmand est devenu le dernier citoyen étranger à avoir reçu le titre de héros de l'Union soviétique.

Qui a reçu le titre de Héros dans la Russie moderne ? Trouvez la réponse dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies