Les huit principaux exploits des athlètes russes aux Jeux olympiques de Tokyo 2020

Vitalina Batsarashkina, Evgeny Rylov et Svetlana Romashina

Vitalina Batsarashkina, Evgeny Rylov et Svetlana Romashina

Vladimir Pesnia, Grigori Syssoeïev, Sergueï Bobylev/TASS
Une médaille d'or trois mois après une blessure, la première médaille du concours général de gymnastique artistique par équipe depuis près de 30 ans, des records olympiques et mondiaux – voici seulement un échantillon de ce dont les athlètes russes ont été capables aux Jeux olympiques de cette année.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Première championne olympique à sept reprises de natation synchronisée

Svetlana Romashina, 31 ans, mère d’une fillette de trois ans et 21 fois championne du monde de natation synchronisée, a battu son propre record et le record du monde le 4 août 2021 en devenant pour la septième fois championne olympique dans cette discipline.

Lors de la cérémonie de remise des prix, la jeune femme était en larmes. Selon elle, il lui a été difficile de reprendre le sport après la naissance de sa fille. Aujourd'hui, Romashina termine sa carrière en tant que nageuse synchronisée sans doute la plus titrée au monde.

« Mon mari et mon enfant m'attendent à la maison et je veux vraiment un deuxième enfant. Même si cette année a été difficile pendant que j'étais à la maison en congé de maternité, je souhaite toujours avoir un deuxième enfant », a-t-elle déclaré à RIA Novosti.

Premier champion absolu de natation de l'histoire de l'URSS/Russie

Evgeny Rylov, 24 ans, originaire de la région d'Orenbourg, a remporté deux médailles à la fois – dans les épreuves de vitesse de 100m et 200m. Il s'agit de la première médaille d'or olympique dans ce sport depuis 25 ans dans l'histoire de la Russie. Rylov a en outre établi un record olympique, nageant le 200m en 1.53.27 minute. Les commentateurs russes ont applaudi à tout rompre Evgeny, mais l'athlète lui-même n’a pas été satisfait de sa victoire.

« J'ai raté les 50 derniers mètres, j'étais fatigué. [...] J'ai eu un moment critique aux 25 derniers mètres quand j'ai réalisé que j'étais paralysé, j’ai eu de telles crampes aux jambes que je peux encore à peine tenir debout », a-t-il confié.

Sans explications, les organisateurs lui ont par ailleurs interdit de participer à la cérémonie de remise des médailles en portant son masque amusant de petit chat, qu'il avait pourtant porté lors de la compétition.

« J'ai envie de pleurer. Ils ne m’ont pas laissé porter mon masque de chaton », s'est plaint le champion olympique.

Lire aussi : Pourquoi est-ce Tchaïkovski et non l'hymne russe qui est joué aux Jeux olympiques de Tokyo?

Toute première victoire des gymnastes artistiques russes par équipe

Avant cela, les sportifs russes avaient déjà remporté le concours général de gymnastique artistique par équipe, mais la médaille d'or avait alors été décernée à l’Équipe unifiée, composée des athlètes des anciennes républiques soviétiques. C'était en 1992, il y a 29 ans.

En 2021, c'est la première fois que les athlètes russes ont donc remporté l'or dans cette compétition. Les membres de l'équipe étaient Viktoria Listunova, Lilia Akhaimova, Angelina Melnikova et Vladislava Urazova.

Première victoire des gymnastes russes en 25 ans

Artur Dalaloyan

La victoire tant attendue du concours général de gymnastique artistique par équipes hommes a également été décrochée par les Russes. L’équipe comprenait Nikita Nagornyy, Artur Dalaloyan, David Belyavskiy, Denis Ablyazin, Alexander Kartsev et Vladislav Poliashov.

Pour le jeune Artur Dalaloyan, 25 ans, cela relève véritablement de l’exploit, puisqu’il s'est déchiré le tendon d'Achille trois mois avant le début des Jeux olympiques.

« Aussi loin que tu laisses cela t'aspirer, cela te dévore. Tout le monde a des problèmes dans la vie et notre organisme n'est pas de fer. […] Après l'opération, lorsque mon tendon a été recousu, le lendemain de l'anesthésie, j'ai commencé à travailler immédiatement », a-t-il relaté.

Record olympique de tir au pistolet

Un autre record olympique a été apporté par Vitalina Batsarashkina, 24 ans, une tireuse enjouée portant un médaillon issu de l’univers de The Witcher, populaire série littéraire et télévisée, ainsi que de jeux vidéo.

Une main dans la poche, Vitalina a décroché l'or au pistolet de petit calibre à une distance de 25 mètres et a également établi un record olympique avec 38 points.

Les développeurs de la série de jeux The Witcher, CD Projekt Red, l'ont également félicitée pour sa victoire, et elle a été accueillie dans sa ville natale par un chœur russe reprenant une chanson de la série du même nom – Toss a coin to your witcher.

Lire aussi : Les Jeux olympiques de Moscou dans les affiches d’artistes des quatre coins du monde

Argent en tennis simple masculin

Oui, l'argent au tennis est aussi une réussite importante de l'équipe russe, car les joueurs russes n'avaient pas atteint la finale d'un tournoi olympique depuis 2000. À l'époque, Yevgeny Kafelnikov avait remporté la première et unique médaille d'or russe dans l'histoire des Jeux olympiques, en battant l'Allemand Tommy Haas.

La médaille d'argent est cette année revenue à Karen Khachanov, Moscovite de 25 ans. Il a perdu contre l’Allemand d'origine russe Alexander Zverev 6-3, 6-1.

« En tout cas, les Jeux olympiques sont un tournoi réussi pour moi, un tournoi réussi pour le pays. Je suis très heureux d'être venu à Tokyo. Bien sûr, l'appétit vient en mangeant. C'est vexant d'être à un pas de gagner l'or. Il y a un arrière-goût de défaite ; je suis contrarié. Mais cela fait partie du sport, c'est une réaction normale. Vous ne pouvez pas perdre et dire "ok, tout va bien" », a déclaré Khachanov à propos du match.

Première médaille de tir à l'arc pour la Russie

Elena Osipova, 28 ans, originaire du Kamtchatka, a remporté une autre médaille d'argent importante pour la Russie. Il s'agit de la première médaille féminine pour l'équipe russe en 29 ans dans les épreuves individuelles de tir à l'arc. Selon Osipova elle-même, elle avait une chance de remporter l'or, mais elle a perdu en finale contre la Coréenne An San.

« Lors du tir décisif, mon cœur a un peu bondi, donc je n'ai pas tiré aussi bien que je l'aurais voulu. […] Dans notre discipline sportive, un raté peut entraîner une défaite, et un coup de chance la victoire », a déclaré Osipova au journal Izvestia.

La jeune femme a également remporté l'argent dans l'épreuve par équipe, qui, selon elle, est plus importante que l'épreuve individuelle.

Première et unique médaille d'or olympique en athlétisme à Tokyo

Elle a été remportée par la spécialiste du saut en hauteur Mariya Lasitskene, 28 ans, originaire de Kabardino-Balkarie, république du Caucase russe. La triple championne du monde était censée remporter une médaille en 2016, mais elle et d'autres athlètes n'ont pas été autorisés à se qualifier pour les Jeux en raison d'un scandale de dopage. En 2019, pour la même raison, la jeune fille n'a pas non plus été admise au tournoi de Glasgow, même sous drapeau neutre.

Les malheurs de Mariya ne se sont pas arrêtés là : en mai 2021, deux mois avant les Jeux olympiques, elle s’est blessée à l'arrière de la cuisse lors d'un entraînement et a manqué les Championnats russes d'athlétisme à Tcheboksary.

En 2021, Maria n'avait pas sauté plus haut que deux mètres, alors que sa principale rivale, Yaroslava Mahuchikh de l'équipe ukrainienne, avait atteint 2,03m et était considérée comme la favorite. Lors de la compétition, Maria s'est finalement surpassée et a sauté 2,04m, battant les résultats de Mahuchikh et de l'Australienne Nicola McDermott.

Dans cet autre article, nous vous expliquions pourquoi ce n'est pas la Russie, mais le COR, qui a concouru aux Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies