Les aurores boréales russes, Graal des touristes chinois

Sergueï Stroitelev
Moscou et Saint-Pétersbourg sont submergées par les touristes chinois qui sont toujours plus nombreux à visiter la Russie. Mais certains d’entre eux ont un but bien particulier : chasser les aurores boréales dans la région de Mourmansk.

Le film du russe Andreï Zviaguintsev Léviathan oscarisé en 2014, le village reculé de Teriberka, dans la région russe de Mourmansk, est devenu une destination très prisée non seulement des touristes russes, mais aussi des Chinois.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Situé à 120 km de Mourmansk, Teriberka est le plus souvent visité l’hiver, période durant laquelle les aurores boréales sont plus fréquentes. C’est la raison pour laquelle les Chinois sont de plus en plus nombreux à s’y rendre, attirés par ce phénomène naturel unique.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Teriberka est devenu un véritable lieu de pèlerinage et beaucoup d’habitants locaux ont transformé leurs maisons en hôtels pour répondre à cette demande. Le transport des touristes s’est également grandement développé.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Aujourd’hui, le petit village côtier se classe parmi les meilleures destinations dans les guides touristiques chinois sur la Russie pour les personnes qui chassent les aurores boréales. Les touristes passent la plupart de leur temps à l’hôtel et ne sortent qu’au crépuscule pour lancer leur expédition.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Les chercheurs d’aurore se nourrissent principalement de pelmenis et de pâtes ou cuisinent parfois des plats chinois avec des produits russes.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

L’âpreté du climat et les vents violents ne les dérangent pas plus que cela : ils utilisent des applications mobiles spécialisées et étudient minutieusement les prévisions météorologiques. S’il fait froid et que le ciel est dégagé, ils auront plus de chance de voir une aurore boréale.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Mais le temps est souvent imprévisible, et certaines personnes sont obligées de patienter des jours, parfois des semaines, avant de pouvoir apercevoir, si la chance leur sourit, une aurore boréale. Il y a d’ailleurs des touristes qui sont rentrés bredouille. Janvier et février sont les meilleurs mois pour observer des aurores boréales.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Le coût d’une telle chasse n’est pas donné : un billet d’avion pour Mourmansk depuis la Chine coûte en général entre 30 000 et 50 000 roubles (entre 432 et 720 euros) et le voyage aller-retour de Mourmansk à Teriberka près de 10 000 roubles (144 euros).

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Il peut également y avoir des coûts supplémentaires en raison de mauvaises conditions météorologiques : les routes peuvent être impraticables, les avions peuvent avoir du retard ou être annulés, etc. Les dépenses en logement sont ainsi susceptibles d’atteindre des sommets.

Crédit : Sergueï StroitelevCrédit : Sergueï Stroitelev

Mais le jeu en vaut toujours la chandelle. Un voyage exotique dans le nord de la Russie est une véritable aventure, et la récompense peut être exceptionnelle : voir de ses propres yeux une aurore boréale.

Lire aussi : 

Arctique: à la recherche les fantômes du passé soviétique

Un cimetière de bateaux au-delà du Cercle polaire

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer