Les «Jeux de la propreté», ce projet russe proposant de protéger la Planète de manière ludique

Photographie de presse
Garder notre planète belle et propre ne doit pas être une corvée fastidieuse. Un projet russe utilise une bonne dose de ludification et fait appel au désir humain de gagner pour nettoyer les paysages de Russie (et d'ailleurs!) et sensibiliser à la protection de l'environnement.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’envie d'obtenir un succès virtuel ou de se mesurer à ses amis pourrait bien être le coup de pouce nécessaire pour que certaines personnes commencent à se soucier de l'environnement. Les Clean Games (Jeux de la propreté) sont une compétition passionnante entre plusieurs équipes où les participants s'affrontent en collectant et en triant des déchets et gagnent des prix pour leur participation.

Le jour venu, les participants ont recours à une application mobile spéciale (pensez à Pokemon Go, mais avec des déchets !) qui leur montre la carte du territoire de la partie et les endroits où se trouvent les déchets à collecter. Ils courent ensuite vers ces points de collecte, les ramassent, les donnent aux volontaires et obtiennent des points. Y figure aussi un tableau mis à jour en direct où l'on peut suivre le classement des équipes.

Dmitri Ioffe

« Dans leur format classique, les Clean Games sont une sortie amusante pour toute la ville, un festival, un jeu passionnant avec des prix où les participants recherchent des artefacts, résolvent des énigmes écologiques, collectent et séparent les déchets et obtiennent des points pour cela », explique Dmitri Ioffe, fondateur des Clean Games.

Lire aussi : Sept habitudes soviétiques écologiques qui pourraient nous aider à sauver la planète

Des points pour les déchets

Le projet Clean Games a en fait débuté en 2014. À l'époque, Dmitri travaillait dans le monde des startups informatiques. Il développait simultanément des jeux de rôle en live action. Ceux-ci se déroulaient à la fois en ville et en plein air (principalement en forêt). Un jour, Dmitri et ses amis ont fait une randonnée jusqu'au lac Vouoksa, non loin de Saint-Pétersbourg, et y ont trouvé des tas d'ordures. Il était évident que personne ne viendrait jamais nettoyer les îles qui parsèment ce plan d’eau et que les montagnes de déchets continueraient de croître.

C'est alors que le moment eurêka s'est produit et que Dmitri a eu l'idée de créer un jeu de rôle dans lequel les ordures seraient de l'or et où des points et des prix seraient attribués pour les collecter.

« Nous voulions que le nettoyage soit perçu comme un passe-temps intéressant et que non seulement les personnes déjà engagées dans la protection de l'environnement nous rejoignent, mais aussi celles qui sont encore assez éloignées de ce sujet. Nous avons ensuite réalisé qu'il serait plus facile d'attirer les gens si le jeu n'était pas un jeu de rôle, mais s'apparentait à un sport, avec des règles claires pour tous », explique Dmitri.

La participation à tous les Clean Games est gratuite et peut se dérouler dans n'importe quelle région de Russie et à l'étranger. Une partie dure environ 1,5 à 2 heures : la compétition proprement dite dure une heure et, le reste du temps est consacré à un pique-nique et à une cérémonie de remise des prix.

En général, entre 30 et 1 500 personnes peuvent participer à un tel événement. Cependant, cette année, se vante Dmitri, une partie de la Coupe de printemps de la propreté (24-25 avril) a réuni près de 4 000 participants dans la région de Karakoulino, en Oudmourtie – soit environ 40% de la population totale des environs !

En réalité, les jeux attirent des participants de tous âges et de tous horizons. L'élément de ludification a un énorme attrait : c'est quelque chose d'inhabituel et une façon de passer du temps en famille et entre amis, au grand air. Le format est très populaire parmi les parents, les enseignants et les clubs d'étudiants. Dmitri et son équipe considèrent les Clean Games comme un moyen d'enseigner aux jeunes le tri et le recyclage des déchets ainsi que les bases de la consommation consciente de manière amusante. Les écoliers, par exemple, peuvent ainsi consolider de manière pratique les connaissances théoriques acquises dans les cours d'écologie.

Aujourd'hui, huit personnes travaillent à plein temps sur le projet, mais les Jeux de la propreté sont organisés et dirigés par 250 à 500 coordinateurs dans de nombreuses villes et pays différents, après avoir reçu une formation spéciale de l'équipe principale. Les coordinateurs régionaux organisent des équipes de militants et de bénévoles. Jusqu'à présent, les Clean Games ont eu lieu dans 24 pays sur trois continents.

Lire aussi : Ces plongeurs sibériens musclés et écolo nettoyant bénévolement le lac Baïkal

Quel est l'intérêt pour les joueurs ?

Nikita Roubtsov, 20 ans, étudiant en écologie à l'Université pédagogique d'État Herzen, a entendu parler des Clean Games par ses camarades de classe et a immédiatement décidé d'y participer, car cette initiative correspondait parfaitement à son mode de vie respectueux de l'environnement.

« J'ai aimé le concept des Clean Games, car on peut utiliser l'esprit de compétition pour former des équipes de tous âges et aider à nettoyer la nature, voire recevoir un prix pour cela. C'est pourquoi j'ai voulu y participer et contribuer à l'amélioration de la situation environnementale dans ma région », se souvient le jeune homme.

Il a déjà participé à trois événements et, bien que l'excitation ait atteint des sommets pour Nikita, à un moment donné, alors que ce sentiment retombait lentement et qu'il y avait encore beaucoup de déchets autour de lui, il a eu une impression terrible de l'indifférence des gens à l'égard de la nature et de la difficulté que représente pour certains le geste pourtant simple de jeter ses déchets à la poubelle.

« Et ce n'est là qu'une des très nombreuses décharges sauvages qui existent sur notre planète et à cause desquelles les animaux et les plantes souffrent. Cependant, à la fin de la partie, il est agréable de voir les progrès accomplis, notamment sur les photos avant et après. Il y a un sentiment de fierté et la réalisation que nous sommes tous réunis ici pour une raison », ajoute Nikita.

Le 21 avril 2021, Nikita et sa petite amie Sofia ont remporté non seulement la partie de ce jour-là, mais aussi toute la Coupe de printemps de la propreté.

Les Jeux de la propreté sont également organisés dans de plus petites villes russes. #GarbageMan, un super-héros de l'Internet qui effectue des raids anti-déchets deux fois par semaine et promeut d'autres éco-habitudes utiles dans la ville de Kostroma, s'est joint à l'action.

Les premiers Clean Games classiques de Kostroma ont eu lieu à la fin de l'été 2020. Malgré le mauvais temps, une cinquantaine de personnes y ont pris part – ce qui a été très surprenant pour #GarbageMan. Les équipes composées principalement de jeunes ont collecté une énorme quantité de déchets sur une grande surface en seulement une heure. Toute l'équipe de #GarbageMan a été envahie par une excitation folle – la pluie, la neige fondue et la boue ont été reléguées au second plan et le temps a passé sans qu'on s'en aperçoive.

« Pour moi, le plus important dans les Clean Games, c'est qu'ils ne visent pas seulement à nettoyer les déchets, mais aussi à éduquer à l'environnement. Je pense que c'est un moyen très important et efficace de transmettre aux masses l'idée d'avoir une attitude responsable envers l'environnement, l'importance de la collecte sélective des déchets et de la consommation consciente », conclut #GarbageMan.

Lire aussi : Un Russe masqué part à la rescousse du pays face aux déchets

Il n'a pas fallu longtemps pour que la popularité des Jeux s'étende à d'autres coins du monde. Le premier Clean Game en dehors de la Russie a été organisé en Inde en 2017. Dmitri et son équipe ont ensuite rencontré les futurs organisateurs des jeux au Nigeria et en Ukraine lors d'une conférence internationale. En 2018, les jeux ont aussi eu lieu au Japon et ont été organisés par une jeune femme de Saint-Pétersbourg ayant épousé un ressortissant japonais.

Au Danemark, en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne, en Ukraine et en Biélorussie, les Jeux se sont déroulés à l’occasion des première et deuxième Coupes baltes des Clean Games. En 2020, la Coupe intercontinentale Russie-États-Unis a été organisée dans le cadre du programme russo-américain de la Fondation Eurasia intitulé « Partage de l’expérience et de la connaissance sociales ». Les Jeux ont alors été organisés simultanément dans 11 villes russes et neuf villes américaines.

Albert Ulwelling

« J'ai voulu prendre part à l'organisation des jeux car, tout en pensant qu'il s'agissait d'une façon unique de nettoyer notre communauté, c'était aussi un moyen incroyable de se rapprocher de la Russie par le biais d'initiatives de diplomatie citoyenne. J'y voyais une façon amusante de relier nos communautés dans le but magnifique de nettoyer notre planète. De plus, j'ai adoré avoir l'occasion de parler russe à l'occasion du projet », explique Albert « A.J. » Ulwelling, étudiant en deuxième année d'études mondiales et de russe à l'Université Lawrence.

Dmitri Ioffe

Les Clean Games aux États-Unis se sont déroulés sur dix sites à travers le pays. Celui d'A.J. s'est déroulé dans le Wisconsin, mais il y avait aussi des événements en Floride, à New York, en Californie, au Colorado et ailleurs. Chaque site devait compter deux organisateurs et au moins 25 participants. Dans l'ensemble, les US Games ont connu une grande participation, même si les restrictions dues à la pandémie restent un problème majeur. A.J. estime qu'il s'agit d'un événement incroyable qui a permis aux gens de sortir et de s'impliquer à nouveau dans leur communauté, tout en servant plusieurs autres objectifs moins évidents.

« Nous avons aidé nos communautés à s'épanouir, nous avons nettoyé la Terre et nous avons trouvé un moyen de nous rapprocher les uns des autres à une époque où l'interaction sociale était incroyablement limitée. Ces jeux sont bénéfiques pour l'environnement, car ils permettent d'une part d'éliminer les déchets et les matériaux nocifs de la communauté et, d'autre part, de sensibiliser les gens à la nécessité de garder notre planète saine et sauve », a déclaré A.J..

Il a ajouté que ses camarades de classe ont également trouvé incroyablement excitant le fait de concourir avec des équipes russes. « Même si j'adore la langue russe [A.J. a passé un été en Moldavie pour apprendre la langue et la culture russes], pour beaucoup de mes amis, c'était une façon nouvelle et passionnante d'en apprendre plus sur la Russie ! Il n'y avait pas de politique ou de sujets gouvernementaux compliqués, juste des communautés, de l'apprentissage et du plaisir », conclut notre interlocuteur.

Vous souhaiteriez mettre en place une telle compétition dans votre pays ? C'est très simple ! Écrivez aux coordinateurs des Jeux à l'adresse hello@cleangames.org, signez un accord non commercial (un document qui explique les conditions de la collaboration). Les coordinateurs soutiendront ensuite les nouveaux organisateurs et partageront avec eux toutes les informations nécessaires.

« Le conseil le plus courant que nous, organisateurs chevronnés, donnons aux débutants est de ne pas avoir peur. Organiser un événement à partir de rien peut paraître incroyablement difficile et il peut sembler que vous pouvez faire un million d'erreurs. Mais nous avons une approche différente du processus d'organisation : nous partageons notre expérience et nos meilleures pratiques, tandis qu’une équipe de coordinateurs du monde entier est toujours là pour soutenir les débutants », explique Dmitri.

Lui et son équipe ne comptent d’ailleurs pas s'arrêter de sitôt, du moins pas avant d'avoir organisé une Coupe du monde de la propreté !

Dans cet autre article, nous vous présentions comment la Russie lutte contre la pollution dans l’Arctique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies