Quand les soldats américains et soviétiques s’affrontaient

Pyotr Bernstein/Sputnik, Global Look Press
L’URSS et les États-Unis n’ont jamais mené de guerre ouverte majeure l’un contre l’autre. Cela n’empêche toutefois pas leurs soldats de s’être affrontés de temps en temps et de manière brutale au sol et dans les airs.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Intervention américaine en Russie (1918-1920)

Comme d’autres pays alliés, les États-Unis ont envoyé leurs troupes dans la Russie ravagée par la guerre civile pour soutenir les forces blanches antibolcheviques. L’objectif officieux était de tirer parti de la faiblesse de la Russie et d’étendre l’influence américaine sur son territoire.

Des troupes américaines à Vladivostok, août 1918

Plus de 5 000 soldats américains ont débarqué dans le port russe d'Arkhangelsk, dans le Nord de la Russie, en septembre 1918. Cette opération, connue sous le nom d’Expédition Ours polaire, a coûté la vie à plus de 200 soldats américains tombés lors des affrontements contre les bolcheviks et morts lors du froid hiver 1919.

Les soldats américains opérant dans l'Extrême-Orient russe et en Sibérie avaient des objectifs complètement différents de ceux de leurs camarades d'Arkhangelsk. Un corps expéditionnaire « sibérien » fort de 9 000 hommes y a été envoyé pour contenir l'influence croissante de l'empire japonais dans la région. Prenant sous leur contrôle certaines parties du chemin de fer transsibérien, les Américains ne sont pas empressés de soutenir les Blancs dans leur lutte contre les Rouges.

Au contraire, ils ont fermé les yeux sur l’avancée des unités de partisans communistes en Extrême-Orient russe qui combattaient les troupes japonaises et le leader du mouvement blanc soutenu par le Japon, Ataman Grigori Semionov.

Avec l'effondrement du mouvement blanc en Russie, l'intervention des Alliés en Russie était terminée. En mars 1920, il ne restait plus aucun soldat américain dans le pays.

>>> Palestine soviétique: pourquoi Staline a créé un État juif au fin fond de la Sibérie

Bataille aérienne de Niš (1944)

Cette bataille aurait semblé du pain béni pour les nazis. Le 7 novembre 1944, un groupe de chasseurs américains Lockheed P-38 Lightning a attaqué les troupes soviétiques près de la ville de Niš en Yougoslavie, faisant 27 victimes, dont un général.

Des Lockheed P-38 Lightning

Les soldats ont commencé à courir en agitant les mains et leurs bannières rouges, essayant désespérément de montrer aux pilotes qu'ils s'étaient trompés de cible. Les Américains n’ayant pas réalisé qu’ils tiraient sur des alliés, les unités de défense anti-aérienne et l’aviation soviétiques sont entrées en action.

À la suite de la soi-disant bataille aérienne de Niš, les Soviétiques ont perdu quatre chasseurs Yak et Yak-9, tandis que trois P-38 ont été détruit. Ce n’est que lorsque le capitaine Koldounov, risquant d’être abattu, s’est approché de l’avion américain en tête de l’escadrille et a montré les signes d’identification de son avion que les Américains ont mis fin à l’attaque.

Après une enquête approfondie, les deux pays ont décidé d'étouffer l'incident afin de ne pas faire de cadeau à la machine de propagande d’Hitler alors que la victoire des Alliés était proche.

Guerre de Corée (1950-1953)

Au début des années 1950, la péninsule coréenne est devenue le théâtre des tout premiers duels aériens entre avions de chasse à réaction. Les pilotes soviétiques et américains ont joué un rôle clé à cet égard.

L'Union soviétique a envoyé son 64e corps d'avions de chasse se battre officieusement dans le ciel coréen en octobre 1950, pour soutenir une Corée du Nord que l'avancée des troupes sud-coréennes et de l'ONU avait poussée au bord de l'effondrement. C'étaient des pilotes soviétiques à bord d’avions MiG-15, auxquels s'ajoutaient des centaines de milliers de « volontaires » chinois aidant les Nord-Coréens à mener à bien leur contre-attaque.

Les pilotes soviétiques Nikolaï Soutiaguine, avec 22 victoires aériennes, et Evgueni Pepeliaïev, avec 19 victoires, sont devenus les meilleurs as de la guerre de Corée. Les meilleurs pilotes américains dans le conflit étaient Joseph C. McConnell (16 victoires) et James Jabara, crédité des 15 avions ennemis abattus.

La guerre de Corée est également connue pour un épisode au cours duquel l’armée de l’air américaine a bombardé le territoire soviétique. Le 8 octobre 1950, deux chasseurs à réaction américains Lockheed P-80 Shooting Star ont attaqué l'aérodrome de Soukhaïa Retchka en Extrême-Orient, le prenant pour un nord-coréen.

L'attaque américaine a endommagé six chasseurs soviétiques au sol et un appareil a été calciné. Ironie de l’histoire, l’avion américain a attaqué ses propres chasseurs Bell P-63 Kingcobra, qui avaient été remis à l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre du contrat de prêt-bail signé entre les deux pays.

Lorsque l'Union soviétique a déposé une plainte auprès des Nations unies à propos de cet incident, le président américain Harry Truman a reconnu sa culpabilité et déclaré que l'attaque sur le territoire de l'Union soviétique était « le résultat d'une erreur de navigation et d'un calcul erroné ».

>>> Pourquoi la Grande-Bretagne et l’URSS ont envahi l'Iran alors que les nazis approchaient de Moscou

Projet Dark Gene (1973)

Cela semble difficile à croire maintenant, mais il fut un temps où les États-Unis et l’Iran étaient des alliés proches. Dans les années 1960-1970, ils ont même mené des opérations conjointes de reconnaissance aérienne dans les régions méridionales de l’URSS.

 Un F-4 Phantom II iranien

Au cours de l'opération, baptisée Dark Gene, des pilotes américains et iraniens à bord de chasseurs iraniens ont régulièrement traversé la frontière soviétique pour trouver des failles dans les défenses anti-aériennes locales et tester l'efficacité des intercepteurs soviétiques face aux intrus.

Le 23 novembre 1973, un MiG-21SM piloté par Guennadi Ielisseïev a été envoyé pour intercepter un F-4 Phantom II iranien qui avait violé la frontière soviétique dans la plaine de Mughan. Après que tous les missiles aient échoué à atteindre leur cible, Ielisseïev a frappé la queue du Phantom avec l'aile de son propre avion.

Le premier éperonnage aérien de l'histoire a entraîné le crash du F-4. Ses pilotes, le major iranien Shokouhnia et le colonel de l'US Air Force John Saunders, se sont catapultés et ont été capturés. Quant à Ielisseïev, son MiG a heurté une montagne, le tuant sur le coup.

Dans cette autre publication nous vous racontons comment l’URSS avait envisagé de rayer les États-Unis de la carte grâce à un tsunami 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies