En images: qu’est-ce que le soubbotnik, cette tradition communautaire d’URSS?

Étudiants et professeurs lors d'un soubbotnik à Moscou en 1975

Étudiants et professeurs lors d'un soubbotnik à Moscou en 1975

Sergueï Soukharev/Archives de Pavel Soukharev
Pourquoi les citoyens du pays se rassemblaient-ils le week-end munis de pelles et de râteaux dans les rues?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Enlever la neige, les ordures et les feuilles, planter des arbres et des fleurs ; maintenant, ce sont les autorités municipales et les éco-activistes qui le font, mais en Union soviétique, chaque printemps, la quasi-totalité de la population était obligée d'effectuer un travail non rémunéré pour améliorer les alentours de leur immeuble, de leur école ou de leur université après l'hiver. L'événement était appelé « soubbotnik » – le plus souvent, il avait lieu le samedi (« soubbota » en russe), jour officiellement non travaillé.

Au début, il s'agissait d'une activité bénévole, qui chargeait les gens de l'enthousiasme d’œuvrer pour le bien commun. Ceux qui ne voulaient pas sortir pouvaient être taxés de paresseux. Plus tard, les soubbotniks sont devenus obligatoires, et il arrivait souvent que même les écoliers soient obligés de nettoyer les alentours de leur école après les heures de cours.

Les premiers soubbotniks ont vu le jour à l'aube du nouvel État soviétique et ont fait l’objet d’une active propagande. Du 1er avril au 1er mai 1920, a été mené ce que l’on a appelé le « Mois rouge du travail ».

Des soubbotniks sont toujours organisés de nos jours, mais ils n'ont pas la même ampleur qu'avant et sont purement volontaires.

Affiche « Tous au soubbotnik »
Affiche « Pionniers [équivalent soviétique des scouts] et écoliers ! Aidez à planter de nouveaux jardins dans les villes et villages.
Vladimir Lénine lors d’un soubbotnik au Kremlin. Reproduction
Soubbotnik sur une voie ferrée, Petrograd (ancien nom de Saint-Pétersbourg), 1919

Lire aussi : Comment se distrayait la jeunesse soviétique, entre collecte de déchets et patinage ?

Travail de la tourbe lors d’un soubbotnik, 1920
Portrait de groupe lors d’un soubbotnik, 1932
Soubbotnik d’extracteurs d’or dans l’Oural, 1935
Soldats à un soubbotnik, années 1950
Soubbotnik dédié au verdissement d’un village, 1958
Enfants nettoyant les alentours à un soubbotnik, 1959
Employés de la réserve naturelle de Sikhote-Alin, dans l’Extrême-Orient russe, durant un soubbotnik, années 1960
Soubbotnik dans la ville de Tchita, années 1960
Ouvriers du bâtiment lors d’un soubbotnik à Moscou, années 1960
Soubbotnik printanier à Moscou, 1963
Soubbotnik à Moscou : des écoliers et professeurs plantent des arbres dans un square. 1964

Lire aussi : La tradition du poldnik, ce «quatre-heures» à la russe

Soubbotnik près du mémorial « Héros de la bataille de Stalingrad », 1969
Soubbotnik en 1970
Employées de l’hôtel Moskva lors d’un soubbotnik près du Kremlin, 1970
Travailleurs d’une usine de la région de Vologda lors d’un soubbotnik, 1971
Soubbotnik sur le territoire d’un hôpital militaire à Moscou, 1971
Des écoliers plantant des arbres au printemps, 1972
Des étudiants lors d’un soubbotnik communiste dans les rues de Moscou, 1969
« Où est mon grand râteau ? », 1975
Habitants du Tadjikistan soviétique lors d’un soubbotnik, 1978
Ingénieurs d’une usine à un soubbotnik, 1981
Étudiants de l’Université d’État de Moscou plantant des arbres près de leur résidence universitaire, 1984

Dans cet autre article, nous vous présentions sept habitudes soviétiques écologiques qui pourraient nous aider à sauver la planète.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies