Mercenaires d’antan: pourquoi les Russes ne redoutaient pas les terribles vikings

 La mer des Varègues par Nikolaï Roerich.

La mer des Varègues par Nikolaï Roerich.

Centre international des Roerich
Dans la Russie ancienne et médiévale, les dirigeants ont activement eu recours à l'aide de mercenaires, qu'il s'agisse de combattants scandinaves ou de guerriers des tribus nomades de la steppe. Les guerriers de l’époque n'étaient pas prêts à accepter une position subordonnée, mais le dénouement était toujours le même: ils se sont incorporés dans le tissu social en constante évolution de l'État russe.

« De la fureur des hommes du Nord délivre-nous, Seigneur » : cette prière probablement apocryphe représente bien les sentiments de beaucoup d'Européens terrifiés par les raids barbares des Vikings au début du Moyen Âge (à la fin du Ier millénaire après J.-C.). Pendant plusieurs siècles, ils ont terrorisé l'Angleterre, l'Écosse, l'Irlande et d'autres pays.

Cependant, dans l'est de l'Europe, la situation était cardinalement différente. Les tribus slaves orientales n'avaient non seulement pas peur d’eux, mais elles ont invité les Vikings ou Varègues, comme on les appelait. Les Scandinaves étaient recrutés comme mercenaires et les princes slaves constituaient leurs suites de Varègues.

Comment les Varègues se sont mélangés aux Slaves

Les dirigeants des différentes principautés qui constituaient l'ancien État de la Russie kiévienne (Rus’ de Kiev) utilisaient des régiments de Varègues comme outil dans leur lutte intestine sans fin pour le contrôle de la capitale, Kiev. Le prince Vladimir, celui qui a converti au christianisme la Russie kiévienne, s’est appuyé sur le Varègues pour prendre Kiev en 979. Selon les chroniques anciennes, quand ils se sont révélés être un fardeau (ils demandaient beaucoup pour leurs services - une contribution de chaque habitant de Kiev), il a décidé de les envoyer dans l'Empire byzantin.

Les Slaves du nord, dans la ville de Novgorod, ont invité le prince varègue Riourik avec son cortège. Comme l’affirment certains historiens russes, Riourik a été appelé comme mercenaire et chef militaire, mais il a organisé un coup d'État, renversant les chefs locaux et devenant le dirigeant des territoires slaves nordiques. Plus tard, la dynastie qu'il a établie a pris le contrôle de toutes les anciennes terres russes. En expliquant comment ceci est devenu possible, l'historien russe Vassili Kliotchevski a mentionné les notes d'un voyageur juif du Xe siècle, qui a souligné que certaines tribus du Nord qui ont « pris le contrôle des Slaves et vivent toujours parmi eux ont adopté leur langue et se sont mélangés à eux ».

Lire aussi : Mythes de l’histoire russe: le mot «Slaves» vient-il d’«esclaves»?

Peuples de la steppe

Dans l’ancienne Russie, il existait à peu près à la même époque une autre source presque illimitée de mercenaires - les steppes du sud-est. Ses membres sont apparus aux frontières comme des envahisseurs mais, après un certain temps de cohabitation avec les habitants de la Rus’, leurs attitudes devinrent plus amicales et ils commencèrent à servir d'alliés. En outre, ils étaient souvent utilisés comme mercenaires.

La première période de l'existence de Russie kiévienne était le théâtre de raids dévastateurs des Petchenègues, un peuple turc nomade. « Leur avancée est comme la foudre qui frappe, la retraite est à la fois difficile et légère: elle est difficile à cause des trophées de guerre qu’ils portent et légère puisqu'elle est très rapide. [...] Ils volent d'autres pays car ils n'ont pas le leur propre », a déclaré l'archevêque Théophylacte de Bulgarie au XIe siècle. Cependant, dès le siècle suivant, les Petchenègues, comme l'ont souligné les chroniques, ont été embauchés par les princes de la Rus’ et ont même été chargés de protéger les frontières de la Russie kiévienne. Une histoire similaire a eu lieu lors de la vague suivante de nomades - les Kiptchaks qui ont remplacé les Petchenègues.

Lire aussi : À qui les anciens Slaves vouaient-ils un culte avant l’arrivée du christianisme?

Cruels Tatars

Le modèle utilisé avec les mercenaires nomades s’est répété une fois de plus au XIIIe siècle, quoiqu’un peu différemment. Cette fois avec les Tatars. Ils sont arrivés comme les envahisseurs les plus cruels de l'histoire de la Russie, mais très rapidement, comme cela avait été le cas avec leurs prédécesseurs, ils sont devenus un outil de la lutte politique interne de la Rus’. Par exemple, lorsqu’en 1293, le prince Andreï de Gorodets a décidé de contester l'autorité de son frère, le grand-duc de Vladimir, il a fait venir une énorme armée de Tatars qui a dévasté 14 villes russes anciennes.

Dans la culture contemporaine populaire, l'une des images les plus puissantes des troupes tatares utilisées comme mercenaires dans la Russie médiévale a été fournie par le film de Tarkovski Andreï Roublev. Le film contient notamment un épisode où les Tatars invités par un prince russe attaquent l'église et la pillent impitoyablement.

Lire aussi : Légendes et mythes sur Anne de Kiev

Plus tard, cependant, main dans la main avec la force croissante du tsar de Moscou, certains territoires tenus par les Tatars ont été incorporés à l'État russe, et les Tatars sont entrés dans les annales comme des serviteurs obéissants du tsar, avec un statut spécial assez similaire à celui des Cosaques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer