Comment des pirates russes pillaient les capitales de la Suède et de la Finlande

Tatiana Manaeva
Pensiez-vous qu'il n'y avait pas de flotte en Russie avant Pierre le Grand? Détrompez-vous! Les Ouchkouïniks, des pirates du Nord russe, pillèrent la Suède, la Finlande, la Norvège et même la capitale de la Horde d’or, Saraï Batou.

La cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod, construite au XIIe siècle, possède une porte ancienne magnifiquement conçue. En 1187, elle fut apportée ici comme butin de la ville de Sigtuna, dans le comté de Stockholm, en Suède - un centre royal et commercial de la Suède à cette époque.

Mais au XIIe siècle, les terres russes n'étaient pas assez fortes pour vaincre les Suédois. La ville fut donc conquise et pillée par un groupe de maraudeurs de Novgorod qui remontèrent en bateau la rivière Vuoksi, traversant la partie la plus septentrionale de l’isthme carélien, du lac Saimaa (Finlande) au lac Ladoga (Russie, région de Novgorod). Ils franchirent la mer et arrivèrent à Sigtuna sans se faire remarquer grâce à la rapidité et à la légèreté de leurs bateaux. C'étaient les Ouchkouïniks, des pirates fluviaux légendaires du nord de la Russie.

Ancêtres des pirates

Ouchckouï - c’est ainsi que les habitants du Nord russes appelaient les ours polaires Les têtes de ces ours étaient généralement empalées sur la proue de leurs bateaux, de sorte qu’ils s'appelaient également Ouchckouïs.

Il s'agissait de bateaux à voile et rames, équipés de six paires de montures pour une douzaine de rameurs et d'un mât pour une seule voile. De trois mètres de large et environ 12 mètres de long, ces navires étaient très maniables et pouvaient transporter jusqu'à 40 hommes. Ces navires aidèrent les Ouchkouïniks à devenir les pirates les plus menaçants du début de l'histoire russe.

>>> L’histoire en dialogue: comment les Vikings ont-ils fondé l’État russe?

Ils émergèrent à Novgorod, plus puissante cité-État de l'ancienne Russie. Novgorod était gouvernée comme une république et comptait beaucoup de gens libres qui ne voulaient pas travailler, commercer ou devenir ouvriers agricoles, préférant servir leur terre natale avec le glaive. L'administration de Novgorod utilisait ces personnes pour explorer et protéger les faubourgs de Novgorod. Et les autorités de Novgorod ne protestaient pas si, au cours de ces « explorations », leurs propres pirates pillaient une ville ou deux...

Les Ouchkouïniks étaient vraiment spéciaux. Nés dans la région de Novgorod, ils étaient aussi efficaces que les Vikings et beaucoup plus expérimentés et équipés que le militaire russe moyen des XII-XVIe siècles. Combattants professionnels, ils venaient souvent de familles aisées et pouvaient donc se payer une armure de métal et des armes comme des piques, des épées et des sabres (ces derniers étant leur arme de prédilection, car utiles en combat rapproché et lors des abordages navals). Ils utilisaient aussi souvent des arcs, y compris des arbalètes lourdes, qui étaient montées sur leurs navires.

Auréolés de gloire

Les Ouchkouïniks connurent leur apogée quand les terres russes n'étaient pas encore unies, et ils menaient donc leur propre politique, pour ainsi dire. Leur premier exploit fut la campagne contre les terres de Iougra (région de l'Oural) aux alentours de 1032. Bientôt, de nombreuses autres campagnes suivirent. Voici les plus célèbres d'entre elles :
En 1187, les Ouchkouïniks prirent Sigtuna. En 1318, ils vont jusqu'à Abo (aujourd'hui Turku), alors capitale de la Finlande, et prennent ses trésors comme butin. En 1320 et 1323, ils attaquent si violemment la Norvège que celle-ci écrivit au pape pour demander de l'aide.

La même année, en 1323, les Ouchkouïniks aidèrent Novgorod à conclure le premier traité de paix avec la Suède, le traité de Nöteborg, qui mettait fin à 30 ans de guerre et définissait la frontière entre Novgorod et les terres suédoises.

Même après que la Horde d'Or eut attaqué les terres russes et les ait forcées à verser un tribut, les Ouchkouïniks ne semblaient pas intimidés, pillant sans peur les villes de la Horde. En 1374, les Ouchkouïniks menèrent leur plus grande campagne - 90 navires ont été impliqués. Ils prirent Saraï, capitale et ville la plus riche de la Horde d’Or. Peu de temps après, Dmitri Donskoï comprit que la Horde n'était pas invincible et en 1380, il vainquit la Horde lors de la bataille de Koulikovo.

>>> Riourikides: cette dynastie qui gouvernait la Russie avant les Romanov

Mais ils ravageaient et pillaient aussi les villes russes si les princes qui les gouvernaient n’étaient pas assez coopératifs : ils prirent Iaroslavl en 1369-1370, et pillèrent Kostroma en 1375. En 1374, les Ouchkouïniks établissent leur fief à Khlynov (alors Viatka, aujourd'hui Kirov), ville située au nord de Kazan et donnant accès à de multiples rivières. Viatka (Khlynov) devinrent la « capitale des Ouchkouïniks ». Pendant ce temps, les Ouchkouïniks menaient des raids éreintants le long des rivières Kama, Oka et Volga dans le centre de la Russie. De ce fait, ils ont été surnommés les « voleurs de Khlynov ».

La fin d’une époque

Au XVe siècle, les Ouchkouïniks n'étaient plus seulement des alliés, mais une énorme menace intérieure pour Moscou. Coincé entre Moscou et le khanat de Kazan, le peuple de Viatka concluait des traités de paix avec l'un ou l'autre. Et les Ouchkouïniks devinrent une force militaire massive protégeant Viatka. En 1458, Vassili II de Moscou soumit Viatka, mais en 1466, les Ouchkouïniks pillèrent à nouveau les terres de Moscou et, en 1468, conclurent un traité avec Kazan.

En 1471, les Ouchkouïniks reprirent Saraï - mais pour la dernière fois. Il semble que le nouveau Grand prince de Moscou Ivan III le Grand leur ait demandé de le faire, faisant ainsi trembler les faibles défenses de la Horde.

« En passant par la rivière Kama puis par le fleuve Volga dans leurs bateaux, les hommes de Viatka ont pris la ville de Saraï, ville du tsar tatar, sur la Volga, et ont massacré une multitude de Tatars, prenant leurs femmes et enfants comme captifs et accumulant un immense de butin avant de revenir », affirme une chronique, une autre ajoutant que les Ouchkouïniks ont même pris « une quantité innombrable de princesses de Saraï ».

Comme ils l’avaient fait un siècle auparavant, les Ouchkouïniks prouvèrent une fois de plus la faiblesse de la Horde. En 1480, Ivan III fit battre en retraite les Mongols tatars lors de la bataille d'Ougra.

>>> Légendes et mythes sur Anne de Kiev

Mais en 1489, Ivan envoie une armée de 64 000 hommes à Viatka. Il avait besoin de la loyauté de la ville, en tant que base arrière dans la guerre contre le khanat de Kazan. Après avoir assiégé la forteresse de Khlynov, l’armée de Moscou se prépara à la brûler - des barrières colossales en terre recouvertes de goudron ont été placées contre les murs de la ville. Intimidés par ces préparatifs, le peuple de Viatka se rendit.

La plupart des nobles de la ville ont été transportés avec leurs familles dans différentes villes proches de Moscou. Après cela, il n’y a plus aucune trace des Ouchkouïniks ou de leur célèbre flotte.

Au cours de sa longue histoire, la Russie a mené d'innombrables guerres et conflits, assez souvent victorieusement. Pour en savoir plus, suivez le lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies