Opinion: Pourquoi ne devriez-vous pas prendre la saison 6 de «Vikings» trop au sérieux? (spoilers)

History Channel, 2019
«Vikings» a totalement dérapé avec sa représentation «historique» de la Rus' de Kiev, mais il semble que les producteurs de la série l’ont fait exprès.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nous attendions le retour de cette série depuis un an, et enfin, nous avons obtenu ce que nous voulions : le 4 décembre, la chaîne History a sorti les deux premiers épisodes de la sixième saison de Vikings.

Après les avoir regardés, de nombreux fans à travers le monde ont eu des opinions contradictoires. D'une part, les épisodes ont été parfaitement produits, comme les saisons précédentes, combinant les personnages déjà appréciés et de nouveaux individus particulièrement intéressants, des intrigues intenses et de bonnes séquences d'action. Cependant, une chose a suscité l’exaspération chez bon nombre de spectateurs : la représentation absolument absurde de la Rus’ de Kiev, État médiéval (IX-XIIIe siècles) à l’origine de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie.

Évidemment, il est difficile de s'attendre à une exactitude historique totale de la part d’une série télévisée mettant en scène des personnages semi-légendaires des mythiques sagas scandinaves. C'est pourquoi certaines erreurs ont été facilement pardonnées par les fans, au nom d’une bonne intrigue. Nous nous étions par exemple faits à l’idée que dans Vikings Rollo et Ragnar sont frères, que Sigurd a été tué par Ivar, et même que les soldats du Wessex portaient des casques bourguignon datant de la Renaissance, et venant donc du futur. Oups.

En réalité, il n'y a pas eu beaucoup d'erreurs critiques au cours des cinq premières saisons de la série. Cependant, avec la sixième, les incohérences sont devenues trop flagrantes pour être ignorées. Et toutes sont liées à l'État autrefois puissant de la Rus' de Kiev.

Lire aussi : Mercenaires d’antan: pourquoi les Russes ne redoutaient pas les terribles vikings

La Rus’ de Kiev de Vikings = Les terres du Nord de Game of Thrones

Comme nous l'avons appris lors de la finale de la saison 5, Ivar a perdu la bataille de Kattegat contre ses frères et s'est enfui. Il a voyagé le long de la Route de la Soie, a vu des endroits étonnants, des animaux exotiques et des gens inhabituels, avant que son errance ne l'amène finalement en Rus’ de Kiev. Et c'est là que le premier soupir d’exaspération se produit.

Kiev semble être dans une période d'hiver rude, couverte de neige imprenable, et souffrant de températures glaciales. Cela semble bien, jusqu'à ce que le récit nous emmène chez les frères d'Ivar, à Kattegat, en Scandinavie, où (quelle surprise !) parallèlement, il n'y a pas de neige du tout, mais un automne plutôt clément.

Ce serait formidable si les réalisateurs jetaient un coup d'œil à une carte pour voir qu'en fait, Kiev se trouve beaucoup plus au sud que la Scandinavie, et que ses hivers y sont généralement doux. Ce que nous voyons ici, c'est le cliché éternel selon lequel l'hiver et la neige règnent éternellement en Russie. Tout ce dont nous avons besoin pour une image stéréotypée complète, c’est d’ours... Espérons donc que l’on nous révèle ultérieurement que les événements à Kattegat et Kiev se déroulent à deux périodes différentes.

Lire aussi : L’histoire en dialogue: comment les Vikings ont-ils fondé l’État russe?

Des Mongols au lieu des Russes

Attention ! Quand vous verrez les guerriers de la Rus’ de Kiev pour la première fois dans Vikings, vous risquez d’être surpris. Vêtus de l’armure orientale des cavaliers nomades khazars, petchénègues ou mongols, ils exécutent des acrobaties de style cosaque sur leurs chevaux pendant l'attaque.

Si vous avez joué au jeu vidéo Assassin’s Creed, vous saurez à quoi ressemblait la garde personnelle du prince de Kiev dans Vikings. Des guerriers asiatiques vêtus de noir, avec seulement leurs yeux visibles. Le prince Oleg, portant quelque chose qui ressemble à un costume tatar orné, n'est lui non plus pas loin de cette représentation erronée.

Dans la réalité, il était à l'époque difficile de distinguer les guerriers en Scandinavie de ceux de la principauté de Kiev. Les guerriers de la Rus’ kiévienne étaient, en fait, des hommes du Nord. Les Varègues (équivalent des Vikings pour l’Europe de l’Est) ont attaqué les terres slaves, s'y sont installés, ont servi de mercenaires et ont ensuite été élus comme dirigeants. Tout comme Oleg le Prophète dans la Saison 6, incarné par l'acteur russe Danila Kozlovsky.

Les Russes ont inventé la montgolfière au Moyen Âge

Il est bien connu que la montgolfière a été inventée au début du XVIIIe siècle par les frères Montgolfier, des Français. Mais ce n'est pas le cas dans l'univers de Vikings.

Ici, nous observons un tel ballon flottant paisiblement au-dessus de Kiev, et Oleg et Ivar y font même un tour. Il ne serait pas même surprenant que ce ballon serve aussi de poste d'observation pour repérer les cibles de l'artillerie slave. Rien n'est impossible dans Vikings !

Lire aussi : Qui étaient dans la réalité les personnages de la série Tchernobyl?

Jouer avec les faits historiques

En tant qu'œuvre de fiction inspirée d'événements historiques, Vikings substituent souvent de façon flagrante certains faits. Sous le règne d'Oleg, à la fin du IXe siècle et au début du Xe siècle, la Rus' de Kiev était un pays païen. Le christianisme n'est apparu que 80 ans après sa mort. Je suis donc sûr qu'Oleg serait très surpris, sinon fâché, s'il savait qu'il avait été transformé en chrétien par les auteurs de la série télévisée !

L'autre inexactitude est son conflit avec les princes Askold et Dir, qui, selon Vikings, régnaient dans la ville de Novgorod, dans le Nord du pays. En fait, ces deux princes dirigeaient Kiev, et c'est Oleg qui régnait à Novgorod, puis s’est rendu à Kiev, massacrant les princes et capturant la ville.

Il est à mon sens important de mentionner un autre échec en ce qui concerne Novgorod. Cette puissante cité n'est ici montrée que comme un petit avant-poste caché au plus profond des forêts...

Conquérir la Scandinavie ? Pourquoi ?

Eh bien, c'est une chose de jouer avec les faits historiques pour obtenir une intrigue prenante, mais c'en est une autre d'agir contre la logique. Le prince Oleg a dit à Ivar qu'il avait mené des campagnes militaires contre Constantinople (ce qui est historiquement correct), mais après cela, il a dévoilé son nouveau et « brillant » plan consistant à déplacer ses intentions géopolitiques de l'Est (Byzance) vers l'Ouest (Scandinavie). Le souverain de Kiev a en effet expliqué qu'il voulait s'emparer de la terre de ses ancêtres.

Une seule question se pose : pourquoi ? Pourquoi, au lieu des riches terres chaudes du rivage de la mer Noire, irait-on dans les territoires froids, rocheux et stériles du Nord ? Il n'y avait rien à y gagner, seulement une famine de masse et le statut de proie pour les hommes du Nord déjà acclimatés. Dans la réalité, les Vikings ont même conquis l'île méditerranéenne de la Sicile pour ne pas avoir à retourner dans leur patrie gelée. Ils auraient éclaté de rire si on leur avait dit que quelqu'un voulait s'emparer de leurs terres.

Mais les auteurs de Vikings ont pensé le contraire. D'après la bande-annonce, il faut donc s'attendre à des débarquements dignes de celui en Normandie, avec des milliers de guerriers de la Rus’ de Kiev, sur les côtes de la Scandinavie !

Lire aussi : Les personnages de la série culte «Friends» étaient-ils des espions russes sous couverture?

Ayez encore pitié !

De telles erreurs flagrantes font mal aux yeux. Mais pourquoi ont-elles été faites ? Il est difficile de croire que les créateurs de la série n'ont tout simplement pas réussi à trouver des informations correctes. Ils auraient aisément pu embaucher des experts ou même demander l'avis de Danila Kozlovsky et de Katheryn Winnick (Lagertha), qui est d'origine ukrainienne.

Il semble qu'il y ait deux explications à cela. La première est politique. La Rus' (comprendre ici « Russie ») est spécifiquement montrée comme un pays hivernal cruel à l'est, complètement différent de la civilisation occidentale. Les Russes sont dépeints comme impitoyables par nature. Regardez le prince Oleg : il aime torturer les gens et les brise littéralement. Vous regardez les Russes dans Vikings, mais vous voyez plutôt des hordes mongoles, une véritable puissance redoutable dont on devrait avoir historiquement peur. Un bon exemple de la « guerre de propagande » hollywoodienne (et dans ce cas précis des cinéastes canadiens et irlandais), qui s’ancrera ainsi dans le subconscient du public.

La deuxième explication n'implique pas de sinistres complots occidentaux. L'image de la Rus’ de Kiev a probablement été modifiée pour rendre la saison finale plus intéressante. Pendant cinq saisons, nous avons vu comment les Vikings combattaient des ennemis assez semblables : les Saxons et les Francs (qui ressemblent à des jumeaux) et d'autres hommes du Nord rivaux. Par conséquent, faire passer leurs nouveaux adversaires – la Rus' – pour des Vikings (ce qu’ils étaient en réalité) n'apporterait rien de « nouveau » à la série, mais la rendrait ennuyeuse et répétitive. Au lieu de cela, nous avons une fascinante et mystérieuse (bien qu’absurde) principauté orientale de, comme les a surnommés un utilisateur de YouTube, « Chinois-Mongols-Géorgiens » aimant voler en montgolfières du XVIIIe siècle.

Ainsi, d'une série télévisée (plus ou moins) historique, Vikings s’est littéralement transformée en une sorte de conte de fées fantastique. Mais, laissez-les faire ! Oubliez toutes ces inexactitudes stupides et profitez du spectacle !

Dans cet autre article, nous vous révélions toutes les erreurs historiques, bien plus nombreuses, dans la récente série Netflix « Les derniers tsars ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies