Comment un pilote russe et Walt Disney sont devenus les chantres de la puissance aérienne américaine

Getty Images, Scherl/Global Look Press
L’alliance inhabituelle entre un pilote russe et le célèbre créateur américain de dessins animés a permis à des millions d'Américains de prendre conscience du fait que l'avenir de la guerre appartenait à l'aviation.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Aujourd’hui, toutes les puissances militaires du monde reconnaissent que l’aviation est une force cruciale. Certaines guerres sont gagnées exclusivement avec des raids aériens, sans avoir recours au moindre fantassin. Cependant, durant la première moitié du XXe siècle, peu en étaient conscients.

Bien que la Première Guerre mondiale ait démontré le potentiel élevé de l'aviation, de nombreux pays la considéraient toujours comme une force secondaire, destinée uniquement à fournir un soutien aux troupes terrestres et à la marine. Les États-Unis, où il ne s’agissait même pas d’une armée distincte, partageaient de telles convictions.

De nombreux partisans de la suprématie de l’aviation ont appelé à modifier cette situation et à donner plus d’importance aux forces aériennes. Le célèbre créateur américain de dessins animés Walt Disney a donné la parole à l'un d'entre eux - l'ancien pilote russe Alexander P. de Seversky – qui a réussi à convaincre des millions de personnes.

Alexander P. de Seversky en 1933

Lire aussi : Quand les soldats américains et soviétiques s’affrontaient 

Défendre l'aviation stratégique

De Seversky connaissait l'aviation mieux que quiconque. Ingénieur militaire et pilote de combat, il a mené 57 missions au cours de la Première Guerre mondiale et était considéré comme l'un des meilleurs as de Russie. Lorsque la Révolution bolchevique l’a forcé à émigrer aux États-Unis, il s’y est révélé comme un théoricien de l’aviation et un inventeur de premier plan. Parmi ses inventions figurent le viseur de bombe le plus précis au monde et le premier avion de chasse moderne américain, le P-35.

Mais c’est en tant que chantre de la puissance aérienne qu’Alexander de Seversky a acquis une grande notoriété. Son idée la plus importante était que la puissance aérienne était une arme intrinsèquement stratégique. Des bombardiers à longue portée survolent les armées et les marines ennemies et, en détruisant la capitale, le gouvernement, l’industrie et les zones les plus vitales de l’ennemi, le frappent en son cœur même.

Ces atouts de l’aviation stratégique semblent évidents aujourd’hui, mais dans les années 1920-1930, tous les dirigeants politiques et militaires, loin de là, n’étaient pas prêts à financer le développement de projets aériens douteux sur le long terme, préférant la vieille tactique consistant à utiliser des bombardiers de première ligne.

De Seversky critiquait cette approche, dans la mesure où, à son avis, l'aviation militaire ne devait pas gaspiller sa capacité unique en fournissant un soutien tactique aux troupes sur le champ de bataille, mais se concentrer sur des missions stratégiques. Si la puissance aérienne remplissait correctement son rôle, l'occupation du territoire ennemi deviendrait un concept obsolète et cesserait d'être un objectif de guerre.

Un nouvel avion-amphibie, conçu et construit par Alexander de Seversky, est prêt à passer des tests avant d'être piloté par son épouse, Evelyn de Seversky, lors des National Air Races à Los Angeles.

Des bombardiers stratégiques pouvaient à eux seuls mettre l'ennemi à genoux, affirmait de Seversky : « Après avoir frappé ses armes et réduit l'ennemi à l'impuissance, nous pouvons l'affamer et le soumettre par la puissance aérienne », a-t-il déclaré.

De Seversky tacle la marine

La critique de la marine formulée par Alexander de Seversky était particulièrement virulente. La puissance maritime, à ses yeux, était obsolète et les navires de surface étaient condamnés face à la domination aérienne naissante.

Dans ses articles, il a farouchement protesté contre la création d’une flotte gigantesque et onéreuse : « Actuellement en construction, notre grande marine, chargée de veiller sur deux océans et coûtant plusieurs milliards de dollars, devrait être achevée dans cinq ou six ans. Juste à temps pour que ses cuirassés soient mis au rebut ».

La somme nécessaire à la construction d’un cuirassé avait selon lui tout à gagner à être dépensée pour construire des centaines de bombardiers à longue portée. Chaque bombardier aurait pu théoriquement détruire ou mettre hors service un navire ennemi. De tels bombardiers pouvaient simplement ignorer et survoler les navires de l’adversaire pour pulvériser l’ennemi en son cœur et le mettre à genoux.

De Seversky supposait que, à mesure que la portée des aéronefs augmenterait, les zones océaniques ouvertes aux opérations navales diminueraient jusqu'à disparaître complètement. « Aucune opération terrestre ou maritime n'est possible lorsque le contrôle des airs est entre les mains de l'adversaire », avait-il l'habitude de dire.

Alexander de Seversky (1894 - 1974) avec un modèle d'avion à double fuselage.

Le contre-argument selon lequel que les États-Unis possédaient une demi-douzaine de porte-avions et que leurs chasseurs basés en mer protégeaient les navires contre les avions ennemis ne tenait pas la route aux yeux de Seversky. Selon lui, les avions basés sur terre étaient bien supérieurs aux appareils embarqués à bord de porte-avions.

Lire aussi : Comment un vice-président américain en est-il venu, en 1944, à faire l’éloge du Goulag? 

Force aérienne distincte

Le pilote russe a vivement critiqué le fait que l’aviation était placée sous le contrôle de l’armée. Tandis que le quartier général de l’Air force servait d’arme opérationnelle ou de combat, l’armée américaine contrôlait les éléments essentiels de qu’étaient la formation, les finances et les achats.

De Seversky croyait sincèrement que l'armée de l'air ne pourrait ni surmonter son « cauchemar organisationnel » ni se développer correctement tant qu'elle ne serait pas devenue une branche indépendante dotée d'un commandement autonome. Il était convaincu que ses commandants actuels étaient avant tout des soldats « de terre » et en aucun cas des aviateurs.

Une telle situation a conduit l’armée de l’air américaine à figurer dans les années 1930 parmi les dernières de la liste en termes d’importance et de financement. Ce n'est que par miracle que le projet B-17 Flying Fortress, qui est devinu rapidement vital, a été sauvé.

Portrait de Seversky qui est assis dans le cockpit du chasseur à réaction britannique de Havilland Vampire.

Alexander de Seversky estimait qu’avoir un commandement indépendant de la Force aérienne doté d’un budget séparé donnerait le feu vert à des projets aussi importants et prometteurs que le bombardier Douglas XB-19. « Si nous permettons, a dit de Seversky, à la pensée obsolète et terre-à-terre de l'armée et de la marine de dominer, nous nous retrouverons fatalement handicapés et finirons perdants de la course à la suprématie aérienne, que nous sommes tenus de gagner ».

Prophète

De nombreux commandants de l'armée et de la marine honnissaient de Seversky et le traitaient de fou. Cependant, les premiers événements de la Seconde Guerre mondiale ont prouvé que bon nombre de ses idées étaient justes. Les batailles de Norvège (1940), de Dunkerque (1940), d’Angleterre (1940) et de Crète (1941) ont montré que l'aviation militaire jouait désormais un rôle crucial dans les conflits modernes.

Le 7 décembre 1941, la société américaine est sous le choc lorsque l’aviation japonaise coule six cuirassés et deux destroyers, et endommage gravement neuf autres navires de guerre, dont trois croiseurs et trois cuirassés, lors de l’attaque de la base navale américaine de Pearl Harbor. Cela démontrait clairement la vulnérabilité des navires de guerre face à une attaque aérienne coordonnée.

Lire aussi : Pourquoi le Japon n’a-t-il pas attaqué l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale? 

Les articles suivants de Seversky ont attiré l'attention du public. Ses analyses de la guerre aérienne, ainsi que ses prévisions sur les développements tactiques, stratégiques et techniques, lui ont permis de s’imposer comme un visionnaire.

Son article Victoire dans les airs, publié en avril 1942, a été particulièrement populaire. Peu après, Alexander a reçu l’appel inattendu d'une personne qui pousserait le monde entier à écouter l'ancien pilote russe…

Walt Disney en 1941

Coopération avec Disney

Walt Disney a appelé de Seversky pour dire qu'il était « submergé par la logique du livre ». « Il avait lu mon livre et, comme il traitait de l’avenir, il souhaitait mettre à l’écran les événements futurs qui mèneraient à la victoire (dans la guerre) », a rappelé Alexander.

Un contrat a été signé et les travaux sur une version en dessin animé de Victoire dans les airs ont commencé. Un dessin animé racontant l'histoire de l'aviation et démontrant la nécessité de la développer davantage alternait avec des scènes de combat filmées. De Seversky en personne y soulignait l’importance pour les États-Unis de contrôler le ciel, d’exercer une puissance aérienne offensive et de former un commandement unique des forces aériennes.

« Nous travaillions, se souvient Alexander, dans son studio de Burbank, dans mon bungalow d’un hôtel Beverly Hills, parfois dans des restaurants, parfois sur la route en allant ou en revenant du studio ». Disney a même engagé un spécialiste de l’élocution pour redresser la prononciation de Seversky et effacer son fort accent russe.

Vu par des millions de personnes, le film est devenu viral. Churchill et Roosevelt l’ont visionné à deux reprises, puis l'ont montré aux chefs d'état-major. Roosevelt a été impressionné par les commentaires de Seversky et enthousiasmé par les animations de Disney, qui montraient des navires détruits par les avions.

Comme le biographe du pilote russe James K. Libbey l’a écrit dans son livre Alexander P. de Seversky et la quête de la puissance aérienne, c’est ce film qui a convaincu les dirigeants alliés que la fin de l’opération Overlord serait déterminée par la disponibilité d'une puissance aérienne suffisante pour protéger les navires, ainsi que les soldats et le matériel qu’ils transportaient alors à travers la Manche.

En conséquence, 8 000 aéronefs se sont transformés en un bouclier pratiquement impénétrable lors du débarquement de Normandie. Plus de 5 000 avions supplémentaires étaient prêts à être utilisés à tout moment. Les forces de la Luftwaffe ont été complètement anéanties.

Lire aussi : Le Normandie, les racines russes d’un paquebot français de légende 

Supériorité aérienne américaine

Alexander de Seversky n’est pas l’inventeur des idées sur la puissance aérienne mondiale, de domination de l’aviation sur les forces terrestres ou navales, ou encore de représailles massives, mais, dans une très grande mesure, il les  expliquées et les a « vendues » au public.

Col Phillip S. Meilinger, dans Les Chemins du ciel. Evolution de la théorie de la puissance aérienne, affirmait que Alexander de Seversky était l’une des personnalités de l’aviation les plus connues et les plus populaires aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Passionné par la puissance aérienne, il s’était fixé comme mission de convaincre le peuple américain que celle-ci avait révolutionné la guerre, devenant un facteur primordial et décisif en vue de la victoire.

Et il ne s'est pas limité à l’Amérique. Après la guerre, Alexander de Seversky, consultant spécial auprès du Département de la guerre, s’est rendu au Japon et y a rencontré l'empereur Hirohito. Ce dernier lui a confié avoir visionné le film et avoir été profondément troublé par ses prédictions concernant le sort de son pays face à la puissance aérienne américaine.

Alexander de Seversky au club des explorateurs de Waldorf-Astoria, 1968

Comme de Seversky en avait rêvé, l'aviation militaire américaine est devenue une force redoutable pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1947, l’US Air Force a finalement été créée en tant que branche indépendante des forces armées américaines. Peu de temps après, elle est devenue la plus grande et la plus puissante force aérienne du monde.

Dans cet autre article, nous racontons comment Charlie Chaplin a inspiré Sergueï Eisenstein pour son célèbre film Volga Volga 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies