Qui est en dehors du court Daniil Medvedev, nouvelle vedette russe du tennis?

Reuters
En août 2019, l'athlète russe s’est hissé à la cinquième place du classement de l'Association des professionnels du Tennis (ATP), et il a déjà été affublé du surnom de « première raquette du monde ». Russia Beyond vous dévoile ce que l’on sait de ce prometteur joueur de tennis francophone, vivant et s'entraînant sur la Côte d'Azur.

« Je suis vraiment quelqu’un de particulier. À l’extérieur du court, je parais, à mes yeux et à ceux des gens qui m’entourent, très simple, facile et calme. Mais en fait, mon monde intérieur est très complexe et difficile. Je dirais qu’il est incompréhensible même pour moi », c'est ainsi que l'actuel champion de 23 ans parle aujourd'hui de lui-même.

Daniil Medvedev est né le 11 février 1996 à Moscou. Ses parents n'avaient aucun lien avec le sport et il croit lui-même être entré dans le monde du tennis par hasard. Enfant, on a souhaité l’envoyer faire de la natation, mais « quand on est arrivés à la piscine pour la première fois, nous avons vu une annonce qui disait qu’avait lieu la sélection pour le groupe de tennis ». Le garçon, alors âgé de 9 ans, a ainsi fait ses premiers pas dans la discipline, sur insistance de son père.

Le futur champion a ensuite étudié dans une école spécialisée en physique et mathématiques, cumulant en parallèle son activité sportive. Après avoir passé les deux dernières classes en une seule année, en accéléré et à domicile, il est entré à la faculté d'économie appliquée et de commerce de l’Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO). Il s'est cependant avéré difficile de combiner les cours, bien que suivis au sein de la section du soir, et le tennis. Il a donc dû faire un choix. « Le sport, au final, a gagné », a admis le joueur de tennis.

Lire aussi : Sept choses que vous ignoriez sur le tennis russe

Durant son enfance, Daniil s’intéressait sérieusement aux jeux vidéo et a même participé à des compétitions russes d’e-sport: « Je jouais super bien et sur un pied d'égalité avec une personne qui gagne maintenant les championnats russes de FIFA [jeu vidéo de football] », a-t-il assuré sur Eurosport.

Sa passion pour les jeux vidéo n'a d’ailleurs pas été reléguée au passé. Lors du blitz de la Fédération russe de tennis, voici comment il a répondu à diverses questions :

Un jour de repos parfait ?

Jouer à la PlayStation toute la journée.

Votre principal défaut ?

Je joue trop à la PlayStation.

Un talent à part le tennis ?

Je joue très bien à la PlayStation.

Contrairement à de nombreux Russes, et athlètes en particulier, Medvedev ne croit pas aux superstitions et aux signes. C’est tout du moins ce qu’il affirme : « Il n'y a pas de trucs sans lesquels je ne pourrais pas vivre. J’ai aussi mes petits rituels, mais si soudain je ne les fais pas, je ne vais pas me dire "Mince, c’est bon, j’ai perdu d’avance c’est sûr". Au contraire, je rirais même de moi-même ».

À l'âge de 22 ans, Daniil s'est marié : le 12 septembre 2018, il a en effet publié une photo avec son épouse Daria sur Instagram. La cérémonie s'est déroulée au bureau de l’état civil Koutouzovski à Moscou. Avant cela, tous deux étaient sortis ensemble environ quatre ans. « Je dis toujours que le moment où je lui ai fait ma demande a été le début de mon ascension. C'est arrivé après Wimbledon. J'avais l'impression d'avoir 65 ans ou plus, mais à la fin de l'année, c’est comme si j’en avais 15 », confie-t-il.

Le joueur de tennis refuse toutefois catégoriquement d’indiquer le nom de famille de sa bien-aimée et d’afficher son compte sur les réseaux sociaux, considérant que cela pourrait lui nuire. Tout ce que nous savons, c'est qu’elle jouait aussi auparavant au tennis, dans des tournois juniors, et que c'est pourquoi, selon Daniil, elle comprend la routine sportive mieux que quiconque. Daria, d’après son mari, a étudié le journalisme et parle parfaitement français.

Lire aussi : Comment le premier surfeur soviétique a-t-il conquis ce sport du monde capitaliste? 

À en juger par les photos sur Instagram, sa femme l’accompagne par ailleurs souvent aux compétitions, et le couple, pour se reposer, à une préférence pour les Maldives et Mykonos.

En raison du climat, ils vivent aujourd'hui à Monaco, et il se rend à Cannes et à Nice pour s'entraîner sur les courts ouverts toute l'année. Cependant, sa patrie lui manque : dans une interview, il a admis qu'il ne se sentait pas chez lui sur le littoral méditerranéen et que ses amis étaient pour la plupart Russes. « Mais quand je reviens en Russie, je me sens à l'aise », a ajouté Medvedev.

En plus du russe, il parle couramment l'anglais et le français, langue de Molière qu’il a étudié dès l'école. D’ailleurs, ses vidéos publiées sur Twitter et Instagram sont enregistrées dans toutes ces langues.

Malgré les trois millions de dollars de prix remportés au cours de sa carrière, Daniil agit avec rationalité à l’égard de l’argent. La plus grande dépense depuis le début a en effet été l'achat d'une voiture, et la plus folle, dit-il, a été une séance shopping dans une boutique Philipp Plein, où l'athlète a déboursé environ dix mille dollars.

Dans cet autre article, nous vous dévoilons cinq faits le portrait de Maria Sharapova, plus grande star du tennis russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies