Entre métal en fusion et ateliers d’horlogerie: cinq Mecques du tourisme industriel en Russie

Vladimir Smirnov/TASS
Pour les touristes ne veulant pas se limiter à l'Ermitage de Saint-Pétersbourg et à la cathédrale Saint-Basile à Moscou, la Russie offre des visites fascinantes de méga-usines ou de sites de production intéressants dans des régions reculées.

Usine métallurgique de Tcherepovets

376 kilomètres au nord de Moscou

Cette usine a été fondée en 1955. Elle produit principalement du métal, qui est utilisé pour la production d'appareils électroménagers, la construction navale et mécanique, ainsi que les industries des combustibles, de l'électricité, de la défense et de la construction. Or, suite à la rénovation de sa façade ayant coûté plus de 7 millions d’euros, elle a ouvert ses portes aux visiteurs en juillet de cette année.

L'excursion commence par le musée de l'industrie métallurgique, où est narrée l’histoire de la technologie de fabrication du fer. Il est également possible d’y enfiler une armure de soldats médiévaux dans une « cabine d’essayage virtuel » et d’apprendra à dessiner à l’aide de copeaux métalliques et à fabriquer de l’acier.

Dans la cour arrière du musée, se trouve de l'équipement utilisé dans la production de fonte, d'acier et de produits laminés. Les invités sont également autorisés à s'asseoir au volant de l'un des plus gros camions d’URSS, réalisé par la désormais biélorusse compagnie BelAZ.

>>> Surréalisme socialiste: exploration des ateliers abandonnés de l’usine soviétique ZIL

Ensuite, les touristes peuvent contempler le laminoir à chaud le plus productif de Russie, le « laminoir 2000 ». La température dans l'atelier atteint les 1000 degrés, c’est pourquoi l’observation s’effectue depuis une plateforme spécialement prévue à cet effet.

L'excursion dure deux heures et se déroule en anglais. Visite de groupe à partir de 750 roubles (10,50 euros) par personne (450 roubles – 6,40 euros pour les enfants), le coût de l'excursion individuelle s’élève à 11 000 roubles (155 euros). Des réductions familiales sont proposées.

Musée des machines-outils à Toula

173 kilomètres au sud de Moscou

Au sein de ce musée de 1000m² situé dans le cluster industriel Oktava, vous aurez l’opportunité d’admirer huit machines venant de toute la Russie. Parmi elles se trouvent une ligne de convoyage d'Henry Ford, la première machine à vapeur, le marteau-pilon à vapeur Tsar-Molot, une presse pour la production de cartouches et de manchons, ainsi qu’une machine à filer mule-jenny.

L’installation sonore, d'énormes tuyaux suspendus au plafond et reproduisant les sons de l’usine en fonctionnement, vous immergera immanquablement dans l’ambiance industrielle des lieux. De plus, sur le mur de l'usine, par le biais d’une frise chronologique de 40 mètres, vous sera offerte la possibilité de revivre toute l'histoire de l'industrie russe. Vous pouvez aussi contempler les modèles 3D des principales installations industrielles du pays.

>>> Quinze friches industrielles de Russie totalement apocalyptiques

Le billet d'entrée coûte 5 euros pour les adultes, 3,50 euros pour les étudiants, 2,90 euros pour les écoliers ou enfants de moins de 6 ans, et est gratuit pour les familles nombreuses et les personnes handicapées. Toute personne le désirant peut en outre recevoir un audioguide en anglais.

Abrau-Durso

1 229 kilomètres au sud de Moscou

« Abrau-Durso » est le plus célèbre des sites de production viticole en Russie, situé dans la région de Krasnodar. La visite commence par une visite du Centre d’art contemporain « Galerie de lumière d’Abrau » et le visionnage d’un film sur l'histoire des lieux, en anglais. Puis, les touristes découvrent les caves anciennes, bâties à la fin du XIXe siècle.

Après cela, les invités sont conviés à se familiariser avec la production moderne de vin mousseux et à s’aventurer dans d’anciens tunnels soviétiques. La dernière étape, enfin, n’est autre qu’une dégustation de cinq types de vins pétillants et un passage par la boutique de la maison.

Moyennant un supplément, vous pouvez par ailleurs organiser une randonnée dans la ville muni d’un audioguide (anglais disponible). Des quêtes pour enfants et adultes sont également proposées dans ces mêmes tunnels.

La durée de la visite est d'une heure et demie, tandis que le prix est fixé à 14,40 euros.

>>> Pourquoi le gouvernement soviétique a-t-il inondé des villes et villages russes anciens?

Usine sidérurgique de Vyksa

290 kilomètres à l’est de Moscou

L'usine propose trois itinéraires d'excursion au choix : « Naissance des tuyaux de grand diamètre », « Étonnantes transformations de l’acier » et « Le monde des roues chaudes ». Les touristes pourront ainsi observer le processus de laminage de l'acier et celui de fabrication des tuyaux, à partir desquels sont construits des tronçons de pipelines tels que le Nord Stream et le Force de Sibérie. De plus, est présenté aux visiteurs comment le métal chaud est utilisé pour fabriquer des roues pour trains et métros.

Ici, vous pourrez également admirer le graffiti « Vyksa 10 000 ». D'une superficie de 10 800 m², il s'agit de la plus grande fresque murale sur façade au monde, l’œuvre d'un artiste russe contemporain populaire, Micha Most.

Le coût de l'excursion de groupe (disponible en anglais) est de 15 000 roubles (212 euros). La taille maximale du groupe est de 15 personnes et l'inscription doit s’effectuer au moins 12 jours avant la date souhaitée.

Usine de montres de Petrodvorets

en bordure de Saint-Pétersbourg

L'usine, fondée sous Pierre le Grand et située à Peterhof près de Saint-Pétersbourg, produisait en URSS des séries spéciales de montres destinées aux explorateurs polaires, à l'armée et à la marine. 

>>> Le forage le plus profond du monde se trouve en Russie

Après la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise a produit des montres sous la marque « Pobeda » (Victoire), mais les plus célèbres de ses accessoires sont les « Raketa » (Fusée), produits en 1961 en l'honneur de Iouri Gagarine. À cette époque, l'usine employait environ 8 000 personnes.

Dans les années 90, les activités du site ont été suspendues et n'ont repris qu'en 2012, bien que le nombre d'employés ait été grandement réduit, puisque n’y évoluent plus que 50 personnes.

Toutefois, les montres y sont toujours assemblées à la main, et il s’agit de l'une des rares usines à produire elle-même l’ensemble de ses mécanismes d’horlogerie, dont les tourbillons et les balanciers.

L'usine organise périodiquement des excursions en russe et en anglais, présentant le processus d’élaboration et de production des montres.

Une inscription préalable est nécessaire par téléphone ou par mail. Les visites sont cependant gratuites.

Dans cet autre article, découvrez une usine ouralienne embellie par de ravissants graffitis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies