Comment la Russie soviétique et la Pologne se partageaient-elles l'Europe de l'Est?

Pixabay; МАММ/МDF/russiainphoto.ru
La défaite de la Russie lors de la guerre soviéto-polonaise fut si sévère que jusqu'à ce qu'Hitler prenne le pouvoir en Allemagne, les bolcheviks considéraient la Pologne comme leur plus grand ennemi, et le plus dangereux.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Après la chute de l'Empire russe, de nouveaux États sont apparus sur ses ruines, les plus grands et plus puissants d'entre eux étant la Russie soviétique et la Pologne. Alors que l'objectif des bolcheviks était de supprimer toutes les forces anti-gouvernementales opérant en Russie et d'empêcher la poursuite de la désintégration de leur pays, le but des Polonais était de récupérer les terres nationales polonaises qui se trouvaient à l'intérieur de ses frontières avant 1772, année où le pays a été partagé pour la première fois entre trois grandes puissances européennes.

Des soldats de l'Armée rouge

Or, les vastes territoires de l'Ukraine, de la Biélorussie et des pays baltes se trouvaient entre ces deux pôles de pouvoir. Avec la fin de la Première Guerre mondiale et le retrait des troupes allemandes de ces terres, Varsovie et Moscou sont par conséquent entrées dans une bataille acharnée pour les conquérir.

Des troupes polono-ukrainiennes entrent à Kiev

Tandis que les bolcheviques faisaient face aux armées blanches contre-révolutionnaires d'Anton Dénikine et d'Alexandre Koltchak, la Pologne tentait de tirer parti du chaos causé par la guerre civile russe, et d'enlever à son adversaire le plus de territoire possible. D'après le dirigeant polonais Józef Piłsudski, la meilleure option aurait été de créer sur ces terres russes quelques petits États, dépendants d'une manière ou d'une autre de Varsovie. « La Russie pourrait très facilement devenir une puissance de second rang, incapable de sérieusement menacer la nouvelle indépendance de la Pologne qui, en tant que plus grand et plus fort des nouveaux États, pourrait facilement avoir une sphère d'influence qui s'étendrait de la Finlande aux montagnes du Caucase », déclarait Piłsudski. 

Józef Piłsudski et Rydz-Śmigły

Suite à des offensives à grande échelle en 1919 et 1920, la majorité des territoires biélorusses et ukrainiens est passée sous le contrôle de la Pologne. Dans le même temps, la Lettonie nouvellement formée ainsi que les restes des troupes de la République populaire ukrainienne de Symon Petlioura sont devenus des alliés de Piłsudski. Les Ukrainiens, qui cherchaient à créer leur propre État national, voyaient quant à eux des ennemis chez les bolcheviks comme chez les Polonais. Toutefois, pressés par l'Armée rouge, ils ont décidé de se rallier à Varsovie, espérant que cette dernière leur rendrait le centre de l'Ukraine et Kiev, en échange de larges concessions territoriales sur les terres ukrainiennes occidentales. Piłsudski lui-même était intéressé par la création d'un État tampon entre la Pologne et la Russie soviétique, en faisant valoir qu' « il ne peut y avoir de Pologne indépendante sans Ukraine indépendante ».

L'armée polonaise dans les tranchées

Le 7 mai 1920, la 3e armée du général Edward Rydz-Śmigły, l'unité militaire polonaise la plus efficace au combat, s'empara de Kiev avec le soutien des unités de Petlioura, ce qui fut un choc pour le gouvernement soviétique. Après avoir écrasé les forces de Dénikine et de Koltchak, et enfermé le reste des troupes blanches en Crimée, les bolcheviks se concentrèrent totalement sur la guerre contre la Pologne. De nombreux soldats arrivèrent en renfort de Sibérie et du Caucase, dont les meilleures unités militaires de l'Armée rouge : la première armée de cavalerie de Semion Boudienny, et la 25e armée de fusiliers de Tchapaïev commandée par Ivan Koutyakov. La quasi-totalité de l'aviation militaire du pays se rendit également sur le front occidental.

Des soldats soviétiques avant leur départ pour le front de l'Ouest

Bien que l'offensive soviétique en Biélorussie ait échoué, le coup porté au Sud a été terrible. Kiev a été libérée dès le 12 juin, et les armées polonaises ont dû se replier rapidement vers l'ouest. Les dirigeants de la Russie soviétique se sont alors remis à rêver d'une révolution mondiale. Comme l'indique l'ordre n° 1423 du 2 juin 1920 : « L'opération de l'Armée rouge "Passer sur le corps de la Pologne blanche" ouvre la voie à un bouleversement mondial. Avec nos baïonnettes, nous apporterons le bonheur et la paix à l'humanité qui travaille ».

Au bord de l'effondrement, la Pologne s'est finalement tournée vers la Triple-Entente pour une conciliation. Les Alliés ont proposé d'établir la frontière russo-polonaise sur la « ligne Curzon », du nom de celui qui en est à l'origine, le ministre britannique des affaires étrangères George Nathaniel Curzon. Passant par Grodno et Brest (à l’époque Brest-Litovsk, où se trouvait la célèbre forteresse) en Biélorussie, Lvov en Ukraine et allant jusqu'aux Carpates, elle était en fait censée séparer les régions où vivait la population polonaise des non-Polonais (populations ukrainiennes, biélorusses et lituaniennes). Cependant, comptant continuer sur leur lancée de succès, les bolcheviks ont rejeté ce plan.

Des troupes polonaises pendant la bataille de Varsovie

Le 13 août 1920, les troupes du front de l'Ouest, sous le commandement de Mikhaïl Toukhatchevski, ont lancé l'offensive contre Varsovie Au même moment, la première armée de cavalerie et les unités du front sud-ouest d'Alexandre Egorov se battaient pour Lvov. Comme l'a écrit Winston Churchill dans son œuvre La crise mondiale : « Il semblait que la Pologne était enfin libérée de sa captivité longue d'un siècle et demi par trois empires militaires, pour se retrouver sous le joug du communisme ».

Cavalerie de l'Armée rouge.

Il est intéressant de noter que de nombreux officiers blancs qui combattaient l'Armée rouge en Crimée à cette époque, portaient un toast à la victoire des Russes sur la Pologne, et souhaitaient que la capitale polonaise soit bientôt prise. Le politicien Nikanor Savitch, qui était sous le commandement de Piotr Wrangel, dirigeant des troupes des Armées blanches sur la péninsule criméenne, a écrit : « De façon générale, le fait que nous ayons battu les bolcheviks lors de la guerre soviéto-polonaise nous a posé un grand embarras. D'un côté, tout le monde était heureux que nous les ayons vaincus, mais de l'autre côté on avait peur que la victoire des Polonais ne libère pas la Russie, et que le peuple russe, et non les bolcheviks, doivent en payer les conséquences... ».

Artillerie soviétique en Ukraine

Dans l'Armée rouge, le mot d'ordre était : « En avant, héros ! À Varsovie ! ». Mais en réalité, la situation était loin d'être aussi encourageante. Les troupes, fatiguées, avançaient au bord de l'épuisement, l'arrière des troupes était désespérément en retard, et il n'y avait pas assez de réserves ni de munitions. Plusieurs commandants ont prudemment suggéré de reporter l'assaut et d'éloigner les soldats de la ville, mais ils ont été ignorés. L'armée polonaise, au contraire, se trouvait plus forte du fait de transferts de renforts venant d'autres régions du pays. L'attaque de leur ennemi a en effet provoqué une montée du nationalisme et une mobilisation active de la population pour lutter contre les bolcheviks. De plus, après le refus de la Russie soviétique du plan de la ligne Curzon proposé par la Triple-Entente, cette dernière a envoyé aux Polonais du matériel militaire, ainsi qu'environ 600 pièces d'artillerie.

Femmes soldats polonaises pendant la guerre

Dès le 16 août, des troupes polonaises sous le commandement de Piłsudski ont lancé une contre-offensive, et, en perçant le front soviétique, ont bien failli encercler et détruire les troupes de Toukhatchevski. 25 000 soldats de l'Armée rouge sont morts et 60 000 ont été fait prisonniers lors de la bataille de Varsovie (connue en Pologne sous le nom de « Miracle de la Vistule »). Côté polonais, l’on a dénombré 5 000 morts et 10 000 portés disparus. En outre, 45 000 soldats russes ont été séparés du gros des troupes et repoussés vers la Prusse orientale. Après avoir franchi la frontière, ils ont été placés dans des camps par les Allemands. Cette bataille, comme l'a écrit Léon Trotski, a été « l'une des plus grandes catastrophes que nous ayons connues sur nos fronts militaires ».

Des soldats polonais arborant des drapeaux de bataille soviétiques capturés après la bataille de Varsovie

La 1ère armée de cavalerie n'a été envoyée à Varsovie que le 20 août, après la défaite du front occidental, mais n'a pas pu sauver la situation. Poursuivies par les Polonais, les armées soviétiques se sont totalement retirées, tandis que les troupes polonaises occupaient à nouveau Minsk le 12 octobre. Mais aucun des deux pays n'avait cependant la force de poursuivre la guerre, et les parties se sont rapidement assises à la table des négociations. Toutefois, à présent, c'étaient les Polonais qui refusaient d'accepter la ligne Curzon.

Infanterie de l'armée polonaise pendant la bataille de Varsovie

Après la signature de la paix de Riga, le 18 mars 1921, la Pologne a reçu de vastes territoires de l'Ukraine occidentale et de la Biélorussie occidentale, avec la population non polonaise qui y vivait. Malheureusement pour Varsovie, la renaissance de la grande puissance polonaise n'a pas duré longtemps. Les dirigeants de la Russie soviétique (et, depuis 1922, de l'Union soviétique) n'ont pas accepté cet état de fait, et ont reconquis ces terres en moins de 20 ans, se partageant la Pologne avec l'Allemagne nazie.

Józef Piłsudski

Dans cet autre article, nous vous narrons comment, au XVIIe siècle, la Pologne a failli conquérir la Russie. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies