Dix faits méconnus concernant l'Armée rouge

 Grande Guerre patriotique, 1942

Grande Guerre patriotique, 1942

Mark Markov-Greenberg/TASS
Le saviez-vous? Dans l'Armée rouge, des croix gammées étaient portées, on offrait des pantalons aux soldats les plus valeureux, et des chameaux étaient utilisés lors des batailles.

Un détachement des gardes rouges de Pskov rejoint ses positions en février 1918

1. L'anniversaire de l'Armée rouge à l'époque soviétique était célébré le 23 février. C'est ce jour-là que l'Armée rouge a vaincu en 1918 les troupes allemandes près de Narva et Pskov.

En réalité, le décret de création de l'Armée rouge ouvrière et paysanne a été adopté le 28 janvier 1918, date qui aurait dû être célébrée en tant qu’anniversaire. Cependant, l'année suivante, en raison de retards bureaucratiques, les autorités n’ont pas réussi à célébrer le premier anniversaire, et il a été décidé de reporter la célébration jusqu'en février.

Des cavaliers de l’Armée rouge

2. Le casque en toile connu sous le nom de « Boudionovka » (en l'honneur du commandant Semion Boudionny) est devenu l'un des principaux symboles de l'Armée rouge. Selon une des versions, sa conception a eu lieu en 1918 et l'année suivante, les casques sont entrés dans l'armée.

Selon une autre version, les Boudionovkas ont été créés en 1915 pendant la Première Guerre mondiale. C’est avec eux que les soldats russes victorieux devaient marcher dans les rues de Berlin et d'Istanbul conquises. Cependant, le cours de la guerre s’est déroulé différemment de ce qu'espérait l'empereur Nicolas II. Les casques de toile prenaient la poussière dans des entrepôts jusqu'à ce qu'ils soient découverts par l'Armée rouge.

Les Boudionovkas ont été remplacés par des chapkas en 1940 après la guerre soviéto-finlandaise, car ils ne pouvaient pas résister à de fortes gelées.

>>> Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

3. Cela semble difficile à croire, mais l'Armée rouge a utilisé une croix gammée. L'ancien symbole aryen était un insigne distinctif placé sur les manches des formations nationales kalmoukes (bouddhistes de religion) qui combattaient sur le front sud-est contre les troupes « blanches » d'Anton Denikine. À ce titre, la croix gammée a perduré dans les troupes jusqu'en 1920.

Les commandants rouges du régiment des paysans pauvres

4. Au début de la guerre civile, l'Armée rouge a connu une grave pénurie d'armes et d'uniformes. La situation n'était pas meilleure concernant les récompenses. Avant que les médailles et les ordres ne se généralisent, les combattants distingués recevaient des montres, des bottes, des selles et des chemises. Un combattant a même reçu une tabatière en or ayant appartenu à l'impératrice Catherine II. Dans la première armée de cavalerie, il était considéré comme très honorable de recevoir des pantalons bouffants révolutionnaires rouges en récompense.

Les commandants de l'Armée rouge Avgoust Kork, Ian Gamarnik, Kliment Vorochilov, Semion Boudenny au mausolée de Lénine

5. Il n'y avait aucun officier dans l'Armée rouge jusqu'en 1943. Ce mot était inextricablement associé au mouvement blanc, contre lequel les bolcheviks combattirent avec acharnement pendant la guerre civile. Au lieu d'officiers de l'Armée rouge, il y avait des « commandants », portant à la place des pattes d’épaules (également interdites) des pattes sur le col et des chevrons aux manches.

Les grades des officiers ainsi que les épaulettes ont été réutilisés après la victoire historique de Stalingrad. On pense que Staline voulait ainsi relier l'Armée rouge à l'histoire héroïque de l'armée prérévolutionnaire russe.

 « En campagne militaire »

6. À une certaine époque, des chameaux ont « combattu » dans l'Armée rouge. Ils sont apparus dans la 28e armée de réserve près d'Astrakhan à l'été 1942, au début de la bataille de Stalingrad.

Plus de trois cents « navires du désert » ont servi au transport de marchandises et d'artillerie et ont parcouru un long chemin des rives de la Volga jusqu’à Berlin. Selon la légende, un chameau nommé Kouznetchik (Sauterelle) a été conduit au Reichstag, sur lequel il a craché.

7. Le nombre de soldats le plus important de toute son histoire a été atteint par l'Armée rouge début 1945 - 11 365 000 personnes. Un tel nombre de soldats était insupportable pour l'économie soviétique affaiblie et tout simplement inutile pour les temps de paix qui arrivaient.

Au cours des trois années qui ont suivi la victoire, il y a eu une démobilisation massive et, en 1948, le nombre de forces armées a été réduit à 2 874 000 personnes. Au cours de ces mêmes années, l'armée n'a pas réalisé d’appels et les jeunes ont été utilisés pour restaurer une économie en ruines.

>>> Quatre ruses de guerre des soldats russes

Défilé militaire sur la place Rouge consacré au 20e anniversaire de la Victoire sur l'Allemagne fasciste lors de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945

8. En 1946, l'Armée rouge a changé son nom officiel en « Armée soviétique ». Selon Staline, le mot « soviétique » était censé consolider la voie du socialisme choisie par le peuple.

Guerre d'Afghanistan (1979-1989)

9. Le siège le plus long de l'histoire de l'armée soviétique a eu lieu pendant la guerre d’Afghanistan. Pendant trois ans et dix mois, le 682e régiment d’infanterie motorisé a été stationné sur un petit plateau près du village abandonné de Ruha dans les gorges du Panjshir.

Entourés de montagnes sur trois côtés, les soldats étaient jour et nuit sous le feu des fusils et des mortiers des unités d'Ahmad Shah-Massoud, qui comptaient 13 000 militants.

Pendant toute la durée du siège, le régiment, retiré des gorges de Panjshir en mai 1988, a perdu 386 hommes.

Exercices opérationnels et stratégiques de l'armée et de la marine de l'URSS et des pays du Pacte de Varsovie. Des chars en marche lors d'une inspection des troupes sur le terrain.

10. Les exercices les plus ambitieux et les plus impressionnants de l'histoire étaient baptisés Zapad-81 (Ouest-81). Ils ont rassemblé jusqu'à 100 000 soldats, dont les forces terrestres, aériennes, aéroportées et navales. Par leur ampleur, ils ne sont comparables qu'aux grandes opérations de la Seconde Guerre mondiale.

Zapad-81 visait à démontrer aux pays de l'OTAN que même sans l'utilisation d'armes nucléaires, l'armée soviétique était capable de vaincre les principales forces ennemies en quelques jours.

Dans cet autre article, nous vous expliquons qui a réellement déclenché la guerre civile russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies