Que faire en hiver à Iakoutsk, la ville du pergélisol?

Aïar Varlamov/Sputnik
Ici, l'attraction principale à cette époque de l'année est, bien sûr, le froid. Pour l'apprécier pleinement, le meilleur moment pour séjourner dans la capitale de Iakoutie est de mi-décembre à février. Durant ces mois, la température descend jusqu'à -50° et les rues sont enveloppées dans un épais brouillard. Néanmoins, dans ces conditions extrêmes, de nombreuses activités feront de votre séjour un voyage inoubliable.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

«  Feu d’artifice hivernal » et selfie enneigé

Les basses températures sont le meilleur moment pour un « feu d’artifice hivernal ». Pour cela, vous n'avez besoin que d'une tasse d'eau chaude et de températures inférieures à – 35°. Il vous suffit de sortir ensuite dehors et de jeter l’eau en l’air. Dans le froid, l'eau chaude gèle instantanément, se transformant en un feu d'artifice glacé. Conseil : Pour prendre des photos spectaculaires, réalisez cela à l'arrière-plan du soleil couchant.

Une autre distraction glacée est le « maquillage » de neige. Du gel se forme sur les cils et les cheveux grâce à la vapeur émise par la respiration, quand une personne demeure longtemps dans le froid. Plus la température est basse, plus le gel croît vite et est épais. Le meilleur effet est obtenu lorsque la température extérieure est également inférieure à -35°. Et pour y parvenir plus rapidement, vous devez vous couvrir la bouche avec la paume de la main ou votre écharpe et respirer activement pour faire en sorte que l'air chaud sorte vers le haut. Il n’y a alors plus qu’à attendre quelques instants, et voilà, vous êtes prêt pour un selfie unique !

Marché aux poissons et pêche

En Iakoutie, il est d'usage de congeler le poisson fraîchement pêché et de le vendre directement dans la rue pour qu'il ne dégèle pas. Le marché aux poissons est ainsi devenu une véritable attraction locale en hiver, de par l’authenticité de ses marchands de « bouquets de poissons », notamment les jours de brouillard.

Le marché principal de la ville est le Krestianski rynok (Marché paysan), à environ 15 minutes à pied de la place centrale Lénine. Ici vous pouvez acheter les poissons iakoutes les plus célèbres – le corégone tachir, l’omoul, l’inconnu, le carassin – et prendre quelques intéressantes photographies.

Si vous avez le temps et êtes amateur de pêche, vous pouvez également réserver une excursion d'une journée avec pêche sur glace, sur le fleuve Léna. Il faudra pour cela compter entre 3 500 et 12 000 roubles (50 – 170 euros), selon le nombre de personnes. Ce prix comprend le transfert, la location d'équipement, les services d’un pêcheur, du thé chaud et un modeste déjeuner.

Lire aussi : De la Sibérie à l'Extrême-Orient, le chien de traîneau dans tous ses états

Virée en chiens de traîneaux

L’attelage de chiens est un moyen de transport traditionnel pour les peuples du Nord. Un élevage de laïkas iakoutes se trouve justement au sein du complexe ethnographique Tchotchour Mouran, et l’on peut y effectuer un tour en traîneau de novembre à mars, c’est-à-dire durant la période enneigée. Vous pouvez également faire une halte dans le restaurant proposant des plats typiques de Iakoutie.

L'entrée au complexe est gratuite, mais si vous prévoyez de commander le dîner et l'excursion, il est préférable de réserver à l'avance. L'excursion au sein du complexe ethnographique coûte 150 roubles (2,15 euros) par personne, dure 1h30-2h et peut se faire en anglais. Le prix d’une virée en traîneau à chiens de 10 à 15 minutes s’élèvera ici à 300 roubles (4,30 euros)

Sur réservation préalable, vous pouvez également effectuer une excursion en traîneau de chiens de deux heures jusqu’à un arbre chamanique. Un moniteur à motoneige vous accompagnera, et vous pourrez conduire le traîneau tout seul. Cette aventure vous reviendra à 4 500 roubles (64,50 euros).

Si vous avez le temps, vous pouvez en outre suivre une véritable formation de musher (pilote d’attelage). Cette excursion de plusieurs jours comprend l'hébergement, les repas, l'entraînement en traîneau et les longues courses. Pour cela, il faudra débourser la rondelette somme de 50 000 roubles (716,50 euros).

Lire aussi : Dix plats incroyables des régions russes dont vous n’avez jamais entendu parler

Gastronomie iakoute

La cuisine est une chose sans laquelle l'impression générale d'une région est incomplète. En Iakoutie, n'oubliez donc pas d'essayer le poisson et le poulain locaux. Le plat de poisson le plus populaire est la stroganina. Il s’agit de poisson cru congelé et tranché en fines lamelles. Au restaurant vous trouverez une variante plus élaborée, la salade « Indiguirka » avec des dés de poisson congelé, assaisonnés avec sel, poivre, oignons et huile végétale. La stroganina est également préparée à base de viande de poulain. Dans ce cas, il est question de viande ou de foie congelé (toujours cru) et raboté en fines lamelles (en russe, « raboter » se dit « strogat », d’où le nom de ce plat).

Pour ceux qui trouvent le poisson et la viande crus trop extravagants, les restaurants proposent des plats plus adaptés à base de produits locaux traditionnels. Au menu figurent par exemple le salamat (bouillie à base de farine et de beurre), de la viande bouillie, du carassin frit, du boudin khan et du kertchekh (crème fouettée aux baies).

À Iakoutsk, de nombreux restaurants proposent des plats nationaux dans une interprétation classique ou moderne. Parmi les établissements spécialisés dans la cuisine locale, on retrouve le Tyguyn Darkhan, le Makhtal et le Reka.Ozero.Les. Tous sont situés à quelques pas du centre-ville.

Lire aussi : Les colonnes de la Léna, un miracle naturel au beau milieu de la Sibérie

Les Colonnes de la Léna, merveille de la nature

Le parc national des Colonnes de la Léna, chef-d’œuvre de Mère Nature, est inscrit sur la liste du patrimoine naturel immatériel de l'UNESCO. Ces falaises majestueuses se sont formées du fait de l’érosion il y a plus de 400 000 ans.

Ce site est situé dans le district voisin de Khangalas, mais il n'est pas difficile de s'y rendre. Pour les voir dans toute leur splendeur en hiver, il vaut mieux venir à la toute fin du mois de février, quand le gel et le brouillard s'estompent légèrement.

Officiellement, la saison touristique aux Colonnes de la Léna commence mi/fin-février et se termine mi-avril. En hiver, il faut s’y rendre en voiture, d'abord par la route, puis directement sur la Léna, prisonnière des glaces. Le trajet dure 4-5 heures.

Les excursions peuvent être organisées en accord avec l'administration du parc (contacts disponibles sur le site), qui propose des visites d'une journée en voiture. Un guide anglophone peut par ailleurs vous accompagner.

Enfin, il est possible de se tourner vers les agences de tourisme locales, qui mettent sur pied des voyages toute l'année. Une excursion d'hiver d'une journée vous coûtera 2 500 roubles (36 euros) par personne pour un groupe de 8 personnes, et jusqu'à 14 500 roubles (208 euros) pour un voyage individuel.

Lire aussi : Sculpture sur os à Kholmogory: une tradition qui a traversé les siècles

Pergélisol et mammouths

Il n'y a en Russie que deux musées consacrés au pergélisol et l'un d'eux se trouve à Iakoutsk. Il a été créé sur la base du laboratoire souterrain de géocryologie de l'Institut des sciences du pergélisol et en est devenu l’attraction principale.  En 2015, le quotidien britannique The Daily Telegraph a même ajouté ce laboratoire souterrain à la liste des 20 curiosités russes les plus intéressantes. Le musée est ouvert en semaine et les visites sont organisées sur réservation.

Un autre lieu lié au froid est l'attraction touristique « Le Royaume du Permafrost ». Il a été aménagé dans une ancienne galerie minière au pied de la colline Thotchour-Mouran, qui servait autrefois d’énorme réfrigérateur naturel, où la viande, le poisson et d'autres produits étaient stockés en volumes industriels. Les visiteurs peuvent aujourd’hui pénétrer dans la salle du trône du seigneur du froid Tchyskhaan et dans la résidence du Grand-père Gel, version russe du Père Noël. Ils peuvent alors admirer d’immenses flocons de neige et de somptueuses sculptures de glace, se rafraîchir dans le bar de glace, ou encore s’adonner à la glisse sur un toboggan de glace. Le billet d’entrée coûte 500 roubles (7,20 euros).

Un autre endroit unique à Iakoutsk est le musée des mammouths. Y sont exposées plusieurs momies uniques de ces imposants animaux, trouvées sur le territoire iakoute. L'âge de certains d'entre eux dépasse les 12 000 ans. De plus, au Musée régional des peuples du Nord, on peut contempler le squelette du mammouth de Tiriakhtiakh, l'un des rares squelettes complets de mammouth adulte découverts dans le monde.

Lire aussi : Envoutante Iakoutie: voyage photographique au royaume du froid

Que faut-il emporter avec soi pour aller en Iakoutie en hiver ?

La règle principale à respecter en hiver dans la République de Sakha (nom officiel de la Iakoutie) est : ne gèle pas celui qui est chaudement habillé. Préparez donc vos valises en conséquence :

Une chapka, de préférence de type ouchanka (avec oreillères rabattables). Si vous avez un manteau avec capuche, vous pouvez vous limiter à un épais bonnet en laine.

Veste en duvet pour les températures les plus basses et pantalon chaud pour sports d'hiver.

Sous-pantalon et sous-pull thermiques.

Chaussettes thermiques ou de laines, superposez-en de préférence deux paires.

Bottes hautes. Prenez-en de 1-2 tailles au-dessus de la vôtre pour pouvoir enfiler vos chaussettes épaisses. En Iakoutie, en hiver l’on porte des ounty, des bottines en fourrure, qui vous conviendront parfaitement si vous envisagez de rester longtemps en extérieur.

Gants ou moufles chauds, de préférence deux paires.

Une écharpe chaude pour couvrir votre visage et votre cou.

Si le rude climat hivernal iakoute vous effraie, pas de problème, retrouvez ici notre guide pour la saison estivale. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies