Cinq différences entre le métro de Moscou et de Saint-Pétersbourg

TASS / Nikolaï Galkine
Le métro de Saint-Pétersbourg est plus récent et plus petit, tandis quecelui de Moscou est plus ancien et technologiquement plus avancé, mais les différences sont bien plus nombreuses et chacun revêt un intérêt pour les touristes.

1. WiFi

Crédit : TASS / Roman BalaevCrédit : TASS / Roman Balaev

Les Moscovites sont déjà habitués à surfer sur l’Internet gratuit dans les profondeurs du métropolitain – le Wi-Fi est disponible dans les trains sur toutes les lignes depuis décembre 2014. Il ne fonctionne pas dans les stations du métro moscovite, mais on peut y utiliser l’Internet mobile.

L’accès Wi-Fi existe dans les rames du métro de Saint-Pétersbourg depuis le 30 mai 2017, mais il n’est proposé que sur une ligne. Toutefois, d’ici la fin de l’année, il sera opérationnel sur l’ensemble du réseau.

2. Paiement du trajet à l’ancienne

Crédit : Lori / Legion-MediaCrédit : Lori / Legion-Media

Pour emprunter le métro à Moscou, vous pouvez acheter une carte en papier pour un trajet à 55 roubles (0,87 euros) ou la carte en plastique Troïka, qui donne accès aux transports terrestres et permet de régler les billets dans certains musées de la ville. Elle se recharge avec une carte bancaire ou en espèces pour la durée souhaitée.

Dans le métro de Saint-Pétersbourg, aux côtés des cartes en plastiques omniprésentes, on utilise toujours des jetons en métal – archaïques, mais d’autant plus charmants. Les touristes les emportent souvent avec eux en souvenir et les gardent dans leurs portefeuilles. Les jetons du métro de Moscou ne sont plus fabriqués depuis vingt ans, le dernier ayant été introduit dans le tourniquet en 1999.

3. « Ascenseurs horizontaux »

Crédit : TASS / Sergeï KonkovCrédit : TASS / Sergeï Konkov

Il n’y a que dans le métro de Saint-Pétersbourg que vous pourrez emprunter un « ascenseur horizontal » : c’est ainsi que l’on appelle 10 stations spéciales munies de barrières en métal qui séparent le quai et la voie  où circule le train.

Les trains s’arrêtent de façon à ce que leurs portes coïncident avec les portes des barrières, comme dans les ascenseurs, les portes coulissantes des cabines s’ouvrent en même temps que celles des fosses à chaque étage, d’où le nom de ce type de stations.

Les stations fermées ont été introduites dans le métro de Saint-Pétersbourg pour protéger les passagers et le personnel du métro des inondations : le sol de la ville est saturé en eau, il présente de nombreuses couches de sable d’une largeur d’un demi-kilomètre humides et capables de se délayer.

Construire le métro de Saint-Pétersbourg fut un vrai défi et les ingénieurs soviétiques congelaient le sol marécageux à l’aide d’azote liquide, ce qui fit grimper les coûts de la construction. Plus de 8 000 tonnes de gaz liquéfié furent injectées dans le sol. Park Pobedy, construite en 1961, fut la première station dotée d’un « ascenseur horizontal ».

4. Services

Crédit : Lori / Legion-MediaCrédit : Lori / Legion-Media

Dans le métro de Moscou, vous pouvez expédier un colis dans une autre partie de la ville grâce aux services de livraison express. Pour cela, vous devez vous adresser au bureau d’information avec votre colis non fermé de moins de 3 kg, remplir un bordereau, régler la livraison, qui coûte entre 100 et 550 roubles (1,6–8,7 euros), et avertir le destinataire. Les colis expédiés dans le métro sont également livrés dans 33 autres villes russes hormis Moscou.

Vous voudriez conduire un métro sur un simulateur interactif, faire un trajet à bord d’une rame vintage des années 1930 ou découvrir la chronique historique et les collections d’uniformes lors d’une visite gratuite à la station Vystavotchnaïa – inscrivez-vous au Centre d’orientation professionnelle au deuxième étage du hall entre 10h et 18h.

Crédit : RIA Novosti / Eugenia NovozheninaCrédit : RIA Novosti / Eugenia Novozhenina

Chaque jour, les Moscovites parcourent les magnifiques souterrains en granite du métro au son de la musique live : les musiciens et chanteurs de la ville se produisent sur tout le réseau sur d’aires spéciales situées dans les couloirs de correspondance entre les stations. Pour écouter un opéra, des instruments populaires ou du rock dans le métro de Moscou, consultez l’agenda (en russe). 

5. Légendes urbaines

Lori / Legion-MediaLori / Legion-Media

Chaque métro a ses mascottes, qui selon les habitants, portent bonheur. Avant les admissions à l’Université de Moscou et les partiels, les étudiants frottent le nez du chien en bronze situé à côté de la statue du garde-frontières à la station Place de la Révolution à Moscou.

Pour avoir de la chance dans les affaires, les habitants frottent la crête du coq en bronze à côté de la statue de la kolkhozienne – compte tenu de la façon dont la sculpture du coq est passée en raison de l’usure de marron à doré, il semble que les questions financières préoccupent beaucoup les Moscovites.

Vous voulez découvrir d’autres traditions insolites en Russie ? Frottez les drapeaux à côté de la statue du timonier dans cette même station – selon une légende locale, cela vous permettra de voyager plus souvent.

Crédit : TASS / Eugene AsmolovCrédit : TASS / Eugene Asmolov

Dans le métro de Saint-Pétersbourg, ce sont les oiseaux qui portent bonheur : si vous trouvez la mésange cachée dans les feuilles sur la mosaïque Automne au parc à la station Boukharestskaïa, vos souhaits se réaliseront.

Lire aussi : 

Le métro de Moscou, mégapole souterraine de neuf millions d’habitants

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer