Trésors du métro de Saint-Pétersbourg: cinq stations de la ligne rouge à ne surtout pas manquer

Legion Media
Marre des demeures impériales et du mauvais temps? Descendez donc dans le métro de la capitale dite du Nord pour explorer des palais souterrains construits par des ouvriers soviétiques.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La capitale culturelle de Russie ne s’est dotée d’un réseau de transports souterrain qu’en 1955, soit 20 ans après Moscou. Si moins d’argent a été débloqué aussi bien pour sa construction que pour son décor, le métro de la ville qui portait alors le nom de Leningrad a été très particulier dès le début. Ainsi, il compte parmi les plus profonds au monde, la plupart des stations étant situées par plus de 50 mètres sous la surface. Pour les creuser, les ouvriers ont dû faire face aux difficultés liées aux particularités géologiques des lieux ainsi qu’aux rivières souterraines.

Sa toute première ligne a reçu le nom de Kirovsko-Vyborgskaïa, mais elle aussi appelée « ligne rouge » ou tout simplement « ligne 1 ». Dans le présent article nous vous présenterons donc 5 de ses stations les plus impressionnantes.

Avtovo

Classée sur le liste des 12 stations de métro les plus belles au monde selon la version de The Guardian, elle peut faire concurrence aux salles de bal du Palais d’hiver.

« Éclairé par des lustres en bronze et de belles colonnes de cristal, le palais souterrain est absolument magnifique, a dit à son propos Jina Park, animatrice de visites de l'International Women’s Club de Saint-Pétersbourg. La Victoire au bout de la plate-forme – ce symbole de paix et d'espoir – est à ne pas manquer », ajoute-t-elle.

>>> Quinze raisons de ne jamais aller à Saint-Pétersbourg

Il s’agit par ailleurs de la station la plus proche de Peterhof, cette résidence impériale située en dehors de la ville. Si la visite de ce joyau souvent désigné comme le « Versailles russe » n’est pas au programme, montez tout de même à la surface pour découvrir l’impressionnante entrée de la station et son escalier. Il vous faudra un nouveau ticket pour redescendre dans le métro, mais ça vaut vraiment la peine. Le meilleur moment pour la visite est de 12h à 14h en semaine, la station ne sera pas encombrée, ce qui vous permettra de prendre de belles photos.

Narvskaïa

Cette station est un bel exemple de l’architecture et du style dictés par la propagande étatique. Elle est ornée de sculptures de travailleurs soviétiques : agriculteurs, constructeurs navals, sélectionneurs de plantes, médecins, soldats... Si à première vue, vous pouvez croire voir 48 bas-reliefs différents, il ne s’agit en réalité que de sculptures de représentants de 12 professions répétées le long de la plate-forme.

En outre, Narvskaïa illustre parfaitement le processus de déstalinisation survenue vers la fin de la construction de la ligne en question. « Au-dessus des escaliers mécaniques, il y a un énorme bas-relief montrant des travailleurs de Leningrad lors d'une manifestation communiste, explique Lothar Deeg, guide allemand et auteur de plusieurs œuvres sur Saint-Pétersbourg destinées aux touristes. Or, les visiteurs éprouvent souvent une curiosité à propos de la figure d'un inconnu debout avec une bannière. Le projet de cette œuvre montre à cet emplacement la figure de Staline. Mais le sculpteur a été alors contraint de le laisser de côté », révèle Deeg.

La station abritait en outre une autre image de Staline qui a été ensuite dissimulée en 1962 par un faux mur et on ignore jusqu’à maintenant si au bout de cette période la mosaïque en question est restée intacte.

>>> Quels secrets cache le métro de Saint-Pétersbourg?

Tekhnologuitcheski institout

C'est la seule station de Saint-Pétersbourg où il suffit de traverser la plateforme pour changer de ligne. Pour voir le dépôt d'origine, ouvert en 1955, vous devez prendre une rame de la ligne rouge partant en direction sud depuis le centre-ville.

La station a pour thème les accomplissements de la science russe et soviétique et il n’y a rien d’étonnant à cela : le vestibule est situé juste à côté de l'Institut d'État de technologie de Saint-Pétersbourg. Ses arches impressionnantes sont décorées de marbre de l'Oural et de 24 bas-reliefs avec des portraits de scientifiques bien connus. Les féministes seront tristes d'apprendre qu'il n'y a parmi eux qu’une seule représentante de la gent féminine – la mathématicienne du XIXe siècle Sofia Kovalevskaïa.

Si vous allez de la station Avtovo jusqu’à Plochtchad Vosstania, vous verrez un vestibule plus modeste. Construit durant les années 1960, il est comparé par certains sceptiques aux toilettes publiques soviétiques construites à partir des matériaux bon marché.

Pouchkinskaïa

Cette station a été la première à accueillir un monument souterrain et, sans surprise, il s’agit de celui d’Alexandre Pouchkine. C’est depuis la gare de Vitebsk, située à côté, que les touristes peuvent se rendre dans la ville homonyme. C’est là-bas que le jeune poète est allé au lycée qu’il a éternisé dans ses œuvres. Avec des murs en marbre blanc, des lampes néoclassiques et des motifs de sol antiques, le hall ressemble à un temple dédié à l’écrivain.

En parlant de cette station, l'étudiante Alicia Adriani s’étonne du fait que la statue de Pouchkine tient toujours un bouquet de fleurs fraiches. « Cela signifie qu'il y a des gens qui viennent ici tous les jours pour y mettre des fleurs, ce que vous ne pouvez pas voir tous les jours dans d'autres stations ».

>>> Survivre en hiver à Saint-Pétersbourg: les locaux livrent leurs conseils

Plochtchad Vosstania

Cette station, dont le nom se traduit comme « Place de l'Insurrection », est un must pour tous ceux qui s’intéressent à la Révolution russe. Elle a été appelée en l’honneur des événements qui se sont déroulés non loin de ces lieux. Avant la Révolution bolchévique, cet endroit était connu comme « Place Znamenskaïa » et abritait une église portant le même nom. Des manifestations de masse ont toutefois été organisées ici en 1917 et, une fois arrivés au pouvoir, Lénine et les bolcheviks ont rebaptisé l’endroit à la mémoire de leur soulèvement et démoli l’église.

Étoiles, marteaux et faucilles – vous y trouverez beaucoup de symboles soviétiques ainsi que quatre bas-reliefs représentant Lénine. L’un d’entre eux immortalise la scène de l’intervention du leader du prolétariat mondial au Palais de Tauride. Juste derrière lui, on peut voir la figure du père des peuples qui survécu à la déstalinisation. 

Dans cet autre article, nous nous penchons sur les différences entre les métros de Saint-Pétersbourg et de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies