Pourquoi le gouvernement soviétique a-t-il inondé des villes et villages russes anciens?

Legion Media
Les efforts déployés par les bolcheviks pour construire un nouveau pays ont souvent signifié que l'ancienne Russie devait être balayée, et dans certains cas cela signifiait littéralement de la submerger sous l'eau. Par exemple, des villes et de nombreux villages ont été inondés lors de la construction de réservoirs et de centrales hydroélectriques. Parfois, cependant, les colonies submergées font brièvement surface...

Chaque année, le deuxième samedi d'août, un ferry part d'un quai dans la ville de Rybinsk (400 km au nord-est de Moscou), et se déplace dans les eaux du réservoir de Rybinsk, s'arrêtant pendant un certain temps pour que les passagers du navire de plus bas jettent des couronnes de fleurs sur la surface de l'eau. C'est le rassemblement annuel des citoyens Mologa et de leurs familles. La ville de Mologa a été complètement engloutie lorsque le réservoir de Rybinsk a été créé à la fin des années 1930, et il est encore commémoré par ceux qui sont nés là-bas avant l’« inondation ».

Relier les mers, briser les familles

La construction du réservoir de Rybinsk était justifiée en tant que maillon nécessaire du système de voies navigables qui relie la mer Baltique (nord) à la mer Caspienne (sud). Bien sûr, il était déjà possible de naviguer de Leningrad (Saint-Pétersbourg) à Astrakhan, mais seuls les navires de petit tonnage pouvaient faire le voyage. En 1935, le Comité de planification de l'État a approuvé la création de ce qui allait devenir le plus grande étendue d'eau au monde construite par l’homme à l'époque.

Lire aussi : Rochal, la reine déchue de la chimie

En avril 1941, les rivières Volga et Cheksna ont été bloquées par des barrages, inondant 5 000 kilomètres carrés de terre, engloutissant complètement 663 villages dont la ville de Mologa, et inondant en partie six autres villes. Environ 130 000 personnes ont dû être déplacées, et de vastes étendues de terres agricoles et de forêts ont été détruites. La construction a été réalisée principalement par des prisonniers du camp pénitentiaire de Voljski, dans lequel ont également été enfermés ceux qui ne voulaient pas déménager.

Connu au moins depuis le XIIe siècle, Mologa faisait à l'origine partie de la Principauté de Rostov. Moscou l'annexa au milieu du XIVe siècle, et quelques siècles plus tard, la ville devint une source de poisson d'eau douce pour la table du tsar. En 1777, Mologa reçut le statut de centre du comté local. La ville avait un monastère et plusieurs églises, ainsi qu'une tour de guet d'incendie créée par Andreï Dostoïevski, le frère cadet du célèbre écrivain. À la fin des années 1930, la ville comptait environ 7 000 habitants.

Lire aussi : Toropets, une ville entre lacs, églises et légendes

Alors que la création du réservoir de Rybinsk a causé beaucoup de chagrin parmi les habitants de la zone inondée, il est également vrai que le réservoir a aidé à sauver des milliers de vies quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Quand les nazis ont progressé profondément dans le territoire russe, bloquant beaucoup de chemins de fer et de routes, la Volga était parfois le moyen le plus rapide de transporter des marchandises de l'Oural et des régions inférieures de la Volga à la région centrale du pays.

Le réservoir de Rybinsk a permis aux navires lourds de pénétrer plus loin dans la rivière. En outre, la voie navigable a aidé à évacuer des personnes des territoires occupés. Le deuxième avantage était la station hydroélectrique de Rybinsk, qui pendant l'assaut nazi était souvent la seule source d'électricité de Moscou.

Lire aussi : Kolodozero, un village bien réel  tout droit sorti d'un conte russe

Pendant longtemps, l'information sur l'inondation de Mologa a été classifiée, et ne serait-ce que parler de la ville submergée était dangereux. Le deuil pouvait être interprété comme une critique du gouvernement soviétique et de ses actions. Ce n’est que dans les années 1980 que des rumeurs sur le sort de la ville ont fuité dans la presse, et maintenant les anciens citoyens de Mologa se rassemblent régulièrement.

Parfois, comme cela s'est produit en 1992-1993, le niveau d'eau tombe assez bas pour des raisons naturelles, de sorte que l'ancienne ville peut être visible. Lorsque cela se produit, les anciens résidents de Mologa peuvent une fois de plus marcher sur leur sol natal. À l’endroit où se trouvait autrefois la cathédrale de l'Ascension, un signe commémoratif fait main stipule : « Pardonne-nous, Mologa ».

Lire aussi : Sommet maudit: la conquête du pic Staline et ses énigmes

« En vieillissant, nous avons commencé à penser à notre jeunesse de plus en plus, a déclaré Nikolaï Novotelnov, un natif Mologa. Il est triste que nous soyons de moins en moins, et Mologa ne peut pas être ramenée ».

Chaque réapparition, cependant, malmène un peu plus les derniers vestiges de la ville : le printemps suivant, la dérive de la glace racle le sol, déracinant et emportant les derniers signes de l'ancienne ville.

Lors de la discussion sur le sort de Mologa il est important de mentionner le prétendu rapport daté de 1941 réalisé par le lieutenant Skliarov au major Jourine (tous deux officiers du NKVD) selon lequel 294 résidents de Mologa auraient refusé de quitter la ville et auraient soi-disant été noyés lorsque la ville a été inondée. En fait, Mologa a été submergée lentement, et ne s’est retrouvée complètement sous les eaux qu’en 1946, ce qui est une preuve solide du fait que le document et ses affirmations sont erronés.

Lire aussi : Tchernobyl: pourquoi les autorités ont gardé le silence pendant 24 heures

Clocher devenu phare

Mologa n'était pas la seule ville submergée dans la construction du réservoir, et le même sort arriva à beaucoup d’autres villages et de villes. Les Soviétiques soutenaient l'idée de la toute-puissance de l'industrie, et pensaient que l'homme devait conquérir la nature.

Dans les années 1930, les Soviets étaient pressés de construire un système énergétique national afin de stimuler la croissance industrielle, et ainsi, de nombreuses villes ont été submergées dans des projets hydroélectriques ambitieux. Vessiegonsk et Kortcheva près du réservoir Rybinsk ; Poutchej près du réservoir Gorkovskoïe (région de Nijni Novgorod) ; Bolgar près du réservoir de Kouïbychev (région de Kazan) - toutes ont été submergées, en partie ou totalement, au nom de l'électrification. Le symbole le plus populaire de cette « Atlantide russe » est le tour du clocher en partie submergé de Kaliazine.

Lire aussi : Campagne des Terres vierges: comment l’URSS a tenté de remplir ses greniers

Fondée vers le XIIe siècle, Kaliazine était une ville prospère de commerce et de fabrication sur la Volga, à 200 km au nord de Moscou. Lors de la construction de la centrale hydroélectrique d’Ouglitch et du réservoir du même nom, son centre historique et tous les bâtiments et monuments historiques ont été submergés. Il ne reste aujourd’hui que le magnifique clocher de la cathédrale démolie de Nikolski, qui se dresse au-dessus des eaux.ороо

Lisez aussi notre article sur des projets soviétiques tirés tout droit d’un roman de science-fiction.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer