Les colonnes de la Léna, un miracle naturel au beau milieu de la Sibérie

Vsevolod Poulya
C'est un endroit étonnant dont le paysage a enregistré plusieurs tournants de l'évolution. Ici, l’histoire est figée dans la pierre, et la technologie peut se retrouver KO face à la puissance de la nature…

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les colonnes de la Léna, c’est un lieu unique situé en République de Sakha (Iakoutie) - la région de Russie possédant la plus grande superficie. Ce sont plus de 40 kilomètres de falaises calcaires érodées s’étendant le long du fleuve Lena, qui se dressent à 220 mètres d'altitude au-dessus du niveau de l’eau. Reflétées sur la surface lisse comme un miroir par temps calme, les colonnes semblent encore plus hautes et plus grandioses.

Se rendre aux colonnes de la Léna n’est pas une partie de plaisir. Premièrement, vous effectuerez un vol de six heures entre Moscou et la capitale de la Iakoutie, la ville de Iakoutsk, située à 200 km du site. Le moyen le plus rapide mais le plus coûteux de se rendre à cet endroit prisé est l’hélicoptère, ce qui l’été coûtera 250 000 roubles (3 500 euros).

En bateau, le trajet depuis Iakoutsk par la Léna prend plusieurs heures, sur le bateau du ministère des Situations d’urgence - environ deux heures. Les bateaux à moteur partent du port fluvial de Iakoutsk et offrent un hébergement en cabines simples, doubles et à quatre lits, trois bons repas par jour et des animations à bord. La plupart d'entre eux ont même un sauna et un cinéma.

En hiver, vous pourrez vous rendre au village de Batamaï en voiture, puis rejoindre les colonnes directement par le bord de la rivière glacée. En hiver, saupoudrés de neige et de glace, les falaises ont une très nette ressemblance avec le célèbre mur de Game of Thrones.

Les colonnes de la Léna frappent de n'importe quel angle. Leur forme et leur emplacement pourraient suggérer qu'il s'agit d'un travail réalisé par la main de l'homme. Mais ce n’est pas le cas : les piliers ont été créés par la nature elle-même - les processus karstiques et les intempéries érosives ayant donné aux colonnes des formes fantaisistes au cours des 400 000 dernières années.

En outre, les colonnes de la Léna sont un morceau d’histoire figé dans la pierre, véritable monument à « l'explosion cambrienne » qui s'est produite il y a plus de 500 millions d'années, lorsque des animaux dotés de squelettes minéraux ont commencé à apparaître massivement.

Des millions de créatures sont nées et sont mortes, l'évolution a subi des révolutions les unes après les autres et la disposition unique des colonnes de Lena nous permet d’observer plusieurs de ces étapes directement dans le roc.

Le Parc national des colonnes de la Léna a été fondé en 1994 et est devenu en 2012 un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Cet endroit presque intact n’a pas été modifié par l'homme. Sur la longue rangée de roches calcaires, on a uniquement choisi une zone pour l’accostage des navires.

L'entrée du parc naturel a été équipée et il y a même une boutique de souvenirs. Plusieurs maisons, où les employés du parc habitent, sont visibles. De l'autre côté de Léna se trouve un petit village.

Sur le sentier d'environ deux kilomètres qui part de l'entrée du parc, vous pouvez monter au sommet. Dans les endroits particulièrement escarpés, un escalier en bois longe le chemin, et plusieurs aires de repos avec des bancs ont été installées.

Il y a ici beaucoup de roches ferreuses, de sorte que la boussole de votre drone peut devenir folle au sommet - vous devrez donc le faire voler à vos risques et périls.

Tout en haut, vous pouvez admirer une vue imprenable sur la rivière et un long mur rocheux avec des vestiges de trilobites et autres créatures de l'époque paléozoïque.

En passant, dans la zone du parc appelée Toukoulan (« sables » en dialecte local) et comprenant de véritables dunes de sable – on a retrouvé à différentes époques les restes d'un mammouth, d’un rhinocéros laineux et d’autres mammifères éteints d'une période ultérieure. Maintenant, beaucoup de rats musqués, carcajous, lièvres, écureuils et même ours sillonnent cette zone. Les aigles royaux, hiboux et faucons planent dans le ciel au-dessus des colonnes , tandis que les eaux de la Léna regorgent de nombreux poissons, tels que des ombres et les esturgeons.

Dans cet autre article, nous vous présentons les huit volcans les plus dangereux de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies