Comment en Russie l’Académie des Pères Noël fait revivre la magie du Nouvel An

Dorogami Dobra
Cette année, le Père Noël rendra visite aux personnes malades et malheureuses, et ce, même s'il doit pour cela porter un masque à gaz.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Mourod Idiboïev, 27 ans, est professeur d'anglais et serveur à temps partiel à Ekaterinbourg. Néanmoins, la dernière semaine de décembre, il enfile un manteau rouge et un chapeau à bord blanc, prend un énorme sac avec des cadeaux et va rendre visite à des enfants et des adultes qui ont moins de chance que d'autres dans la vie. Comme des centaines d'autres bénévoles, Mourod a été diplômé de l'Académie des Pères Noël dans le cadre de la campagne « Sapin des vœux ». Elle a été lancée par l'organisation caritative « Dorogami dobra » (« Par les routes du bien ») afin d’aider les enfants handicapés, ceux vivant au sein d’orphelinats ou de familles en difficulté, et les vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Depuis son lancement, le nombre de volontaires s’est multiplié, si bien qu’il a même été nécessaire d’ouvrir des cours préparatoires pour les « Ded Moroz » (le Père Noël russe) et « Snegourotchka » (La Jeune-fille des neiges, sa petite-fille).

Un Ded Moroz oriental et une Snegourotchka banquière

Mourod

Pour Mourod, ce sera la quatrième année en tant que magicien du Nouvel An (pour rappel, en Russie, c’est au Nouvel An que sont distribués les cadeaux). Il a décidé de devenir Ded Moroz en 2016, lorsqu'il est arrivé du Tadjikistan dans la capitale de l'Oural. « J'ai toujours aimé aider les gens, explique-t-il. Je vais aussi aux soubbotniks [tradition soviétique consistant à se réunir le samedi pour des travaux bénévoles] pour nettoyer les rues et enseigner gratuitement l'anglais aux retraités. Et puis quelqu'un m'a dit qu'il y avait une opportunité de faire plaisir aux enfants et aux vétérans ». Mourod affirme qu'au début, il était complexé par ses faibles compétences en russe, mais il s'est avéré que ce n'était pas si important pour les enfants. « Quand j'étais petit, Ded Moroz est venu à moi aussi, et même si je savais que c'était mon oncle, je l'attendais toujours chaque année ». À l'Académie, Mourod a appris les subtilités de la communication avec les enfants : « Par exemple, vous ne pouvez pas dire à un enfant d'écouter ses parents – parce qu’il n’en a peut-être pas », explique-t-il. De plus, les volontaires ne sont pas autorisés à utiliser leur smartphone et à sortir de leur personnage de magicien. Par contre, offrir des cadeaux est de leur devoir.

Lire aussi : Comment les Russes ont cessé de croire au Père Noël

Les Ded Moroz livrent des présents dans toute la région de Sverdlovsk (dont Ekaterinbourg est la capitale) avant le 30 décembre, et il n'est pas rare qu’ils découvrent la destination le jour même de leur voyage. On les trouve aussi bien dans les villes satellites d'Ekaterinbourg que dans les petits villages en bordure de la région. Ils travaillent en binôme avec leur « petite-fille » Snegourotchka.

Oksana

Oksana Abroskina, employée de banque à Ekaterinbourg, sera justement pour la première fois cette année la Jeune-fille des neiges. « J'ai toujours voulu aider les enfants et j'ai eu vent de cette possibilité par une amie qui travaille depuis longtemps comme bénévole avec "Dorogami dobra " », relate-t-elle, ajoutant être impatiente de pouvoir essayer le costume de Snegourotchka. 

« J'aimerais que tous les enfants aient une fête, confie Oksana. Que chacun croit au conte de fées et attende un miracle ».

Oksana (tout à gauche)

Ainsi, dans chaque foyer, les enfants attendent avec impatience ces féériques invités de la veille du Nouvel An pour recevoir leur cadeau et leur réciter un poème.

« Une fois, on m'a récité plusieurs fois de suite "Un chêne vert au creux de l'anse.... " [le prologue du célèbre poème d'Alexandre Pouchkine « Rouslan et Lioudmila »], et à la fin de la journée, je demandais au moins un vers de "Le petit sapin est né dans le bois " [la comptine russe la plus populaire du Nouvel An] », se souvient Mourod.

Conte de fées pour adultes

Cette année, plus de 3 000 enfants orphelins, de familles défavorisées ou handicapés recevront des cadeaux, déclare Valeri Bassaï, auteur et organisateur du projet « Sapin des vœux ». « Nous préparons des Ded Moroz et des Snegourotchka depuis près de 10 ans dans le cadre de notre projet, précise-t-il. La formation est divisée en deux étapes : le jeu d’acteur des futurs magiciens et la préparation à la communication avec les enfants et les adultes en situation de crise. Comment se comporter si vous êtes accueillis par des parents qui boivent ? Comment communiquer avec un enfant atteint d'infirmité motrice cérébrale ? ».

Il est possible d’intégrer l'Académie dès l'âge de 18 ans. Il n'y a pas de limite supérieure – l'une des Snegourotchka avait 82 ans. En moyenne, les volontaires ont entre 30 et 50 ans.

En plus des Ded Moroz (nom se traduisant comme Père Gel) et des Snegourotchka, l'Académie forme leurs assistants forestiers – « Petits Écureuils », « Lapinous » « Petit Flocons de neige ». Ils sont également bénévoles : les uns photographient la rencontre avec Ded Moroz, les autres aident à apporter le sac rempli de cadeaux.

Lire aussi : Combien y a-t-il de Pères Noël en Russie?

Pour que le rêve devienne réalité, un enfant doit écrire une lettre et l'envoyer aux organisateurs. La campagne de collecte des cadeaux dans le cadre du projet « Sapin des vœux » commence officiellement en septembre et se termine le 20 décembre. Les présents sont envoyés depuis le monde entier : certains sont donnés par des organisations, d'autres sont achetés par des gens ordinaires. En effet, des sapins du Nouvel An décorés de cartes avec les messages d'enfants ont été placés dans des magasins d’Ekaterinbourg et de la région de Sverdlovsk. Pour réaliser le souhait d’un enfant pour le Nouvel An, il suffit d'acheter le cadeau spécifié et de le remettre à l'employé du magasin, en indiquant le numéro de la carte choisie sur le sapin. En règle générale, les cadeaux que les enfants demandent sont des choses des plus courantes, ne coûtant pas plus de 2 500 roubles (27 euros), bien qu'il y ait eu quelques souhaits intéressants.

« Une fillette nous a demandé un chaton en peluche, se souvient Valeri. Nous avons appelé son père, et il a admis qu'elle voulait en avoir un vivant, mais que sa mère était contre. Notre volontaire, qui est allé chercher des cadeaux, a apporté un vrai chaton et une peluche – il a dit qu'il ne comprenait pas lequel était nécessaire. Et Ded Moroz a d'abord donné le jouet à la fillette, puis il lui a demandé si elle croyait en la magie et lui a demandé de souffler. Elle a soufflé et elle s’est retrouvée avec un vrai chaton roux dans les mains. La petite fille ne pouvait voir que les couleurs vives, et son bonheur était sans limite ».

Cependant, il peut parfois s'agir de cadeaux très coûteux, si les organisateurs constatent que l'enfant a besoin, par exemple, d'un ordinateur portable pour ses études ou d'un appareil d'exercice physique pour sa rééducation.

Outre les enfants, les volontaires féliciteront les vétérans de la Seconde Guerre mondiale et les survivants des camps de concentration – les employés leur préparent eux-mêmes des cadeaux.

« Au fil des années de notre travail,  le "Sapin des vœux" est devenu si populaire qu'un tel événement est maintenant organisé dans d'autres villes russes – à Tcheliabinsk, Samara et Kaliningrad, s’enthousiasme Valeri. Et nous avons réalisé que tout cela est non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes qui veulent, à la veille du Nouvel An, participer à un grand miracle. Dans chaque conte de fées russe, le personnage principal a des amis fidèles. Parce qu'un conte de fées se déroule quand nous sommes nombreux. Et ensemble, nous pouvons créer un miracle et rendre heureux non seulement les enfants, mais aussi les adultes ».

Ded Moroz en masque à gaz

En raison de la pandémie de coronavirus, les volontaires n'auront cette année pas l'air tout à fait habituels : les costumes des magiciens du Nouvel An seront complétés par des masques, des visières de protection et même des masques à gaz – les Ded Moroz iront à la rencontre des enfants et des personnes âgées, même si ces derniers sont malades, assure Valeri. « Tout le monde sait que Ded Moroz a un bâton. Sa longueur est justement d'un mètre et demi, et cette année, Ded Moroz dira de ne pas l'approcher "plus près que la longueur du bâton", afin que la rencontre soit sans danger », précise-t-il.

Dans la région de Sverdlovsk, ainsi que dans de nombreuses autres régions du pays (et du monde), de multiples événements de fin d’année ont été annulés, y compris ceux des jardins d'enfants. Cependant, les diplômés de l'Académie des Pères Noël le promettent : personne ne sera ici laissé sans fête.

Dans cet autre article, nous vous invitons à la découverte des demeures du Père Noël russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies