Quels secrets cache le métro de Saint-Pétersbourg?

Staline, fantômes, inondations et présages - voici quelques anecdotes fascinantes et bizarres sur le réseau de métro de la capitale culturelle de Russie.

1. Erosion naturelle

Station de métro Plochtchad Moujestva.

Saint-Pétersbourg a toujours souffert de problèmes liés à l’eau : inondations, affaissements et ainsi de suite. L'érosion souterraine la plus désastreuse s'est produite en 1995, entre les stations de Plochtchad Moujestva et Lesnaïa, forçant leur fermeture.

Les dommages étaient si graves qu'il a fallu près de 10 ans pour achever les réparations et reprendre le trafic. En outre, cet affaissement a conduit à la destruction des bâtiments situés au-dessus.

En raison du flux rapide des eaux, les portes d'urgence ne fermaient pas complètement, mais heureusement tous les passagers ont été sauvés. Bien que les conditions fondamentales qui ont rendu possible l'accident aient été remarquées pour la première fois en 1974, personne ne les a prises au sérieux à ce moment-là et aucune action préventive n'a jamais été adoptée.

Lire aussi : Cinq différences entre le métro de Moscou et de Saint-Pétersbourg

2. Stations «mortes» et «fantômes»

Peu de gens savent que certaines stations du métro de Saint-Pétersbourg ont été fermées. Une de ces station « mortes » est Datchnoïe, qui a ouvert en 1966 comme une station aérienne. C'était plutôt étrange pour la ville en raison de son climat rude. Datchnoïe était initialement conçue comme une station temporaire tandis que les stations permanentes prévues étaient en construction. Elle a fermée en 1977, et est devenue plus tard un quartier général de la police de la route locale.

Une autre caractéristique mystérieuse du métro de la ville sont les soi-disant stations « fantômes » - des stations que les trains traversent sans s'arrêter. Pendant longtemps, la plus profonde station de Russie (89 mètres) a été Admiralteïskaïa. Tandis que les constructeurs essayaient en vain de compléter son vestibule à la surface, les passagers du métro pouvaient à peine discerner le hall obscur de la station lorsque les rames passaient.

3. Des stations de métro au lieu des églises

Église du Sauveur sur la place Sennaya.

La plupart des stations du métro de Saint-Pétersbourg ont été construites à l'époque soviétique où la religion était combattue, et au moins trois églises orthodoxes ont été détruites pour la réalisation du métro. L'une était l'église du Sauveur sur la place Sennaya, qui avait été bâtie dans les années 1750, et qui aurait été conçue par Rastrelli.

Station de métro Sennaïa Plochtchad.

À l’apogée de la campagne antireligieuse de Nikita Khrouchtchev en 1961, elle fut sauvagement dynamitée, et à sa place est apparu le vestibule de la station de métro Sennaïa Plochtchad. Récemment, il a été décidé de reconstruire l'église près de la station de métro.

Lire aussi : 15 raisons de ne jamais aller à Saint-Pétersbourg

4. Staline caché

Poursuivant le thème soviétique, il vaut la peine de se rappeler l'impact de Joseph Staline sur le métro de Saint-Pétersbourg. Puisque le système a été construit tambours battants après la Seconde Guerre mondiale, chaque station a été prévue pour avoir au moins une image du leader soviétique victorieux.

Cependant, le réseau de métro a ouvert seulement après la mort de Staline en 1955, et une campagne contre sa mémoire a bientôt suivi. Ainsi, le métro a ouvert sans aucune mosaïque avec l'image de Staline, et le seul bas-relief existant est dans la station Plochtchad Vosstania. La station Narvskaïa avait l'un des plus grands panneaux incrustés à l’effigie de Staline, mais en 1961 il a été recouvert par un faux mur, sans endommager la mosaïque. Aujourd'hui, il n'y a aucune preuve claire du fait que l'image de Staline reste intacte sous le mur.

5. Décorations intelligentes

Ce n'est pas réservé aux anciennes : plusieurs nouvelles stations de métro sont connues pour leur design exceptionnel. Un incident amusant s'est produit lorsque la station Mejdounarodnaïa a ouvert en 2012. Sa décoration intérieure était réalisée sur le thème de la création du monde, qui comprenait une immense mosaïque mettant en vedette un Atlas complètement nu. À la veille de l'ouverture de la station, il a été décidé que l'image pourrait être trop embarrassante pour certains passagers, et ainsi Atlas a été rapidement recouvert d'un manteau.

La station Boukharestskaïa possède également un élément de conception intéressant avec un détail caché. Les murs de la plateforme sont dotés d'un motif ornemental rouge et doré dans le sens de la longueur. Seuls les plus attentifs peuvent discerner un petit oiseau chanteur. Ce petit volatile est rapidement devenu un bon présage pour ceux qui l'aperçoivent en sortant du train.

Lire aussi : Saint-Pétersbourg vue des toits

6. Stations anti-inondations

Station de métro Admiralteyskaïa.

Certaines stations de métro de Saint-Pétersbourg sont situées dans des zones sujettes aux inondations - Nevsky Prospect, Admiralteyskaïa, Krestovski ostrov et Sportivnaïa. Ces stations et d'autres sont construites de telle manière que leurs fondations sont plus élevées que la moyenne de sorte qu'il est plus sûr de les utiliser lorsque les eaux augmentent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies