De «Lénine» à «Brejnev»: les gigantesques brise-glaces soviétiques à propulsion nucléaire

L’URSS fut en son temps le seul pays à construire des brise-glaces à propulsion nucléaire pour se rendre dans les territoires situés le long de la route maritime du Nord. Ils se sont révélés puissants et utiles.

Lénine

Ce brise-glace était le premier navire à propulsion nucléaire de la planète. Il a été construit en 1957 et est entré en service deux ans plus tard. Ce fut aussi le premier navire de surface à naviguer au nord de Severnaïa Zemlia (en 1971). L'URSS était très fière du navire. Lors de sa construction et de ses essais, le Lénine a reçu la visite de personnalités étrangères de premier plan telles que le premier ministre britannique Harold Macmillan et le vice-président américain Richard Nixon. Le brise-glace a été en service pendant 30 ans et a déblayé les environs de la côte nord de la Russie pour des milliers de navires, son moteur à propulsion nucléaire s'avérant très efficace. Après avoir pris sa « retraite », le Lénine a été transformé en musée.

Arktika (Arctique)

Le successeur de Lénine, l’Arktika, est devenu le premier navire de surface à atteindre le pôle Nord (1977). C'était aussi le premier navire qui a passé plus d'un an en mer sans entrer dans aucun port (2000). Au cours de ses années de service (1975-2008), l'Arktika a parcouru plus d’un million de kilomètres, soit cinq fois la distance entre la Terre et la Lune. Il était capable de briser des blocs de glace de cinq mètres d'épaisseur. Il a au cours de son histoire porté des noms différents. En 1982, après la mort du chef de l'URSS Leonid Brejnev, le navire a porté son nom, mais en 1986, il est redevenu Arktika.

Sibir (Sibérie)

L’Arktika s'est avéré être un tel succès que toute une classe de ces navires a été construite. Le premier de la série était le Sibir. Il est entré en service en 1977 et est devenu en dix ans le deuxième navire de surface à atteindre le pôle Nord. Le Sibir a été retiré du service en 1993.

Rossia (Russie)

Le navire était équipé d'un moteur extrêmement puissant de 75 000 chevaux. Étant également un brise-glace de type Arktika, il fut le premier navire à faire une croisière vers le pôle Nord (1990) organisée pour les touristes étrangers. Depuis lors, quatre à cinq voyages au pôle Nord sont organisés chaque année. Le voyage dure une quinzaine de jours et coûte environ 25 000 dollars.

Sovetski Soyouz (Union soviétique)

Ce navire atomique a été mis en service en 1990 et seulement en un an après, l’entité en l’honneur de laquelle il avait été nommé a disparu de la carte. Il est alors entré en service dans la nouvelle Russie. Le brise-glace a été conçu de façon à ce qu’il puisse être facilement modifié en vaisseau militaire, mais cela n’a jamais été nécessaire. Des rumeurs récentes indiquaient qu’il aurait pu être transformé en navire de commandement pour les unités russes de l’Arctique, ce qui ne s’est pas produit. Dans les années 1990, le brise-glace a principalement acheminé des touristes vers le pôle Nord. Il a plus tard pris part à une expédition qui étudiait l'effet du réchauffement climatique dans l'Arctique.

Yamal

Le Yamal a été achevé en 1986, mais il n’a été mis en service qu’en 1993. Son nom d'origine était Révolution d'octobre mais, après la dissolution de l'URSS, il a été changé en faveur de cette péninsule du Grand Nord russe. Yamal a été conçu pour briser une couche de glace de 2,5 à 2,9 mètres d’épaisseur. Le navire peut aller vers l'avant et vers l'arrière. Son déplacement est plus de 23.000 tonnes, mais il peut atteindre une vitesse d’environ 40 kilomètres par heure. En 2009, le bateau a pris part à une mission de sauvetage et a évacué un groupe d'archéologues de Severnaïa Zemlia. Le navire a des dents de requin peintes sur la proue.

50 ans de la Victoire

Jusqu'à une date récente, le 50 ans de la Victoire (sur l'Allemagne nazie dans la Grande Guerre patriotique, ndlr) était le plus grand brise-glace à propulsion nucléaire sur la planète. Après que la Russie a lancé deux nouveaux mastodontes dans l'Arctique, le 50 ans de la Victoire est devenu un brise-glace à propulsion nucléaire énorme, mais ordinaire. Il a commencé à être construit en 1989, mais a été mis en service uniquement en 2007 en raison d’un manque de financement. Pour la première fois, il a été doté d’une forme peu commune pour les navires russes - un arc rappelant une cuillère. En vue des Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, le navire a transporté la flamme olympique au pôle Nord en octobre 2013.

Dans cet autre article, il vous est possible de découvrir les dix navires les plus légendaires de la Marine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies