Pourquoi des Russes gardent-ils leur sapin de Noël jusqu’au printemps?

Legion Media
Il se peut qu’il n’y ait tout simplement pas assez de vivacité et de luminosité dans notre vie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Par une journée du mois de mars, je suis passé chez un ami et ai découvert chez lui un sapin de Nouvel an (dans cet article, nous vous expliquons pourquoi ce n’est ici pas un symbole de la fête de la Nativité), décoré de boules et de guirlandes, scintillant de toutes les couleurs. Il faut préciser que l’arbre était artificiel, donc deux mois après la fête, il tenait encore bon. « C’est toujours le Nouvel an chez vous ? », ai-je demandé. « Oui », m’a répondu l’ami en souriant, avant d’ajouter que ce symbole de fête hivernal serait bientôt rangé.

Je suis repassé en été, le sapin continuait à illuminer ses intérieurs. « Vous ne l’avez tous pas rangé ? »« Mais cest l’été et cest marrant. Tout le monde apprécie », a été sa réponse.

Ensuite, j’ai été chez lui en automne et le sapin était à sa place. Cette fois-ci, je n’ai rien demandé, mais mon ami a parlé tout seul : « Bientôt le Nouvel an, pourquoi le démonter ? ».

Le Nouvel an est la fête préférée des Russes et tant l’envergure que l’importance de sa célébration ne peuvent être comparées à aucune autre occasion. Les fêtes soviétiques ont plongé dans l’oubli, les religieuses sont parfois célébrées, par exemple Pâques, d’ailleurs même par des athées, mais c’est le Nouvel an qui reste la fête la plus chère au cœur des locaux.

Acheter un sapin et le décorer est un vrai cérémoniel, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. D’ailleurs, ces dernières années, il est important de poster la photo de l’arbre décoré sur les réseaux sociaux pour se vanter de sa beauté devant ses abonnés.

>>> Pourquoi les Russes sont-ils si étranges?

Une fois la fête passée, il est temps de démonter cet arbre si cher, mais les Russes vous diront « niet », et rappelleront qu’il faut attendre... l’ancien Nouvel an (célébré selon le calendrier julien, c’est-à-dire dans la nuit du 13 au 14 janvier). Bien que la Russie soit passée au calendrier grégorien en 1918, on le célèbre toujours, mais, certes, avec moins d’envergure que le Nouvel an planétaire.

Une fois cette date passée, les plus impatients démontent leur sapin, surtout s’il s’agit d’un vrai arbre, qui commence donc déjà à perdre ses épines trainant alors un peu partout et se plantant dans les tapis et dans les chaussures.  

Mais si le sapin est artificiel, on peut ne pas se presser – qu’il attende la fin de la saison. C’est beau, agréable, élégant – en quoi peut-il déranger.

Le printemps s’installe, mais les plus entêtés gardent toujours leur conifère de plastique jusqu’à fin mars ou même avril, lorsque le neige fond et que l’herbe se met à pousser. Cela commence à revêtir les traits d’un pari : sur les réseaux sociaux, on commence à se vanter : « On n’a toujours pas démonté le sapin ». D’ailleurs, cela n’étonne personne.

On arrive dons à la question de savoir pourquoi on le garde pendant si longtemps avec ses boules et guirlandes ?

Je pense que la réponse est facile. La vie en Russie n’est pas très gaie, surtout en province. Et contrairement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les villes de l’immense contrée manquent de beauté. Une ville standard se résume au centre historique minuscule avec une paire d’églises et trois manoirs. Et autour, des immeubles en panneaux préfabriqués, des usines et des clôtures en béton. La tristesse. La ville de Naltchik (capitale de Kabardino-Balkarie, dans le Caucase) diffère peu d’Abakan (Khakassie, Sud de la Sibérie), Perm de Ioujno-Sakhalinsk (Extrême-Orient russe). Seuls les paysages alentours diffèrent, mais pas le reste.

>>> Guide de survie: le Nouvel an en Russie

Donc le sapin de Nouvel an, avec ses boules et guirlandes, c’est notre petit défi à l’entourage morne. Tu as passé une journée au travail, traversé une ville insipide, fait des courses dans des commerces qui, eux aussi, ressemblent les uns aux autres. De retour chez toi, tu découvres tes meubles typiques, soit IKEA, soit encore soviétiques. Mais le sapin scintille de toutes les couleurs et rend ta vie un peu plus joyeuse.

D’ailleurs, j’en suis persuadé, c’est pour la même raison que nos femmes se maquillent si fort. C’est une sorte de contraste face à notre réalité grise. Et les hommes l’apprécient.  

Nous, les Russes, nous aimons tout ce qui est vif, mais vivons entourés de cinquante nuances de gris. Un paradoxe, n’est-ce pas ?

Par conséquent, le sapin de Nouvel an est une solution.

>>> Six habitudes étranges des Russes qui désarçonnent les étrangers

Et enfin, une autre raison. Démonter le sapin, ranger les boules et ampoules dans une boite n’est pas une activité très passionnante. On la remet donc sans cesse au lendemain, mais ce jour n’arrive pas. Alors pourquoi se presser, le nouvel Nouvel an adviendra bientôt.

Dans cet autre article, nous vous présentons les célébrations de Noël et du Nouvel an telles qu’elles étaient respectées en Russie impériale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies