Colosses de béton: ces imposants barrages russes hérités de l'ère soviétique

Des dizaines d'énormes centrales hydroélectriques ont été construites en Union soviétique, fournissant de l'énergie aux entreprises industrielles et à des villes entières. Aujourd'hui encore, certains de ces barrages restent parmi les plus puissants du monde.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Barrage de Saïano-Chouchensk

La plus grande centrale électrique de Russie est située en République de Khakassie, sur le fleuve Enisseï. Son barrage, d'une hauteur de 242 mètres, est considéré comme l'un des plus hauts du monde. Le site a été en construction pendant 37 ans : de 1963 à 2000, mais la première unité hydroélectrique a été mise en service en 1978.

La conception du barrage, imaginée par des ingénieurs de Leningrad, est robuste : la centrale est située dans une zone d'activité sismique et doit résister aux puissantes vibrations. Il est dit que pendant la construction, la quantité de béton utilisée aurait été suffisante pour construire une route de Moscou à Vladivostok.

Les déversements d'eau dans le Enisseï sont très impressionnants et sont même considérés comme une attraction touristique.

Barrage de Krasnoïarsk

Le billet de 10 roubles représente une centrale hydroélectrique unique en son genre, située près de la ville de Divnogorsk, dans la région de Krasnoïarsk. Le barrage de Krasnoïarsk a été érigé de 1955 à 1971 et est considéré comme le deuxième plus grand de Russie (à l'époque de son inauguration, il était le plus grand du monde). L'ouverture de la centrale hydroélectrique a eu un impact significatif sur la température de l'eau du Enisseï dans cette zone : le fleuve a cessé de geler, même pendant le rude hiver sibérien.

C'est ici que se trouve le seul ascenseur à bateaux de Russie : l’embarcation (aussi bien un petit navire qu'une grande barge) se place sur une plateforme spéciale sur rails et est transportée vers le haut comme s’il s’agissait d’un téléphérique.

Barrage de Volgograd

La construction de la centrale hydroélectrique près de Volgograd était l'un des « grands chantiers du communisme » : 30 000 personnes y travaillaient chaque année. Lors de son ouverture en 1963, ce barrage était le plus grand du monde.

Des routes et des chemins de fer ont également été construits le long du sommet du barrage et constituent aujourd'hui les voies les plus courtes pour relier les régions de la Volga. Afin de compenser les dommages environnementaux causés par la construction de la centrale hydroélectrique, une écloserie d'esturgeons y a été organisée.

Le barrage de Volgograd est également remarquable d'un point de vue artistique : il est décoré de mosaïques et de panneaux dans le style de l'art monumental soviétique.

Lire aussi : Comment des prisonniers ont creusé une «mer» au centre de la Russie

Barrage de la Viliouï

La première centrale hydroélectrique au monde bâtie sur le pergélisol (ou permafrost) est située en Iakoutie, sur la rivière Viliouï. Grâce à elle, l'exploitation à grande échelle des gisements de diamants, découverts par les géologues soviétiques loin de toute civilisation, a commencé dans la région. Aucun autre type d'énergie, à l'exception de l'énergie hydraulique, ne convenait pour travailler dans ces endroits. Le chantier a été très difficile : il n'y avait pas de routes, pas d'habitations, le pergélisol, ainsi que des températures de -60°. Malgré ces obstacles, au milieu des années 1970, tous les équipements ont été mis en service. Aujourd'hui, environ 4 000 personnes vivent dans le village des constructeurs du barrage. Suite à cette réussite, plus tard, d'autres centrales sur le pergélisol ont été bâties dans le pays.

Barrage de la Kolyma

La plus puissante de ces centrales érigées sur le pergélisol est celle de la Kolyma, située à 500 km de Magadan, qui produit environ 75% de l'électricité de la région. Elle était prévue dans les années 1930, mais sa construction a été jugée trop coûteuse. Le projet final a été approuvé en 1970, et le chantier n'a été officiellement achevé qu'en 2007, en raison de la difficulté du sol et de la rigueur du climat, qui ont entraîné de nombreuses complications. Avant la construction de la centrale hydroélectrique, il n'y avait rien ici non plus, et la route la plus proche était à 40 km. Se trouve désormais à proximité un village de 2 000 habitants.

Barrage de Rybinsk

La structure du barrage de Rybinsk (construit de 1935 à 1955) et ses écluses navigables sont aujourd’hui considérées comme des monuments architecturaux. Il est situé dans la ville du même nom, sur la Volga.

Monument de la Mère-Volga, près de Rybinsk

Pendant la construction, environ 10% de la région de Iaroslavl ont été inondés, notamment des forêts, des terres agricoles et des maisons d'habitation. En plus des petits villages, l'ancienne ville marchande de Mologa s’est-elle aussi retrouvée sous les eaux. De nos jours, en fonction du niveau du fleuve, ses fondations et rues émergent parfois.

Barrage de Tchirkeïsk

La centrale hydroélectrique du Daghestan est la plus puissante du Caucase du Nord. Elle a été construite dans les années 1970 dans une gorge étroite et abrupte et son barrage est considéré comme le deuxième plus haut du pays. La structure sur le fleuve turquoise Soulak est très pittoresque et attire de nombreux touristes.

Dans cet autre article, nous vous présentions le site de forage le plus profond du monde, qui se trouve en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies