Treize nuances de forêt russe par le peintre Ivan Chichkine

Galerie Tretiakov
Artiste classique de l’art russe, Ivan Chichkine (1831-1898), connu pour ses paysages forestiers, fut même appelé «bogatyr de la forêt». Néanmoins, la forêt russe dans les tableaux de ce maître n’est pas ténébreuse, ne dissimule pas le danger, mais s’avère familière, parsemée de rayons de soleil.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pin sur la falaise, 1855

Cette étude réalisée par Chichkine, alors encore étudiant de l’École de peinture et de sculpture de Moscou, fut acquise par le Musée russe, qui abrite les principales collections d’art russe de Saint-Pétersbourg.

Vue sur l’île de Valaam (localité de Koukko), 1859

En tant qu’étudiant, il voyageait beaucoup dans la boisée et rocheuse région de Carélie, et peignait d’après nature. Pour ce tableau, il reçut en 1860 une médaille d’or de l’Académie d’art et une « pension » pour faire un voyage en Europe.

Vue dans les environs de Düsseldorf, 1865

Chichkine a peint ce tableau en Allemagne à la commande du collectionneur d’art Nikolaï Bykov. Son alma-mater à Saint-Pétersbourg lui décerna pour cette toile le titre d’académicien. Bientôt, ayant le mal de ses paysages natals, l’artiste retourna en Russie.

À ne pas manquer : Quinze remarquables toiles de Robert Falk, l'un des premiers avant-gardistes russes 

Champ de seigle, 1878

Sur une esquisse pour la toile l’artiste marqua : « L’étendue, l’espace, la terre. Le seigle. Grâce à Dieu. La richesse russe ». En effet, il est difficile d’imaginer un paysage plus familier et indigène pour les Russes. Chichkine observa la nature dans sa ville natale d’Elabouga (qui se trouve aujourd’hui dans la République du Tatarstan). Le tableau fut acheté par Pavel Tretiakov à une exposition des Ambulants, un mouvement réaliste russe de la deuxième moitié du XIXe siècle, dont faisait partie Chichkine.

Ruisseau dans une forêt de bouleaux, 1883

Chichkine fréquenta souvent les artistes ambulants, sympathisants du réalisme et des sujets traditionnels dans la peinture russe, et il participa fréquemment à leurs expositions. Son proche ami Ivan Kramskoï, qui réalisa plusieurs portraits de Chichkine, dit à l’égard de son collègue paysagiste : « Il est jusqu’à présent incommensurablement plus élevé que tous les autres ».

Coin de jardin d’herbes hautes. Épogode-herbe, 1884

L’école de peinture à Düsseldorf a transmis à Chichkine un amour particulier pour le monde de la nature, pour le côté sauvage de cette dernière. C’est pour cela que les études, rappelant des fragments de tableaux, semblent toutes être des œuvres à part entières, peintes avec une attention particulière pour les détails. 

Lointains boisés, 1884

Chichkine était un véritable bourreau de travail, mais de tristes circonstances le poussèrent à se plonger de plus en plus dans le labeur – d’abord sa première femme, mère de ses enfants, est décédée. Puis, après son second mariage, il connut une même douleur à la perte de sa nouvelle épouse. 

Chênes. Soirée, 1887

Dans les peintures des années 1880, on peut observer l’accroissement du talent et de la maîtrise de Chichkine. L’artiste déjà reconnu ne cessait d’étudier la nature : « Dans l’activité artistique, dans l’étude de la nature, il est impossible de mettre un point final, de dire qu’on a tout appris entièrement et qu’on a plus besoin d’apprendre », écrivit-il.

Un matin dans une forêt de pins, 1889

Ce tableau est sans doute son œuvre la plus connue. Il fut chaleureusement accueilli par ses contemporains et le fameux collectionneur Pavel Tretiakov l’a acheté pour sa galerie moscovite. En l’URSS, l’image a été reproduite sur l’emballage des chocolats « Ours pataud », elle est donc encore bien connue par tous les écoliers russes.

Hiver, 1890

Chichkine peignait rarement les thèmes hivernaux, préférant retranscrire la prolifération de la verdure. D’ailleurs, même sur ce tableau presque monochrome, qui semblerait sombre, l’un des principaux détails est le ciel bleu. 

Dans le Nord sauvage, 1891

Ce tableau est littéralement l’incarnation du romantisme littéraire russe en peinture. Il doit son nom au poème de l’écrivain romantique Mikhaïl Lermontov, auquel il sert d’illustration : « Dans le Nord sauvage se dresse, seul / Sur une cime nue, un pin ».

À ne pas manquer : L'Orient et l'Asie vus par les peintres russes 

Dans la forêt de la comtesse Mordvinova. Peterhof, 1891

En 1892, le professeur émérite Chichkine fut invité à diriger l’atelier de paysage de l’Académie des Beaux-Arts.

Bosquet de bois de navires, 1898

Cependant, six ans plus tard, il décéda devant son chevalet. Il s’agit ici de l’une des dernières peintures de Chichkine, où il utilise une de ses astuces favorites – tailler la cime des arbres. De cette façon, la forêt semble encore plus vaste et le spectateur peut se sentir plus proche du bosquet.  

Dans cet autre article, admirez quinze toiles d'Isaac Lévitan, autre peintre ayant sublimé la nature russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies